Que faire dans un jardin, à partir de rien

Publié le 3 avril 2009 - Mis à jour le 26 novembre 2012

Dites- vous que c’est une aubaine, une page blanche sur laquelle vous allez inscrire votre avenir jardinier, et celui de votre famille.

Avant tout, ne vous précipitez pas.

Réfléchissez bien au temps que vous voudrez consacrer à l’entretien avant de penser aménagement. Et au style qui vous correspond.

Avant tout, la haie

Avez-vous besoin de vous cacher toute l’année de vos voisins ... ou seulement l’été quand vous serez sur votre terrasse ? A quelle hauteur la souhaiteriez-vous adulte ? Souhaitez-vous une haie stricte et monotone ou vive et colorée ? Voici les questions à vous poser.

De manière générale, il est conseillé de privilégier la haie mélangée, naturelle. Elle permet d’abriter et de nourrir un grand nombre d’espèces animales auxiliaires pour le jardin (coccinelles, oiseaux, hérisson, …). De plus, pour un bon équilibre, la diversité est primordiale. C’est la meilleure façon d’avoir un jardin sain, où les maladies et les parasites ne sont pas invités. Echelonnez les dates de floraison des arbustes à fleurs et ajoutez des arbustes persistants, à bois ou à fruits décoratifs.

Un arbre, 2 arbres, 3 arbres ?

La taille de votre jardin va vous guider. L’idéal, c’est, au minimum, un grand arbre et trois arbres de taille moyenne, pour donner du volume. Si la place le permet, multipliez par, trois, cinq ou sept. Pour trouver la place idéale, procurez-vous de grands tuteurs en bambous, et piquez-les à différents endroits. Regardez de toutes les fenêtres, de tous les étages, pour être sûr de votre choix. C’est une action à faire à chaque étape de la construction du jardin.

La pelouse

La meilleure période pour l’implanter, c’est en mars avril et en septembre. Lorsqu’elle aura poussé, vous pourrez passer aux opérations suivantes. Réfléchissez aussi aux zones de talus, difficiles d’accès, au fond du jardin, etc. Pourquoi pas semer dans ces endroits une prairie fleurie ! Elle ne nécessitera qu’une fauche dans l’année et vous accueillerez ainsi de nombreux insectes butineurs et papillons.

Les allées, les passages

Avec le positionnement des arbres, vous pouvez sentir par où vous passerez le plus souvent, pour vous promener dans tout le jardin. Attendez d’y vivre, et très vite les chemins vont se faire tout seuls. Lorsque vous êtes sûr de vous, matérialisez ces futures allées, avec des pierres, des piquets ou par tout autre moyen. Vous aménagerez ces allées à la fin des travaux : pelouse, pas japonais, graviers, pavés…

Vient le moment des massifs

Attrapez des tuyaux d’arrosage, ils sont très malléables et se prêtent aux formes désirées.
Dessinez le massif en partant d’une allée, d’un arbre, de la haie. Tracez-en un autre, en décalé, mais toujours pour répondre au précédent. Si vous aimez les mixed-border (plates-bandes de vivaces), marquez-les le long des haies ou d’une allée, rectiligne ou sinuée.
Ces massifs peuvent être constitués d’arbustes ou de vivaces, ou d’un mélange des deux.

Le choix des végétaux

Pensez diversité mais pas échantillons.

Choisissez quelques plantes (arbustes et vivaces) que vous aimez particulièrement et qui feront le lien entre tous les végétaux. Ne forcez pas sur les persistants, car cela donne vite un jardin lourd et guère vivant. Pour une haie, ne dépassez pas un persistant sur trois, et dans le jardin pas plus d’un persistant sur cinq.

Et surtout, n’hésitez pas à demander conseil aux jardiniers des magasins botanic, à visiter des jardins pour y piocher de bonnes idées : il n’y pas meilleure leçon.

Texte : Rose Landrieux

botanic
Articles du thème Mon jardin bio
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !