Son premier produit, le batiplum, a été un succès. Il est composé de 70 % de plumes de canard, 10 % de laine de mouton, 20 % de fibres textiles pour la tenue dans le temps. Il est utilisé dans le neuf comme dans la rénovation. Un autre produit, le baticoton, est issue de vêtements usagés collectés par des associations caritatives (Emmaüs, Saint-Vincent-de-Paul) et traités pour répondre aux usages du bâtiment. Existent aussi le batinap’chanvre (chanvre et jute effilochée) et le batimouton (fibres de laine de mouton).

La matière naturelle ou recyclée passe d’abord par une phase d’hygiénisation pour assurer sa propreté et sa naturalité. Ensuite les différentes matières sont mélangées. Enfin, elles passent dans un four qui donne au produit son aspect définitif.

« Le principe est simple, précise Christophe Guégnard, directeur industriel de l’usine Nap’tural. mais l’art est très compliqué. Notre fabrication est pleine de spécificités. » Le résultat est là : le produit renforce l’isolation des bâtiments. L’entreprise participe ainsi triplement au développement durable : elle utilise une matière naturelle ou recyclée d’une part. D’autre part, une fois utilisé, le produit contribue aux économies d’énergie. Enfin, il est lui-même recyclable.

Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte