Jardinage

Un potager au balcon, c'est possible !

Publié le 16 mars 2016
Journaliste spécialisé dans le jardin et le potager, il a dirigé la rubrique « Jardin » de Rustica Hebdo pendant 14 ans et est l’auteur de nombreux ouvrages sur ce sujet.
Transformez votre balcon en potager malin !
Transformez votre balcon en potager malin !
© Fotolia

Vous avez un balcon et vous rêvez d’un potager ? Qu’à cela ne tienne !

Pour éviter toute frustration, vous devez avoir conscience qu’un potager de balcon ne peut pas avoir le rendement d’un « vrai » potager. Sur un balcon, la surface est en effet forcément limitée et les légumes s’y trouvent plus à l’étroit. En conséquence, au balcon comme en terrasse, vous aurez juste le plaisir d’aller cueillir quelques tomates cerises, au moment de l’apéritif, pour épater les amis, ou bien celui de prélever des pousses fraîches de plantes aromatiques pour parfumer vos recettes favorites. Mais c’est déjà beaucoup !

Voici quelques premières règles de base pour un potager sur balcon sans soucis.
Des pots suffisamment larges et profonds sur balcon, terrasse ou simple rebord de fenêtre, on ne peut bien sûr cultiver les légumes que dans des pots, des jardinières, des bacs ou des carrés sur pied. Les plantes potagères s’en accommodent presque toutes, à condition que ces contenants fassent au moins 20 cm de large et qu’ils puissent contenir au moins 20 cm de profondeur de terre. Bois, plastique, métal, peu importe ! Choisissez selon vos goûts ou votre budget, sachant que les fourchettes de prix sont très larges en la matière (de quelques euros pour des jardinières en plastique à plusieurs centaines pour de grands pots vernissés). Recherchez la mi-ombre. Au balcon, contrairement à ce qui est recommandé pour un potager de jardin, le plus important c’est que pots ou bacs ne soient pas directement exposés au soleil. En effet, vos légumes risqueraient de mourir de soif s’ils restent toute la journée en plein soleil, où ils dépériraient rapidement. Pensez-y quand vous installez les pots et jardinières, et recherchez les coins où le soleil est présent seulement le matin, par exemple (orientation est), car il est moins chaud en plein été que sur des expositions plein sud ou plein ouest.

Le conseil en + :
Regroupez tous vos pots ou bacs, pour qu’ils se fassent de l’ombre mutuellement. Vous n’aurez plus ensuite qu’à abriter ceux du premier rang ! Choisissez bien vos légumes de balcon. Oubliez tout de suite pommes de terre, haricots verts et autres poireaux, trop longs à cultiver ou qui exigent un trop grand volume de terre, ou encore trop encombrants comparé à la récolte espérée.

La première année, ne prenez pas de risque. Optez pour quelques légumes faciles à vivre et bien adaptés à balcon, par exemple : Tomates (en particulier les tomates cerises) ; laitues ; radis ; poirées; courgettes et concombres (à condition de leur fournir un treillage vertical sur un mur) ; fraisiers; toutes les aromatiques.

Misez aussi sur l’esthétique de certains légumes :
> Poirées, rhubarbe et cardons font merveille dans des grands pots grâce à leur feuillage très graphique.
> Les choux, au feuillage bleuté, ainsi que certaines laitues frisées ont des formes très décoratives.
> Au-delà des tomates cerises, amusez-vous avec les multiples variétés de tomates aux formes et aux couleurs variées.
> Les poivrons, ainsi que toutes les cucurbitacées, sont autant de légumes superbes qu’il faut savoir savourer des yeux avant, le cas échéant, de prolonger le plaisir en cuisine...
> Pensez également à laisser fleurir de temps à autre une chicorée ou un artichaut, votre récolte ne s’en ressentira guère !
> Enfin, innovez en mêlant légumes et fleurs (dahlias, capucines...), vous serez surpris du résultat, souvent enchanteur !
Installez un point d’eau
Sur un balcon ou une terrasse, l’eau constitue le point le plus difficile à gérer. D’abord, parce que les balcons ne sont pratiquement jamais équipés d’un robinet et qu’il faut donc la plupart du temps, en traversant salon et couloir, aller brancher un tuyau jusqu’à celui de la salle de bain ou de la cuisine... Mais aussi parce que l’eau qui s’écoule des pots et bacs par les trous qui sont en dessous finit irrémédiablement sur le transat ou le linge de la voisine du dessous !
Deux bons réflexes : d’une part faire installer un robinet extérieur par un plombier quand on a vraiment décidé de se lancer dans le jardinage, d’autre part se procurer un bac à gâcher (voir ci-dessous) pour y regrouper tous ses pots, qui pourront ainsi s’égoutter tranquillement en vous évitant tout problème de voisinage...
Le bac à gâcher, bien utile ! 
C’est un récipient rond, carré ou rectangulaire mais toujours à fond plat, d’environ 1 m d’envergure. Il possède un rebord de quelques centimètres : c’est lui qui évitera l’éventuelle inondation post-arrosage ! Il sert habituellement à fabriquer du mortier et du ciment (vous le trouverez dans les grandes surfaces de bricolage) mais on peut parfaitement l’utiliser comme « sous-pot » collectif le temps de l’arrosage.
Ce passage est extrait du livre Le potager malin de Philippe Asseray paru aux éditions Leducs
Articles du thème Mon jardin bio
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte