Ondes

Pollution électromagnétique : s’en prémunir

Publié le 6 novembre 2012 - Mis à jour le 30 novembre 2012

Stress, maux de tête, troubles du sommeil… une nouvelle allergie est née : l’électrohypersensibilité, ou allergie aux CEM, comprenez « champs électromagnétiques ». On connaît les CEM émis par les téléphones portables, qui sont de hautes fréquences, mais moins ceux qui nous cernent au quotidien, pourtant nombreux : réseaux électriques, appareils électroménagers, tables à induction, ordinateurs, lignes haute tension…

Selon l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail, les études réalisées sur ce sujet n’établissent aucun lien entre les symptômes décrits et les champs électromagnétiques, à l’exception d’effets psychosomatiques (par exemple, le simple fait de se savoir près d’une antenne relais…). Mais il y a débat au sein de la communauté scientifique…

Ce flou est renforcé par la difficulté à mesurer l’exposition à cet « électrosmog » dans notre environnement domestique. Dans le doute, vous pouvez d’ores et déjà tenter de limiter les sources de CEM en jouant sur l’aménagement de votre habitat (mieux, dès la conception de votre maison) et sur l’utilisation de votre téléphone portable. La chasse aux CEM est ouverte !

  • La Palice n’aurait pas dit mieux : pour diminuer les expositions aux rayonnements électromagnétiques, limitez leurs sources ! À défaut, éloignez-les au moins de votre lit (radios-réveils et lampes à 60 cm minimum) ou faites en sorte qu’ils ne soient pas sous tension. Dans le doute, débranchez la prise. À cet égard, l’interrupteur bipolaire évite l’émission d’un champ électrique quand l’appareil est éteint.
  • Évitez les lampes halogènes, dont le transformateur situé dans le pied émet un champ magnétique intense.
  • Les appareils électriques à structure métallique (lampe d’architecte, convecteurs, par exemple) doivent être raccordés à la terre.
  • Vous pouvez faire installer dans votre tableau électrique (au départ des circuits) un interrupteur automatique de champs (IAC ou biorupteur), qui coupera l’alimentation électrique des chambres dès qu’il n’y aura plus de consommation (ce qui exclut l’utilisation de radios-réveils ou d’appareils en veille). Il rétablira la tension dès qu’il détectera une demande de consommation (lampe allumée, par exemple).
  • On trouve dans des boutiques comme Nature & Découvertes des oscillateurs magnétiques de compensation pour les portables, les écrans cathodiques et LCD, qui s’opposent aux effets des champs électromagnétiques émis sur l’organisme exposé.

Une maison anti-CEM

Lors de la construction d’une maison neuve, anticipez ! Oubliez les installations électriques visibles ou sous moulure et faites tout encastrer. Attention, les champs électriques peuvent demeurer importants dans le bois, le Placoplâtre, le métal. Dans ce cas, optez pour des fils et des câbles blindés. Ne lésinez pas sur les prises pour éviter de faire courir des rallonges par la suite. Évitez de les poser au niveau de la tête des lits, tout comme les radiateurs électriques. Afin de déterminer le meilleur endroit pour construire votre maison, vous pouvez recourir aux services d’un géobiologue, qui repère les nuisances électromagnétiques ou radioactives naturelles liées aux sources, aux failles, à la nature du sous-sol… Attention toutefois aux charlatans !

Cet article est extrait du livre de Catherine Levesque, Ma maison écologique, paru en 2008 aux Editions Eyrolles.

Catherine Levesque
Articles du thème Eco construction
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte