Les enduits à la chaux

Publié le 29 juin 2009 - Mis à jour le 16 novembre 2009

Les amateurs la choisissent pour ses qualités écologiques, économiques, ses propriétés « respirantes » et son bel aspect velouté. Ce matériau bon marché présente en effet l’avantage d’être perméable à la vapeur, ce qui permet aux murs de respirer, qu’ils soient modernes ou anciens.

En fonction du support (qui est déterminant pour la préparation du badigeon) et de l’effet recherché, on veillera à ne pas confondre la chaux aérienne et la chaux hydraulique, d’aspect grisé. Cette dernière est plutôt réservée aux enduits extérieurs ou à la restauration de murs abîmés.

Décoratifs, les badigeons de chaux s’effectuent à partir de la chaux aérienne. Il n’existe pas une seule recette, mais un principe de base : mélange successif d’eau, de chaux, puis de pigment(s) qui peuvent préalablement être dilués dans un peu d’eau, voire de liquide vaisselle, afin de constituer une pâte, et enfin éventuellement d’un fixateur (acétate de polyvinyle ou plus écologique, sel d’alun) et de multiples variantes (par exemple, du talc pour un aspect lustré, de la paille d’orge pour un aspect brut, des paillettes…).

Les matériaux sont faciles à se procurer : la chaux aérienne éteinte (CAEB) en poudre s’achète en sac de 25 kg (environ 11 euros) dans les magasins de bricolage, et les pigments, fixateurs, rosses à badigeons sont vendus dans des boutiques spécialisées (certaines ont un site Web pour passer commande). Un peu plus chère, la chaux en pâte, c’est-à-dire déjà mélangée à de l’eau, sera réservée aux petites surfaces.

Suivant le volume d’eau, les liants (savon, caséine, résines naturelles…) et la technique d’application, on obtient différentes finitions : eau forte (effet de transparence), stucco (effet brillant et marbré) ou tadelakt (aspect lisse et soyeux)…

Le conseil avisé de professionnels est fort utile tant pour le choix des matériaux que des outils. La coloration s’effectue à l’aide de pigments naturels (ocres, terres, oxydes…). Consultez les nuanciers disponibles sur Internet ou dans les ouvrages, et surtout, réalisez des tests.

Pour une pièce telle que la salle de bains, il faut absolument protéger le badigeon, en passant une couche de cire de carnauba ou du savon noir. Hydrofuge et doux au toucher, le tadelakt est particulièrement adapté aux pièces d’eau. Complexe à mettre en oeuvre, il exige toutefois une excellente maîtrise ; mieux vaut avoir recours à un bon professionnel.

Cet article est extrait du livre de Catherine Levesque, Ma maison écologique, paru en 2008 aux Editions Eyrolles.

Catherine Levesque
Articles du thème Eco construction
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !