Jardins à l'ombre

Publié le 3 avril 2009 - Mis à jour le 26 novembre 2012

Pourquoi, dans l’esprit de certains jardiniers, un endroit à l’ombre est systématiquement une mauvaise exposition ? Un grand nombre de plantes somptueuses y vivent bien, y prospèrent sans soucis.

 

Les floraisons y sont plus discrètes, c’est vrai, quoique les camélias et les rhododendrons prouvent le contraire, mais ce sont surtout les feuillages qui transfigurent ces endroits.

 

Tous les jardins, ou presque, sont concernés par l’ombre, ainsi que les cours et petits jardins de ville. Ombre des maisons, ombre d’un arbre…En choisissant les végétaux adaptés, en renonçant définitivement aux plantes qui n’aiment que le soleil, vous allez découvrir que ces coins d’ombre ont plus de charme et de douceur que les endroits en pleine lumière.

 

Préparez votre sol maintenant, pour planter dès la fin du mois. Désherbez, nettoyez parfaitement le terrain.

Avant de planter, positionnez toutes les plantes choisies, en respectant les distances préconisées pour chacune. Jetez un oeil de tous les endroits d’où le massif sera visible, afin d’être bien sûr de l’emplacement.

 

En règle générale, on dispose les arbustes et grimpantes pour créer l’ossature du massif. Puis continuez par les vivaces en les disposant en groupe pour former des tâches.

Faites un trou deux à trois fois la grosseur de la motte, que vous aurez fait tremper au préalable, quelques minutes dans un seau d’eau. Mélangez à la terre du terreau de feuilles et une poignée de compost. Si vous installez des camélias ou des rhododendrons, ajoutez de la terre de bruyère. Dès que la plantation est terminée, arrosez. Si le nouveau massif se trouve près d’un arbre, pensez à arroser régulièrement, de mai à septembre, même quand les plantes sont adultes, car l’arbre boit énormément et assèche la terre. Par contre, si l’ombre n’est due qu’à l’orientation ou à un mur, l’arrosage ne sera nécessaire qu’en cas de sècheresse.

 

Voici un exemple de massif, à concocter suivant vos envies et la place dont vous disposez.

Contre un mur au nord, créez un décor à étages.

Pour habiller le mur, l’hortensia grimpant est parfait, car il s’accroche seul, grâce à ses crampons. Le lierre et le chèvrefeuille peuvent l’accompagner.

En fond de massif, vous avez le choix entre les camélias, les azalées, les rhododendrons, les osmanthus, les hamamélis, les nombreux viburnums, les hortensias. Il ne faut pas négliger les sarcococcas. Leur feuillage persistant, et la floraison hivernale, très parfumée, en fait un élément de choix. Ils se glissent partout, avec leur petite taille, et structurent les vivaces. Parmi les vivaces, choisissez les brunneras, les épimediums, et les ancolies, pour leur floraison printanière. En été, les feuillages somptueux des bégonias vivaces- Begonia grandis- rivalisent avec ceux des hostas. Rois de l’hiver, les héllébores s’épanouissent de longs mois, en couleurs étonnantes, du jaune paille au bleu ardoise, en passant par le vert jade, le rose, et le pourpre presque noir. Associez-les à des fougères persistantes.

 

 

Les couvre- sol bordent les massifs, mais n’hésitent pas à courir jusqu’aux pieds des arbres et arbustes : géraniums vivaces, aspérule, campanules, lamiums, pervenche, pulmonaire…

Si, en plus, vous plantez, entre chaque pied, quelques bulbes d’anémone blanda, de jacinthes des bois, de jonquilles et de cyclamens, votre massif sera intéressant en permanence.

 

 

Texte : Rose Landrieux

Pourquoi, dans l’esprit de certains jardiniers, un endroit à l’ombre est systématiquement une mauvaise exposition ? Un grand nombre de plantes somptueuses y vivent bien, y prospèrent sans soucis.

 

Les floraisons y sont plus discrètes, c’est vrai, quoique les camélias et les rhododendrons prouvent le contraire, mais ce sont surtout les feuillages qui transfigurent ces endroits.

 

Tous les jardins, ou presque, sont concernés par l’ombre, ainsi que les cours et petits jardins de ville. Ombre des maisons, ombre d’un arbre…En choisissant les végétaux adaptés, en renonçant définitivement aux plantes qui n’aiment que le soleil, vous allez découvrir que ces coins d’ombre ont plus de charme et de douceur que les endroits en pleine lumière.

 

Préparez votre sol maintenant, pour planter dès la fin du mois. Désherbez, nettoyez parfaitement le terrain.

Avant de planter, positionnez toutes les plantes choisies, en respectant les distances préconisées pour chacune. Jetez un oeil de tous les endroits d’où le massif sera visible, afin d’être bien sûr de l’emplacement.

 

En règle générale, on dispose les arbustes et grimpantes pour créer l’ossature du massif. Puis continuez par les vivaces en les disposant en groupe pour former des tâches.

Faites un trou deux à trois fois la grosseur de la motte, que vous aurez fait tremper au préalable, quelques minutes dans un seau d’eau. Mélangez à la terre du terreau de feuilles et une poignée de compost. Si vous installez des camélias ou des rhododendrons, ajoutez de la terre de bruyère. Dès que la plantation est terminée, arrosez. Si le nouveau massif se trouve près d’un arbre, pensez à arroser régulièrement, de mai à septembre, même quand les plantes sont adultes, car l’arbre boit énormément et assèche la terre. Par contre, si l’ombre n’est due qu’à l’orientation ou à un mur, l’arrosage ne sera nécessaire qu’en cas de sècheresse.

 

Voici un exemple de massif, à concocter suivant vos envies et la place dont vous disposez.

Contre un mur au nord, créez un décor à étages.

Pour habiller le mur, l’hortensia grimpant est parfait, car il s’accroche seul, grâce à ses crampons. Le lierre et le chèvrefeuille peuvent l’accompagner.

En fond de massif, vous avez le choix entre les camélias, les azalées, les rhododendrons, les osmanthus, les hamamélis, les nombreux viburnums, les hortensias. Il ne faut pas négliger les sarcococcas. Leur feuillage persistant, et la floraison hivernale, très parfumée, en fait un élément de choix. Ils se glissent partout, avec leur petite taille, et structurent les vivaces. Parmi les vivaces, choisissez les brunneras, les épimediums, et les ancolies, pour leur floraison printanière. En été, les feuillages somptueux des bégonias vivaces- Begonia grandis- rivalisent avec ceux des hostas. Rois de l’hiver, les héllébores s’épanouissent de longs mois, en couleurs étonnantes, du jaune paille au bleu ardoise, en passant par le vert jade, le rose, et le pourpre presque noir. Associez-les à des fougères persistantes.

 

 

Les couvre- sol bordent les massifs, mais n’hésitent pas à courir jusqu’aux pieds des arbres et arbustes : géraniums vivaces, aspérule, campanules, lamiums, pervenche, pulmonaire…

Si, en plus, vous plantez, entre chaque pied, quelques bulbes d’anémone blanda, de jacinthes des bois, de jonquilles et de cyclamens, votre massif sera intéressant en permanence.

 

 

Texte : Rose Landrieux

Pourquoi, dans l’esprit de certains jardiniers, un endroit à l’ombre est systématiquement une mauvaise exposition ? Un grand nombre de plantes somptueuses y vivent bien, y prospèrent sans soucis.

 

Les floraisons y sont plus discrètes, c’est vrai, quoique les camélias et les rhododendrons prouvent le contraire, mais ce sont surtout les feuillages qui transfigurent ces endroits.

 

Tous les jardins, ou presque, sont concernés par l’ombre, ainsi que les cours et petits jardins de ville. Ombre des maisons, ombre d’un arbre…En choisissant les végétaux adaptés, en renonçant définitivement aux plantes qui n’aiment que le soleil, vous allez découvrir que ces coins d’ombre ont plus de charme et de douceur que les endroits en pleine lumière.

 

Préparez votre sol maintenant, pour planter dès la fin du mois. Désherbez, nettoyez parfaitement le terrain.

Avant de planter, positionnez toutes les plantes choisies, en respectant les distances préconisées pour chacune. Jetez un oeil de tous les endroits d’où le massif sera visible, afin d’être bien sûr de l’emplacement.

 

En règle générale, on dispose les arbustes et grimpantes pour créer l’ossature du massif. Puis continuez par les vivaces en les disposant en groupe pour former des tâches.

Faites un trou deux à trois fois la grosseur de la motte, que vous aurez fait tremper au préalable, quelques minutes dans un seau d’eau. Mélangez à la terre du terreau de feuilles et une poignée de compost. Si vous installez des camélias ou des rhododendrons, ajoutez de la terre de bruyère. Dès que la plantation est terminée, arrosez. Si le nouveau massif se trouve près d’un arbre, pensez à arroser régulièrement, de mai à septembre, même quand les plantes sont adultes, car l’arbre boit énormément et assèche la terre. Par contre, si l’ombre n’est due qu’à l’orientation ou à un mur, l’arrosage ne sera nécessaire qu’en cas de sècheresse.

 

Voici un exemple de massif, à concocter suivant vos envies et la place dont vous disposez.

Contre un mur au nord, créez un décor à étages.

Pour habiller le mur, l’hortensia grimpant est parfait, car il s’accroche seul, grâce à ses crampons. Le lierre et le chèvrefeuille peuvent l’accompagner.

En fond de massif, vous avez le choix entre les camélias, les azalées, les rhododendrons, les osmanthus, les hamamélis, les nombreux viburnums, les hortensias. Il ne faut pas négliger les sarcococcas. Leur feuillage persistant, et la floraison hivernale, très parfumée, en fait un élément de choix. Ils se glissent partout, avec leur petite taille, et structurent les vivaces. Parmi les vivaces, choisissez les brunneras, les épimediums, et les ancolies, pour leur floraison printanière. En été, les feuillages somptueux des bégonias vivaces- Begonia grandis- rivalisent avec ceux des hostas. Rois de l’hiver, les héllébores s’épanouissent de longs mois, en couleurs étonnantes, du jaune paille au bleu ardoise, en passant par le vert jade, le rose, et le pourpre presque noir. Associez-les à des fougères persistantes.

 

 

Les couvre- sol bordent les massifs, mais n’hésitent pas à courir jusqu’aux pieds des arbres et arbustes : géraniums vivaces, aspérule, campanules, lamiums, pervenche, pulmonaire…

Si, en plus, vous plantez, entre chaque pied, quelques bulbes d’anémone blanda, de jacinthes des bois, de jonquilles et de cyclamens, votre massif sera intéressant en permanence.

 

 

Texte : Rose Landrieux

Pourquoi, dans l’esprit de certains jardiniers, un endroit à l’ombre est systématiquement une mauvaise exposition ? Un grand nombre de plantes somptueuses y vivent bien, y prospèrent sans soucis.

 

Les floraisons y sont plus discrètes, c’est vrai, quoique les camélias et les rhododendrons prouvent le contraire, mais ce sont surtout les feuillages qui transfigurent ces endroits.

 

Tous les jardins, ou presque, sont concernés par l’ombre, ainsi que les cours et petits jardins de ville. Ombre des maisons, ombre d’un arbre…En choisissant les végétaux adaptés, en renonçant définitivement aux plantes qui n’aiment que le soleil, vous allez découvrir que ces coins d’ombre ont plus de charme et de douceur que les endroits en pleine lumière.

 

Préparez votre sol maintenant, pour planter dès la fin du mois. Désherbez, nettoyez parfaitement le terrain.

Avant de planter, positionnez toutes les plantes choisies, en respectant les distances préconisées pour chacune. Jetez un oeil de tous les endroits d’où le massif sera visible, afin d’être bien sûr de l’emplacement.

 

En règle générale, on dispose les arbustes et grimpantes pour créer l’ossature du massif. Puis continuez par les vivaces en les disposant en groupe pour former des tâches.

Faites un trou deux à trois fois la grosseur de la motte, que vous aurez fait tremper au préalable, quelques minutes dans un seau d’eau. Mélangez à la terre du terreau de feuilles et une poignée de compost. Si vous installez des camélias ou des rhododendrons, ajoutez de la terre de bruyère. Dès que la plantation est terminée, arrosez. Si le nouveau massif se trouve près d’un arbre, pensez à arroser régulièrement, de mai à septembre, même quand les plantes sont adultes, car l’arbre boit énormément et assèche la terre. Par contre, si l’ombre n’est due qu’à l’orientation ou à un mur, l’arrosage ne sera nécessaire qu’en cas de sècheresse.

 

Voici un exemple de massif, à concocter suivant vos envies et la place dont vous disposez.

Contre un mur au nord, créez un décor à étages.

Pour habiller le mur, l’hortensia grimpant est parfait, car il s’accroche seul, grâce à ses crampons. Le lierre et le chèvrefeuille peuvent l’accompagner.

En fond de massif, vous avez le choix entre les camélias, les azalées, les rhododendrons, les osmanthus, les hamamélis, les nombreux viburnums, les hortensias. Il ne faut pas négliger les sarcococcas. Leur feuillage persistant, et la floraison hivernale, très parfumée, en fait un élément de choix. Ils se glissent partout, avec leur petite taille, et structurent les vivaces. Parmi les vivaces, choisissez les brunneras, les épimediums, et les ancolies, pour leur floraison printanière. En été, les feuillages somptueux des bégonias vivaces- Begonia grandis- rivalisent avec ceux des hostas. Rois de l’hiver, les héllébores s’épanouissent de longs mois, en couleurs étonnantes, du jaune paille au bleu ardoise, en passant par le vert jade, le rose, et le pourpre presque noir. Associez-les à des fougères persistantes.

 

 

Les couvre- sol bordent les massifs, mais n’hésitent pas à courir jusqu’aux pieds des arbres et arbustes : géraniums vivaces, aspérule, campanules, lamiums, pervenche, pulmonaire…

Si, en plus, vous plantez, entre chaque pied, quelques bulbes d’anémone blanda, de jacinthes des bois, de jonquilles et de cyclamens, votre massif sera intéressant en permanence.

 

 

Texte : Rose Landrieux

Pourquoi, dans l’esprit de certains jardiniers, un endroit à l’ombre est systématiquement une mauvaise exposition ? Un grand nombre de plantes somptueuses y vivent bien, y prospèrent sans soucis.

 

Les floraisons y sont plus discrètes, c’est vrai, quoique les camélias et les rhododendrons prouvent le contraire, mais ce sont surtout les feuillages qui transfigurent ces endroits.

 

Tous les jardins, ou presque, sont concernés par l’ombre, ainsi que les cours et petits jardins de ville. Ombre des maisons, ombre d’un arbre…En choisissant les végétaux adaptés, en renonçant définitivement aux plantes qui n’aiment que le soleil, vous allez découvrir que ces coins d’ombre ont plus de charme et de douceur que les endroits en pleine lumière.

 

Préparez votre sol maintenant, pour planter dès la fin du mois. Désherbez, nettoyez parfaitement le terrain.

Avant de planter, positionnez toutes les plantes choisies, en respectant les distances préconisées pour chacune. Jetez un oeil de tous les endroits d’où le massif sera visible, afin d’être bien sûr de l’emplacement.

 

En règle générale, on dispose les arbustes et grimpantes pour créer l’ossature du massif. Puis continuez par les vivaces en les disposant en groupe pour former des tâches.

Faites un trou deux à trois fois la grosseur de la motte, que vous aurez fait tremper au préalable, quelques minutes dans un seau d’eau. Mélangez à la terre du terreau de feuilles et une poignée de compost. Si vous installez des camélias ou des rhododendrons, ajoutez de la terre de bruyère. Dès que la plantation est terminée, arrosez. Si le nouveau massif se trouve près d’un arbre, pensez à arroser régulièrement, de mai à septembre, même quand les plantes sont adultes, car l’arbre boit énormément et assèche la terre. Par contre, si l’ombre n’est due qu’à l’orientation ou à un mur, l’arrosage ne sera nécessaire qu’en cas de sècheresse.

 

Voici un exemple de massif, à concocter suivant vos envies et la place dont vous disposez.

Contre un mur au nord, créez un décor à étages.

Pour habiller le mur, l’hortensia grimpant est parfait, car il s’accroche seul, grâce à ses crampons. Le lierre et le chèvrefeuille peuvent l’accompagner.

En fond de massif, vous avez le choix entre les camélias, les azalées, les rhododendrons, les osmanthus, les hamamélis, les nombreux viburnums, les hortensias. Il ne faut pas négliger les sarcococcas. Leur feuillage persistant, et la floraison hivernale, très parfumée, en fait un élément de choix. Ils se glissent partout, avec leur petite taille, et structurent les vivaces. Parmi les vivaces, choisissez les brunneras, les épimediums, et les ancolies, pour leur floraison printanière. En été, les feuillages somptueux des bégonias vivaces- Begonia grandis- rivalisent avec ceux des hostas. Rois de l’hiver, les héllébores s’épanouissent de longs mois, en couleurs étonnantes, du jaune paille au bleu ardoise, en passant par le vert jade, le rose, et le pourpre presque noir. Associez-les à des fougères persistantes.

 

 

Les couvre- sol bordent les massifs, mais n’hésitent pas à courir jusqu’aux pieds des arbres et arbustes : géraniums vivaces, aspérule, campanules, lamiums, pervenche, pulmonaire…

Si, en plus, vous plantez, entre chaque pied, quelques bulbes d’anémone blanda, de jacinthes des bois, de jonquilles et de cyclamens, votre massif sera intéressant en permanence.

 

 

Texte : Rose Landrieux

Les floraisons y sont plus discrètes, c’est vrai, quoique les camélias et les rhododendrons prouvent le contraire, mais ce sont surtout les feuillages qui transfigurent ces endroits.

Tous les jardins, ou presque, sont concernés par l’ombre, ainsi que les cours et petits jardins de ville. Ombre des maisons, ombre d’un arbre…En choisissant les végétaux adaptés, en renonçant définitivement aux plantes qui n’aiment que le soleil, vous allez découvrir que ces coins d’ombre ont plus de charme et de douceur que les endroits en pleine lumière.

Préparez votre sol maintenant, pour planter dès la fin du mois. Désherbez, nettoyez parfaitement le terrain.

Avant de planter, positionnez toutes les plantes choisies, en respectant les distances préconisées pour chacune. Jetez un oeil de tous les endroits d’où le massif sera visible, afin d’être bien sûr de l’emplacement.

En règle générale, on dispose les arbustes et grimpantes pour créer l’ossature du massif. Puis continuez par les vivaces en les disposant en groupe pour former des tâches.

Faites un trou deux à trois fois la grosseur de la motte, que vous aurez fait tremper au préalable, quelques minutes dans un seau d’eau. Mélangez à la terre du terreau de feuilles et une poignée de compost. Si vous installez des camélias ou des rhododendrons, ajoutez de la terre de bruyère. Dès que la plantation est terminée, arrosez. Si le nouveau massif se trouve près d’un arbre, pensez à arroser régulièrement, de mai à septembre, même quand les plantes sont adultes, car l’arbre boit énormément et assèche la terre. Par contre, si l’ombre n’est due qu’à l’orientation ou à un mur, l’arrosage ne sera nécessaire qu’en cas de sècheresse.

Voici un exemple de massif, à concocter suivant vos envies et la place dont vous disposez :

Contre un mur au nord, créez un décor à étages.

  • Pour habiller le mur, l’hortensia grimpant est parfait, car il s’accroche seul, grâce à ses crampons. Le lierre et le chèvrefeuille peuvent l’accompagner.

 

  • En fond de massif, vous avez le choix entre les camélias, les azalées, les rhododendrons, les osmanthus, les hamamélis, les nombreux viburnums, les hortensias. Il ne faut pas négliger les sarcococcas. Leur feuillage persistant, et la floraison hivernale, très parfumée, en fait un élément de choix. Ils se glissent partout, avec leur petite taille, et structurent les vivaces. Parmi les vivaces, choisissez les brunneras, les épimediums, et les ancolies, pour leur floraison printanière. En été, les feuillages somptueux des bégonias vivaces - Begonia grandis - rivalisent avec ceux des hostas. Rois de l’hiver, les héllébores s’épanouissent de longs mois, en couleurs étonnantes, du jaune paille au bleu ardoise, en passant par le vert jade, le rose et le pourpre presque noir. Associez-les à des fougères persistantes.
  • Les couvre- sol bordent les massifs, mais n’hésitent pas à courir jusqu’aux pieds des arbres et arbustes : géraniums vivaces, aspérule, campanules, lamiums, pervenche, pulmonaire…Si, en plus, vous plantez, entre chaque pied, quelques bulbes d’anémoneblanda, de jacinthes des bois, de jonquilles et de cyclamens, votre massif sera intéressant en permanence.

Texte : Rose Landrieux

botanic
Articles du thème Mon jardin bio
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !
A lire aussi