Naissance

Maison de naissance : rencontre avec Laure Flamant, présidente de Un nid pour naitre

Publié le 20 mai 2016
Depuis 2013, la loi française autorise les maisons de naissance.
Depuis 2013, la loi française autorise les maisons de naissance.
© Pixabay

Autorisée depuis 2013 en France, des maisons de naissance commencent à ouvrir sur le territoire hexagonal. Rencontre avec Laure Flamant, sage-femme et présidente de l'association Un Nid pour Naitre, qui gère la maison de naissance de Nancy.

Qu'est-ce qu'une maison de naissance ?
Une maison de naissance est un lieu qui permet la pratique de l'accompagnement global à la naissance. Des sages-femmes libérales peuvent y accompagner les couples qu'elles ont suivis en anténatal pour la naissance de leur enfant, dans le respect de leurs compétences naturelles et de leur physiologie. Les maisons de naissance françaises ne proposant pas d'hébergement, la sage-femme poursuit son accompagnement en post-natal à domicile.

Ceci permet une centralisation des soins autours d'une même personne et ainsi une guidance tant médicale que psychique et familiale.

Une maison de naissance est un lieu communautaire où les parents et usagers sont les acteurs de la vie de la maison et des décisions médicales les concernant. Sages-femmes et usagers y évoluent ensemble. 

Les maisons de naissances existent depuis longtemps dans certains pays d'Europe (en Allemagne dès 1987). Pourquoi le législateur français a-t-il attendu 2013 pour les autoriser ?
Le projet des maisons de naissance françaises est apparu lors du plan de périnatalité 2005-2007 « humanité, proximité, sécurité, qualité ». Ce plan d'action avait comme objectif de moderniser l'environnement de la grossesse et de la naissance, de réduire la mortalité périnatale et maternelle et d'améliorer la sécurité et la qualité des soins.

Nous pouvons penser que certains axes tels que la rénovation des maternités publiques et privées existantes, la   modernisation des services de réanimation pédiatrique ou la couverture du territoire en réseaux de périnatalité ont été prioritaires.

Toutefois, du fait de militantisme de parents, associations, collectifs, officiels, et de la littérature appuyant cette  nouvelle offre de soin comme une alternative sécurisée, le législateur français a permis en 2013 l'expérimentation et donc la création des maisons de naissance françaises.

L'expérience de nos voisins européens est riche d'enseignements et nous démontre que les inquiétudes, controverses et interrogations demeurantes sont infondées.

Quelles limites l'accouchement médicalisé a-t-il atteint pour que les femmes soient de plus en plus nombreuses à chercher des alternatives comme les maisons de naissance ?
La médicalisation est le processus par lequel on définit et prend en charge médicalement quelque chose. Or la naissance est par essence naturelle et physiologique.

Des femmes, s'appuyant sur l’expérience des mères qui ont mis au monde leur enfant uniquement par leurs compétences et celles de leur bébé, veulent se réapproprier l'accouchement afin de le vivre différemment et pleinement. Ces femmes ne renient pas l'accouchement médicalisé, mais uniquement son caractère automatique. Elles estiment que l’accouchement médicalisé n’est nécessaire qu'en cas de pathologie pour répondre à leur exigence de sécurité pour elles-mêmes et leur bébé.

Ce n'est pas l'accouchement médicalisé qui nous montre ses limites mais l'organisation actuelle des services hospitaliers qui ne permettent que rarement de pratiquer des soins individualisés. Or les pays ayant un taux de morbi-mortalité le plus faible ne sont pas les plus médicalisés mais ceux qui pratiquent le concept « une femme-une sage femme », 

Qui sont les couples qui choisissent l'accouchement en maison de naissance ?
Certains choisissent l'accouchement en maison de naissance pour pouvoir bénéficier de l'accompagnement global à la naissance, soucieux de connaître la personne qui les accompagnera pour la naissance de leur bébé. D'autres sont convaincus par la naissance physiologique et se tournent donc vers les structures qui soutiennent et s'organisent autour de ce type de naissance.

Enfin, l'environnement familial peut paraître primordial. Cette possibilité de l'accompagnement de la famille au delà de la femme enceinte, celle d'une sortie dans les deux heures après la naissance pour retrouver son foyer attirent des couples. 

A Nancy, la maison de naissance est située dans la maternité régionale. Quels sont les liens entre maternité conventionnelle et maison de naissance, à Nancy et de manière générale ?
La loi du 6 décembre 2013 stipule que les maisons de naissances françaises doivent être contiguës à une structure autorisée pour l'activité de gynécologie obstétrique, avec laquelle elles doivent passer une convention. Ainsi, nous sommes liés à la maternité du CHRU par une convention qui permet le relais de la prise en charge des couples lorsqu'une situation sort de la compétence des sages-femmes, c’est à dire lorsque apparaît une pathologie, que ce soit avant, pendant ou après la naissance. Il s'agit d'un critère de sécurité de plus. Ces liens nous ont permis et nous permettront encore  de partager autour de nos pratiques, ce qui est très enrichissant.

Quelle est la force de l'accompagnement proposé par les maisons de naissance pendant la grossesse, lors de l'accouchement et après la naissance ?
Sa force est  le respect du principe « une femme-une sage femme ». Cet accompagnement global à la naissance est personnalisé. Au fur et à mesure des semaines et des mois, parents et sage-femme établissent un lien unique de confiance. Celui-ci permet un accompagnement en fonction de l'histoire, des convictions, du rythme du couple, gage de renforcement de l'unicité de la naissance de leur bébé. 

Dans un environnement qui y est propice,  la sage-femme va ainsi utiliser ses compétences pour soutenir la femme et  la physiologie. Or des études nous prouvent que ce processus contribue à la santé et au bien-être des femmes enceintes et des nouveaux-nés et satisfait le besoin des femmes d'être soutenues et respectées.

Cet accompagnement répond à une prévention primaire d'amélioration des liens entre parents et enfants. La femme et le couple sont acteurs lors de la grossesse, du travail et de l'accouchement, ce qui renforce la confiance dans leur capacité à être parents et à accompagner leur bébé dans l'enfance. 

Plus d'info sur l'association Un nid pour naitre

Articles du dossier Accouchement naturel
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte