Jouets toxiques, le WECF lance l’alerte

Publié le 18 novembre 2011 - Mis à jour le 11 septembre 2015

A six semaines de Noël, le WECF lance un avertissement. Les jouets sont encore loin d’être sans risques, malgré les nombreuses règlementations adoptées. La hotte du Père Noël, un concentré toxique ?

Jouets toxiques, le WECF lance l’alerte
Jouets toxiques, le WECF lance l’alerte

C’est un joli puzzle en bois pour les plus de deux ans ou un tablier de cuisine en plastique « pour faire comme Maman ». Des jouets que l’on a envie d’offrir, en somme. Mais l’ONG Women in Europe for a Common Future (WECF) y voit surtout des dangers pour la santé des enfants qui les recevront. Testé en France, le puzzle en bois contient 1,25 mg/L de formaldéhyde, une substance classée « cancérogène pour l’être humain » au niveau international et identifiée comme substance prioritaire par l’Organisation Mondiale de la Santé. Le tablier de cuisine a quant à lui été testé sur le marché néerlandais et contenait pas moins de 578 mg/kg de DEHP, un phtalate interdit dans les jouets et les articles de puériculture.

Depuis la fin des années 1980, les jouets font l’objet de directives européennes pour renforcer la sécurité, y compris sanitaire, des enfants qui les manipulent. Des normes bienvenues puisque les petits Européens sont couverts de cadeaux : l’Union européenne représente un quart du marché mondial du jouet, se classant ainsi juste derrière les Etats-Unis. Malgré les sanctions lourdes et les campagnes incisives, les directives ne sont pas toujours appliquées par les fabricants de jouets. Résultat, selon RAPEX, l’agence européenne en charge de la sécurité des consommateurs, en 2010 les jouets ont représenté 25% des produits rappelés par les 27 Etats membres. Le risque chimique lié aux jouets a été le second type de risques à l’origine de retraits du marché.

Tous les types de jouets sont concernés, même si heureusement tous les jouets ne sont pas nocifs. Concernant les phtalates, le WECF reconnaît n’en avoir décelé que sur un seul jouet parmi les 29 testés aux Pays-Bas. Un résultat globalement satisfaisant donc, et même plus que le test sur le formaldéhyde. Cette substance était présente, certes en quantité inférieure aux normes maximales fixées, dans trois cas sur cinq. Plus inquiétant, le maquillage et les bijoux pour les enfants contiennent des métaux lourds, même si dans des proportions inférieures aux limites fixées par les textes règlementaires. La difficulté, souligne le WECF, réside dans le fait que les enfants empruntent parfois le maquillage des adultes pour s’amuser. Or ceux-ci contiennent des substances allergènes, des perturbateurs endocriniens et des métaux lourds. Un cocktail dont les enfants se passeraient bien.

Le WECF s’inquiète également les jouets « dernière génération », à savoir ceux qui émettent des champs électromagnétiques (CEM). Des consoles connectées en Wifi ou Bluetooth à Internet aux manettes de Wii qui émettent des CEM alors qu’elles sont proches du corps des enfants, les exemples sont multiples. Cette année encore, ces jouets seront en bonne place dans les listes au Père Noël, alors que le Centre International de Recherche sur le Cancer a récemment définit les CEM comme « peut-être cancérogènes pour l’homme».

Malgré les interdictions et les normes en vigueur, il est encore difficile d’avoir toutes les garanties sur la qualité d’un jouet. Pour autant, pas question de priver les enfants du bonheur du jeu. Le WECF propose donc aux parents un petit guide rédigé par des experts pour faire le plein de conseils pratiques sur le choix des jouets et les précautions à prendre. Une lecture bienvenue à quelques semaines de Noël !

Le guide Jouets du WECF en ligne

Claire Sejournet
Articles du thème Vitamines et oligoéléments
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte