Naissance

Accoucher en maison de naissance : interview des sages-femmes du CALM de la maternité des Bluets

Publié le 1 mars 2013
Curieuse de tout, piquée d'écriture. Ex-responsable édito de FemininBio, blogueuse empathique aimant raconter la vie des autres @parisbylight.
Accoucher naturellement en maison de naissance, bientôt possible en France ?
Accoucher naturellement en maison de naissance, bientôt possible en France ?
© Fotolia

Alors que nos voisins européens comptent de nombreuses maisons de naissance depuis les années 80, la France tarde à adopter ce type de dispositif qui offre un accouchement plus naturel. Interview de deux sages-femmes du CALM, maison de naissance située à Paris.

La surmédicalisation de la naissance est au cœur du débat, pourtant il existe encore peu de solutions en France qui permettent de sortir du cadre hospitalier pendant une grossesse et un accouchement.

Stéphanie Queval Holland et Corinne Adler sont sages-femmes libérales, travaillent au CALM (Comme à la maison), l'une des 3 maisons de naissance « tests » d'Ile de France. Elle ont répondu à nos questions sur l'accouchement en maison de naissance.

Qu'est ce qui change si l'on choisit d'accoucher en maison de naissance ?

Le suivi global ! La femme est suivie par la même sage-femme tout au long de sa maternité. Cela comprend le suivi de grossesse, le travail, l'accouchement, les suites de couches, la visite post-natale et la rééducation périnéale.

L'avantage c'est qu'une proximité se crée, et le jour de l'accouchement, la future maman est soutenue par la sage-femme qui l'a suivie pendant toute sa grossesse et qui la connait donc très bien.

Une femme qui accouche en maternité est reçue par une équipe de sages-femmes de garde qu'elle ne connait pas forcément et qui doivent s'occuper d'autres femmes en même temps.

Et par rapport à un accouchement à la maison ?

La maison de naissance, toujours proche d'une maternité, dispose sur place d'une équipe médicale et du matériel nécessaire, si une urgence se présente.

Comment se passe un accouchement au CALM ?

Quand une maman accouche au CALM, elle est donc accueillie par la sage-femme qui la suit depuis le début de sa grossesse. Le début du travail s'effectue dans l'enceinte du CALM. Vers la moitié du travail, quand la maman peut encore se déplacer facilement, nous rejoignons ensemble une salle de naissance des Bluets.


La maman reste environ 2 heures en salle d'accouchement après la délivrance (expulsion du placenta). Ensuite, lorsque tout va bien, elle retourne au CALM pendant au moins 4 ou 5h pour se reposer, nourrir le bébé, terminer les formalités administratives etc. Puis elle rentre chez elle.

La sage-femme ira la revoir le soir et pendant les jours qui suivent selon ses besoins. Nous sommes donc disponibles pour chaque femme à partir de 37 semaines (1 mois avant le terme).

Que changerait ce décret sur les maisons de naissance examiné au Sénat ?

Tant que le décret n'est pas voté, les naissances n'ont pas lieu au sein même du CALM mais dans les salles d'accouchement des Bluets. Pourtant, les chambres de naissance sont prêtes ! Bien entendu, la femme accouche quand même avec la sage-femme qu'elle connait et qui l'a suivi tout au long de sa grossesse.

Si la loi est votée, les naissances pourraient avoir lieu dans les chambres de naissance du CALM et cela éviterait de se déplacer au milieu de travail. Seulement en cas de besoin, il serait possible de confier la femme à l'équipe médicale au sein de la maternité.

Pourquoi est-il compliqué d'installer des maisons de naissances en France ?

Dans tous les pays européens, les maisons de naissance existent, la France est une exception !

Pourquoi ? Parce que les décisions sont prises au Sénat et à l'Assemblée nationale, entre autres, par des médecins, souvent des hommes. De plus, les obstétriciens sont frileux dans notre pays, sous couvert de sécurité mère-enfant. C'est pourtant un argument étrange, puisque la France est mal placée par rapport à ses voisins européens sur les risques de mortalité morbidité maternelle et infantile.

Le fait que les sages-femmes ne soient pas autorisées à travailler en autonomie soulève la question de la confiance qui leur est accordée, alors qu'elles sont formées en France. La sage-femme, profession médicale, est pourtant la gardienne de l'eutocie (absence de pathologie). Celle-ci doit savoir surveiller une grossesse et détecter la pathologie pour orienter la femme vers un médecin seulement si nécessaire.

Les femmes qui souhaitent accoucher seulement avec leur gynécologue, en font la demande simplement parce qu'elles le connaissent, parfois depuis leur première consultation gynécologique. Elles choisissent alors leur maternité en fonction de leur médecin. Pour les mêmes raisons d'ailleurs ! Mais la phase de travail (qui dure parfois 10 à 12h) sera suivie par une sage-femme. Le gynécologue intervient, simplement dans la dernière demi-heure qui précède la naissance le plus souvent...

Combien de femmes choisissent le cadre du CALM chaque année ?

Nous recevons environ 150 demandes par an. Sur ce nombre, nous sommes obligées d'en refuser environ 70, par manque d'effectif (nous sommes actuellement 2 sages-femmes à temps plein et 2 à temps partiel, ce qui équivaut à 3 temps pleins).

En 2012, 56 femmes sur les 80 inscrites ont accouché dans le cadre du CALM. Les autres ont été prises en charge par une équipe médicale de la maternité des Bluets, pendant le travail, la naissance ou après la naissance.

Pourquoi les femmes peuvent-elles être réticentes à l'idée d'accoucher en maison de naissance ?

Principalement parce qu'il s'agit d'accoucher naturellement (sans péridurale), un choix qui peut encore faire peur. Peut-être par manque d'explication ? La plupart des femmes ne connaissent que le schéma d'accouchement avec péridurale et pensent qu'il serait insensé de s'en passer, alors que c'est possible.

Les parents qui choisissent le CALM ont toujours une réunion d'information qui leur permet de découvrir si ce type d'accouchement leur convient ou pas. Le tout est d'avoir le choix.

Et en terme de coût ?

Le total du suivi au CALM coûte environ 1400 €. La Sécurité Sociale prend en charge plus de la moitié de ce montant.

Le CALM est installé dans les locaux de la maternité des Bluets, dans le 12ème arrondissement de Paris. C'est une association de parents adhérents et de sages-femmes libérales.

Articles du dossier Accouchement naturel
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte