Jeûne

Je teste le jeûne intermittent pendant 1 mois : J+30

Publié le 18 août 2014 - Mis à jour le 10 septembre 2014
Maëlle Feret a testé pour vous le jeûne intermittent !
Maëlle Feret a testé pour vous le jeûne intermittent !

Pendant un mois Maëlle a décidé de faire l'expérience du jeûne intermittent tout en livrant ses impressions à J+0 et J+15. Aujourd'hui, elle témoigne pour Femininbio de son ressenti en fin de parcours.

Nous y voilà, fin du challenge 30 jours de jeûne intermittent. Un bilan en chiffres assez probant :

  • 2kg en moins sur la balance.
  • Sur une échelle de 1 à 10 point de vue vitalité, je pense que je suis passée de 6-7 en moyenne au début du mois à 8 ou 9 (avec pourtant un manque de sommeil…) !
  • Un chiffre pour le moins étonnant : des économies ! Je dirais entre 20 et 40€ sur un mois sur le budget familial, peut-être plus ! Ce n’est pas rien, et ça peut être une super ressource pour équilibrer un budget vers une alimentation plus saine (aliments issus de l’agriculture biologique par exemple).

Mais bien sûr, le bilan ne se limite pas à trois lignes chiffrées. Même si j’ai trouvé le jeûne intermittent 16/8 globalement assez facile à mettre en place et à intégrer à mon quotidien, cette nouvelle routine santé m’a permis d’avancer aussi dans ma connaissance personnelle. En effet, il m'a fallu "débattre avec moi-même" à plusieurs reprises pour tenir vraiment le cap, le fait de savoir que je viendrai vous en rendre compte m'a aider à franchir quelques étapes et sans doute à être honnête avec moi-même, pour pouvoir l'être en retour avec vous !

  • Comme je vous l’avais évoqué lors du 1er bilan, en choisissant de commencer ma fenêtre de jeûne à 20h, il m'a fallu apprendre à me passer de mes grignotages nocturnes. Au bout d'une semaine d'effort je me suis rendue compte que, oui, je pouvais passer d'excellentes soirées sans "snack" et que quelques gorgées d'eau ou une infusion suffisaient à combler ce qui était en fait un besoin de posage et de réconfort !
  • C'est sur la 2ème quinzaine du challenge qu'est progressivement apparue une 2ème problématique : sauter le petit déjeuner ne m'a à aucun moment poser de problème en termes de faim, mais en termes d'envies si.  C'est comme ça que j'ai fini par me rendre compte que je terminais désormais tous mes repas (du midi surtout) par... 2 desserts ! Et oui, le dessert "du jour" + une part de "rattrapage" sur le gâteau du petit déjeuner qui m'avait fait trop envie le matin et parfois même je rajoutais le carreau de chocolat (noir) avec le café. Rien de complètement extravagant, mais c’est finalement la stabilisation de l'aiguille sur la balance m'a permis de me questionner intelligemment...

Rappelons ici que le sucre est une drogue ! Je suis, je pense, à peu près désintoxiquée du sucre raffiné, mais pas encore complètement de la saveur sucrée. Pas celle du fructose (le sucre des fruits), qui 9 fois sur 10, avec un index glycémique bas est très doux avec notre organisme et ne désorganise pas notre glycémie (exception pour la pastèque, le melon, et dans une moindre mesure, l'ananas, la banane et la mangue, dont l'ig est moyen-haut à très haut), mais la saveur sucrée un peu "grasse", la « comfort-food », qui même la plus saine possible peut rester source d'une certaine dépendance...

Je finis donc ce mois de challenge en me ré-équilibrant sur un seul dessert par repas et une douceur au besoin au goûter... Et pour finir ce challenge, j’ai effectué hier une mono-diète de raisin entre 12h et 19h. Un fruit assez sucré, mais à l'index glycémique bas, connu pour ses vertus draînantes et assainissantes. La mono-diète consiste en effet à manger un seul aliment par repas au cours d'une ou plusieurs journées. La quantité n'est pas limitée, on mange de cet aliment autant que l'on veut et aussi souvent qu'on en éprouve le besoin. Cela permet le nettoyage rapide de l'organisme, son décrassement et l'élimination des toxines qui l'encombrent. Cela m’a permis de finir de dépasser ce besoin (psychologique) de "compenser" ce que je n'ai pas mangé à un repas sur un autre...

Alors, tout s’arrête après 30 jours ? Et bien pas du tout ! Je pense que le jeûne intermittent va désormais faire partie de mon mode de vie, tous les points positifs évoqués dans cet article me font me dire qu’il correspond bien à mon métabolisme. Je pense également intégrer régulièrement des mono-diètes, le résultat (effet ventre plat notamment) m’a convaincue. Passer de la théorie (le jeûne, les mono-diètes, toutes ces propositions font partie des « cures » utilisées en santé naturelle) à la pratique m’a permis de mieux réaliser les bienfaits de ces pratiques ainsi que de comprendre les éventuelles difficultés à dépasser ! Et vous, vous commencez quand ?

Vous souhaitez tenter l’aventure « pour voir » et vous avez besoin d’un accompagnement  ?Contactez-moi sur mon Blog ou ma page Facebook

>> Tous les détails sur les coachings alimentaires que je propose

Notre contributrice : Maëlle Feret l'auteur du blog Permis de gourmandise, est créatrice culinaire et conseil en bio-alimentation, nutri-santé, intolérances et régimes spécifiques. Son blog partage ses découvertes, ses recettes saines et ses conseils précieux. 

Articles du thème Maigrir naturellement
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte