Voici quelques situations qui feraient dire à un psy que l'enfant est en plein « complexe d'Œdipe ».

Chez un petit garçon

Il ne veut plus quitter sa maman. Si cela arrive, il pleure à chaudes larmes. Bien sûr, il est amoureux et souhaite rester auprès de sa bien-aimée. Il joue à faire des bisous sur la bouche, à venir dans le lit de maman quand le papa n'y est pas, voire il le chasse. Il peut exprimer aussi un mécontentement lorsqu'il voit ses parents s'embrasser.

Il aime exhiber son sexe, se montrer, car comme papa lui aussi a tout ce qu'il faut.

Il est très en colère contre son père. Et non ce n'est pas parce que le papa travaille beaucoup et qu'il est peu présent, c'est parce que le papa est un adversaire. Mais, en même temps, il aime beaucoup son papa et réclame aussi des bisous et des câlins.

Chez une petite fille

Quelle complicité entre mère et fille! C'est attendrissant. Mais attention, cela doit être exclusif ! Elle ne veut que sa maman pour elle toute seule !

Il y a fort à faire, non seulement elle est jalouse de son papa, mais aussi des petits frères et des petites sœurs. La maman a pourtant d'autres choses à faire, alors la petite fille mène la vie dure à sa mère, pour exprimer son mécontentement. Certaines vont même jusqu'à « tuer » symboliquement les autres objets d'amour de sa mère.

Elle aime aussi s'exhiber pour montrer à maman qu'elle a tout comme papa. Ah, mais non! Jamais de sexe d'homme poussera, maman ne l'a pas faite comme cela? Alors fini l'idylle avec la maman, vient le moment de la fascination pour le papa. Maintenant la petite fille est jalouse et veut dérouter sa rivale : sa maman.

En conclusion

Ces moments sont déconcertants pour les parents et difficiles pour les enfants, car ils en souffrent mais c'est constitutif. Ils ne garderont pas ou peu de souvenirs de tout cela. Et vous, peut être, garderez-vous en mémoire ces anecdotes rigolotes.

Que faire ?

Je ne vous donnerai pas de conseil sur la bonne attitude à avoir. Faites appel à votre bon sens et ayez confiance. Vous avez compris que votre enfant ne veut pas réellement vous tuer ou tuer votre conjoint, le petit enfant est juste dans un tourment affectif qui n'est pas destructeur. Soyez solide pour qu'il puisse compter sur vous et guidez-le.

Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte