Quel amendement apporter à votre terre ?

Publié le 9 mai 2008 - Mis à jour le 26 novembre 2012

L'amendement est destiné à améliorer la qualité physique de la terre, c'est-à-dire sa structure, afin qu'elle devienne souple, aérée, plus facile à travailler et surtout plus accueillante pour les racines des plantes.

Quel amendement apporter à votre terre ?
Quel amendement apporter à votre terre ?

C'est une condition essentielle pour qu’elles poussent correctement,soient naturellement en bonne santé et résistent mieux aux maladies,aux ravageurs ou aux excès du climat.
 
Le jardinier en profite aussi,son travail devenant beaucoup plus facile et donc plus rapide.
 
L'amendement varie en fonction de la granulométrie du sol (sa texture). Mais dans tous les cas, il faut avant tout relancer la vie biologique du sol, c'est-à-dire l'activité des vers de terre, des larves d'insectes, des bactéries et des champignons sans lesquels la terre se tasse et se meurt.

De l'humus pour les terres sableuses

"L'humus donne du corps aux terres légères et allège les terres lourdes" dit un vieux dicton rural, 100% exact. Une terre légère, comme l'est la terre sableuse, ne retient ni l'eau ni les sels minéraux faute d'argile et de limon en quantité suffisante. Les plantes peinent à s'y développer.
Pour améliorer sa structure particulaire, il est possible d'apporter de l'argile. Coûteux et difficile ! Le mieux, le plus facile et tout aussi efficace, consiste à remonter son taux d'humus afin d'améliorer son pouvoir de rétention de l'eau et des engrais.
 
Apportez lui, en surface, du compost bien décomposé ou du fumier : 3 à 4 kg / m2 pendant 4 ou 5 ans d'affilée.
 
Les êtres vivants du sol se chargeront ensuite du travail d'amélioration souhaité.

De l'humus pour les terres lourdes

À l'inverse, une terre lourde, comme une terre argileuse ou une terre limoneuse (cas les plus fréquents), retient bien l'eau et les sels minéraux, mais sa structure compacte, souvent tassée, rend plus difficile le développement racinaire.
 
Faute d'une porosité suffisante, l'eau peine à s'infiltrer, l'oxygène manque dans le sol et une croûte se forme en surface sous l'action des pluies battantes.
Pour l'améliorer la structure, la rendre plus souple, il est possible d'apporter du sable grossier. Là aussi, c'est coûteux et difficile. Il est tout aussi efficace d'augmenter le taux d'humus avec du compost et du fumier.
 
Grâce aux vers de terre, l'humus se liera aux minéraux du sol pour former une structure organo-minérale, souple, poreuse, grumeleuse comme de la semoule.

Paillis de branches broyées en surface (BRF)

Les branches broyées de feuillus et d'arbustes persistants, sauf les conifères, améliorent très vite la structure du sol lorsqu'elles sont étalées en surface (couche de 3 cm).
 
La décomposition des substances boisées (lignine, cellulose) provoque un intense développement des champignons, ce qui affine la terre. Si le sol est très tassé, décompactez-le au préalable avec une fourche écologique et apportez un tout petit peu de compost en surface avant de pailler.
 
Tourbe très peu efficace
En pleine terre, la tourbe, ou le terreau à base de tourbe n'a qu'une action très modeste pour améliorer la terre. C'est une substance inerte qui produit très peu d'humus et ne stimule pas la vie du sol, contrairement au compost, au fumier ou aux branches broyées.
 
Terre calcaire
C'est une terre souvent compacte, lourde, surtout si le calcaire s'accompagne d'une forte teneur en argile. Compost, fumier, décompactage et paillis de BRF, sont les meilleurs atouts pour l'améliorer. À l'inverse, un sol acide devra être amélioré par un amendement calcaire (voir chaulage).
botanic
Articles du thème Mon jardin bio
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !