OGM

Lettre de soutien au Pr Seralini et à ses travaux sur le Maïs OGM NK 603

Publié le 30 octobre 2012 - Mis à jour le 10 décembre 2012

La CNMSE (Coordination Nationale Médicale Santé Environnement) publie une lettre de soutien au Professeur Séralini, dont l'étude récente sur les OGM fait l'objet de nombreuses critiques. Une initiative que nous soutenons à FemininBio.com.

Lettre de soutien au Pr Seralini et à ses travaux sur le Maïs OGM NK 603
Lettre de soutien au Pr Seralini et à ses travaux sur le Maïs OGM NK 603

Paris le 20 octobre 2012,

Notre association, la CNSME ( Coordination Nationale Médicale Santé Environnement ) qui regroupe des professionnels de santé de tous horizons et défenseurs de l'environnement, apporte son soutien au Pr. Gilles-Eric Séralini à la suite de l’étude qu’il a publiée très récemment dans "Food Chemical Toxicology", et où il a mis en évidence un effet néfaste à long terme des OGM et du pesticide "Roundup" ajoutés à la nourriture quotidienne chez le rat.

Cette publication scientifique fait l'objet, depuis sa médiatisation, d'attaques virulentes, basées sur de mauvais arguments, et avec un acharnement parfaitement suspect compte tenu des immenses intérêts financiers qui sont en jeu. Il est en particulier inadmissible que le journal "Food and Chemical Toxicology" fasse l’objet de pressions pour retirer ce travail qui a été accepté dans une revue reconnue pour sa qualité scientifique, adoubée par un comité de lecture indépendant. Un tout petit nombre de représentants des six Académies (Sciences, Médecine, Pharmacie, Vétérinaire, Agriculture, Technologies) se sont réunis en urgence pour publier un communiqué commun concernant cette étude, sa méthodologie et sa médiatisation jugée excessive et éthiquement incorrecte.

Ce quarteron d'experts auto-proclamés sur la fiabilité des OGM s'autorise à se présenter comme les porte-paroles d'Académies sans que l'ensemble de leurs membres en aient été averties, ce qui ne parait pas non plus relever d'une éthique au-dessus de tout soupçon. Ce communiqué se permet de mettre en avant les éventuels conflits d'intérêt des auteurs de cette étude du fait des soutiens financiers qui ont été nécessaires à sa réalisation. Mais les Académiciens, auteurs de ce communiqué s'autorisent de leur côté à rester anonymes et à n'évoquer ainsi aucun de leurs propres liens d'intérêts éventuels.
Quelles que soit les critiques scientifiques qui pourraient être faites à l'encontre de cette publication du professeur Séralini, elle se doit d'être prise en compte, approfondie et complétée. Les problèmes de santé publique qu'elle soulève ne sauraient être balayés d'un revers de main. Le problème n'est pas de savoir ce qu'en pensent les médias, mais plutôt de juger la qualité technique de ce travail en toute neutralité et sérénité.

Nous voulons de plus défendre ici les fonctions de lanceur d'alerte que le professeur Séralini acquiert ainsi, en osant dénoncer un risque potentiel alimentaire grave pour la santé de tous. Les précautions et les moyens qu'il a utilisés pour accompagner sa publication scientifique sont bien en deçà de ceux d'un certain lobby agro-alimentaire tout puissant dont il connait bien les méthodes.

Nous regrettons que les lanceurs d’alerte doivent faire appel à des fonds privés afin de justifier leurs inquiétudes comme a dû le faire le Pr GE.Séralini . Les OGM représentent un danger potentiel pour la Santé Publique et aucun moyen financier n’est dégagé pour étudier leur toxicité.

La CNMSE s’était investie en 2008 auprés des Députés pour faire interdire le maïs Monsanto 810 en France .Le résultat est toujours là ,le Maïs Mosanto 810 est toujours interdit en France après ces mobilisations . Tout citoyen a le droit élémentaire de savoir ce qu'il absorbe lorsqu'il s'alimente et si cette nourriture est saine et dénuée de tout risque à long terme.

Dr D.Eraud Présidente
Dr D.Le Houézec Vice –Président
Dr F.Glémet Porte-Parole

CNSME
Articles du dossier Comité éthique et scientifique FemininBio
Envie de réagir ? Je prends la parole
Réaction à l'article
Par michelboisset le 28 novembre 2012 à 18h13
Mediatisation et imposture sqcientifique

La publication de Seralini et al est critiquable sur beaucoup de points. Les 5 académies scientifiques de France en ont dénoncé cette situation. Les agences européenne (EFSA) et française (ANSES) émettent plus que des réserves sur les résultats "sensationnels" de cette étude. Que dire de l'orchestration médiatique de la sortie simultanée de papier dans Food Chem Toxicol et du bouquin de Seralini. Etude financée par le biais d'une association financée en douce par de firmes de la grande distribution qui veulent mettre en avant leur produits exempts d'OGM. En toute indépendance bien sûr !

Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte