Alimentation

Erwann Menthéour : la santé est dans l'assiette

Publié le 8 avril 2015
Copyright : Fitnext
Copyright : Fitnext
© Fitnext

Après une carrière de coureur cycliste et un passage dans le monde de la musique, Erwann Menthéour s'est reconverti avec succès dans le coaching sportif et nutritionnel. Un nouveau défi qui lui tient particulièrement à coeur et dans lequel il est pleinement investi.

Vous n’êtes pas médecin, quelle est votre légitimité pour parler de santé ?
En tant que sportif, ça fait 25 ans que je m’intéresse à la nutrition. Au cours de leurs six ans d’études, les médecins ne suivent que 48 heures de cours de nutrition. Je suis légitime parce que je suis curieux, que je me renseigne et que j’ai vécu la maladie personnellement et dans mon entourage. En 2002, ma femme a été malade. Mon frère est mort cette année du cancer. J’ai vu les ravages de notre système de soin, qui s’acharne à traiter la pathologie au lieu de s’occuper de la personne dans son ensemble. Une bonne nutrition permet de soigner tout l’organisme et agit en amont des maladies. C’est la meilleure garantie santé.

Notre santé passe donc par notre alimentation ?
Les gens alimentent leur voiture avec un type précis d’essence, mais quand il s’agit de leur corps ils trouvent normal de lui donner n’importe quoi. Les aliments industriels n’ont pas de propriétés nutritionelles. Ils sont composés de « calories creuses », c'est-à-dire qu’ils contiennent du sucre et des graisses saturées mais quasiment aucun nutriment. C’est pourquoi on assiste à une envolée des maladies inflammatoires depuis la fin de la Seconde guerre mondiale.

Quels sont les dangers de la malbouffe ?
Obésité, diabète, troubles cardio-vasculaires... Huit maladies sur dix viennent de notre alimentation. Si la nourriture industrielle est désastreuse pour notre santé, elle ne l’est pas moins pour l’environnement. Dans tous les aliments transformés on retrouve du blé, du soja, du maïs et de l’huile de palme : les quatre grandes monocultures qui participent à la déforestation. L’empreinte carbone de tels produits est considérable car ils parcourent souvent de longues distances. Enfin la malbouffe est une composante du problème économique de nos sociétés. Si on avait un mode de vie sain, on dépenserait moins d’argent dans les soins. Et puis consommer local, c’est recréer du tissu économique ! En période de crise, c’est essentiel.

Qu’est-ce qu’un mode de vie sain ?
Un mode de vie sain, c’est fond nutritionnel qui se concentre sur la qualité et une activité sportive régulière. En évitant tous les produits transformés, on apprend à cuisiner, ce qui recrée du lien social. En prenant soin de nous, on opère la révolution de l’homo economicus à l’humain.

Quels sont les pièges psychologiques dans lesquels nous tombons trop facilement concernant la malbouffe ?
Les industriels nous tendent beaucoup de pièges. Et ils sont aidés dans cette entreprise par le pouvoir démesuré de l’ignorance volontaire. Selon une récente étude du CNRS, le sucre est jusqu’à 8 fois plus addictif que la cocaïne. Et que contiennent la plupart des aliments industriels ? Du sucre…

Le sucre nourrit le cancer, il crée l’obésité et réduit l’efficacité de nos cellules immunitaires. Sur les deux dernières années, les femmes ont perdu cinq mois d’espérance de vie en bonne santé. A moins d’un retournement de situation, cet état de fait n’est pas prêt de s’arranger.

Céder à la facilité, fuir la critique, c’est facile, mais ce n’est pas la bonne solution. Il est urgent de revoir nos modes de vies, de s’interroger sur l’opportunité de donner des bonbons à nos enfants, de manger des plats tout préparés...

 

Erwann Menthéour est l'auteur de Et si on décidait d'aller bien, paru aux éditions Solar.

Articles de la même rubrique
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte