Santé

Nassrine Reza et la nutri-émotion : Le lien entre corps, émotions et eau

Publié le 24 octobre 2014 - Mis à jour le 25 octobre 2014
L’eau est la première source d’énergie pour le corps.
L’eau est la première source d’énergie pour le corps.

Nassrine Reza, intuitive médicale et thérapeute, répond à nos questions concernant la nutri-émotion, une méthode de guérison qui considère les troubles corporels comme liés au psychisme, par l'intermédiaire de nos émotions et de notre apport en eau.

Nassrine Reza, fondatrice de la thérapie Nutri-emotion
Nassrine Reza, fondatrice de la thérapie Nutri-emotion
"Ne cherchez pas les causes de vos déséquilibres physiques dans le corps, mais dans votre système émotionnel". Voici la phrase étonnante qui apparaît en gras sur la première page du site internet de Nutri-EmotionC'est la devise de Nassrine Reza, fondatrice de cette nouvelle manière d'appréhender la santé. Nos petites douleurs et mal-êtres, nos dysfonctionnements comme nos maladies graves, seraient causés directement par nos peurs, colères ou angoisses qui conditionnent l'approvisionnement de notre corps en eau. 

Nassrine Reza répond aujourd'hui à nos questions sur le lien entre corps et émotions à travers le taux d'hydratation de l'organisme, ainsi que sur la méthode de soin qu'elle préconise pour accéder à la guérison.

FemininBio : Pouvez-vous expliquer les liens entre émotions et eau ?

Nassrine Reza : L’eau est la première source d’énergie pour le corps, puisqu’il en est essentiellement constitué. Aucune boisson ne peut la remplacer. L’eau ne sert pas uniquement de transporteur et de solvant, mais elle génère de l’énergie hydroélectrique indispensable au bon fonctionnement cellulaire. Notre corps est comme notre voiture : elle ne peut être fonctionnelle si nous ne mettons pas d'essence. Notre corps a besoin d'eau.

Dans une situation de pénurie d’eau, le corps peut être forcé à réduire ou à supprimer certaines de ses fonctions. Cela empêche entre autre la production d’un puissant neuromédiateur, la sérotonine. Elle est directement liée à notre état émotionnel et impliquée dans la régulation de fonctions, telles que la thermorégulation, les comportements alimentaires et sexuels, le cycle veille-sommeil, la douleur, l’anxiété ou le contrôle moteur.

Mais la quantité de sérotonine dépend également du taux de stress. Plus le niveau de stress augmente plus la sérotonine baisse.

Le manque d’hydratation est-il la cause ou l’effet du dérèglement émotionnel ?

N.R. : L’insuffisance hydrique à moyen ou à long terme peut sévèrement perturber les fonctions physiques, psychiques et émotionnelles. Celle-ci  est autant la cause que l’effet d’un dérèglement émotionnel. L’un engendre l’autre.

S’il n’y a pas suffisamment d’énergie (d’eau) dans le corps pour l’élaboration de sérotonine (gestion de l’émotion), le système émotionnel s’en retrouve irrévocablement affecté. A l’inverse, un traumatisme psychique et donc émotionnel, entraîne la baisse de sérotonine, ce qui fait croître le stress et ce qui diminue réciproquement les ressources hydriques.

Comment ce manque d’hydratation et ce déséquilibre émotionnel se traduisent-ils en troubles de l’alimentation ?

N.R. Le déséquilibre émotionnel découle indéniablement d’un refoulement émotionnel. Face à un souvenir marquant (traumatisme, sentiment de culpabilité ou d’impuissance, non-dits, honte…) notre psychisme déclenche un mécanisme qui inhibe l’émotion. Un état de combativité en découle.

Confrontée à cette « lutte psychique », la personne expérimente un pic de stress, qu’elle compensera de diverses manières. Pour les personnes atteintes de troubles alimentaires, la nourriture est utilisée  comme un mécanisme de défense face à ce stress. Le besoin compulsif de manger vise à abaisser le niveau de stress en augmentant temporairement la sérotonine, générant un sentiment de bien-être factice et de courte durée. 

Un cercle vicieux s’installe : refoulement émotionnel – stress – prise alimentaire – refoulement émotionnel…

Pouvez-vous nous parler de votre don d’intuition, ses origines et de vos débuts dans la médecine intuitive ? 

N.R. J’ai toujours été doté d’une grande sensibilité, mais j’en ai pris conscience le jour où ma grand-mère nous a quittés. Dès lors mon intuition s’est affinée, à un tel point qu’il m’était possible de faire des bilans spontanés sur l’état physique et psychique d’une personne.

En soif de connaissance et face à de nombreuses questions, j’ai suivi diverses formations en médecine alternative. Il y a 10 ans, j’ai crée ma propre méthode la Nutri-Emotion, qui met en évidence les corrélations existantes entre les émotions et l’état physique et psychique. Passionnée par l’épigénétique, je poursuis mes recherches avec des spécialistes dans ce domaine.

Comment se passe une séance de nutri-émotion ?

N.R. Avant de faire une séance, j’offre une consultation informative gratuite par Skype, afin d’expliquer ma méthode et afin de répondre aux premières questions.

La séance débute toujours par un bilan intuitif de l’état de santé qui met en évidence les différentes déficiences physiques, psychiques et émotionnelles et leurs relations réciproques. 

La personne fait également une liste de tous ses objectifs. Cette première étape sert à établir un programme d’eau personnalisé et à définir les moments clés qui permettent à la personne d’accéder à ses buts.

Votre travail se rapproche-t-il d’une certaine manière du travail d’une psychologue ?

N.R. La Nutri-émotion a des points communs avec le travail d’un psychologue, mais  très peu de temps est investi à l’analyse du problème. Certes, il est important d’en comprendre les raisons, mais il est surtout indispensable de pouvoir y remédier immédiatement lorsque le problème se manifeste. Pour ce faire des outils personnalisés, simples et utilisables dans toutes les circonstances sont mis en place.

Donnez-vous également à vos patients des programmes d'alimentation à la manière d'une nutritionniste?

N.R. Je ne donne jamais aucun conseil alimentaire, pour la simple et bonne raison que c'est à chaque personne de découvrir ce dont son organisme a besoin. 

Une fois que le rapport à son corps est rétabli, la personne va spontanément se diriger vers les aliments essentiels à son bien-être. Les personnes qui ont suivi des régimes ont souvent des idées préconçues face à un aliment ou une manière de se nourrir. L’objectif est justement de se défaire de ces croyances, afin d’être totalement à l’écoute des besoins réels du corps. 

Vous parlez d'une insuffisance hydrique à la racine de pathologies aussi différentes que le cancer, la dépression mais également l'anorexie et l'embonpoint. Recevez-vous en consultation des personnes atteintes de cancer?

N.R. La Nutri-Emotion ne remplace aucunement la médecine, mais c’est une approche préventive et complémentaire. Son champ d’application englobe les problèmes les plus divers. Le processus de base est le même pour toutes les formes de déséquilibres, mais de multiples facteurs doivent être pris en compte selon le problème en question. J’ai en effet suivi de nombreux patients souffrants de cancer en collaborant également avec leurs médecins respectifs.

Vous parlez d’une nouvelle philosophie de vie, pouvez-vous développer cette idée ?

N.R. La Nutri-Emotion ne peut pas uniquement être considérée comme une méthode, car elle engendre une nouvelle approche de la vie. Il s’agit d’apprendre à accueillir les émotions en arrêtant d’investir de l’énergie à la lutte.

La Nutri-Emotion est conçue de manière à ce que chaque personne accède à des prises de conscience spécifiques et, surtout, qui lui sont bénéfiques à long terme. Elle enseigne une manière simple d’accéder à une vie qui nous corresponde réellement.

Quels conseils donneriez-vous à une personne mal à l'aise avec son corps?

N.R. Le malaise face au corps découle d’un malaise émotionnel. Le corps est uniquement le support d’une émotion refoulée. Observer cette émotion et lui donner le droit d’exister amène déjà à une nouvelle perception.

Le plus important dans notre approche face à une difficulté est donc de ne jamais lutter contre puisque cela déclenche très souvent une détérioration. Un dialogue constructif avec notre mental engendre des miracles. Le soutenir dans ses moments difficiles est capital au changement. On évitera donc de le juger sévèrement. Lorsqu’il se sent mal à l’aise, il faut au contraire lui demander son aide et le remercier d’avance.

S’octroyer des moments de détente est capital pour notre psyché et la régulation du système émotionnel. Porter notre attention sur nos qualités plutôt que sur nos défauts est également un premier pas vers l’épanouissement. Et pour notre corps, la première aide reste l’absorption d’eau plate et pure.

 

L'experte :

Nassrine Reza est née à Zurich et y a passé les seize premières années de sa vie. Depuis son enfance elle est dotée d'une sensibilité particulière, ce qui lui permet de déceler des déséquilibres physiques, psychiques et émotionnels. Cette habilité l'amène naturellement à exercer en qualité d'intuitive médicale et de thérapeute. En parallèle elle suit diverses formations en médecine alternative et crée en 2002 sa méthode La Nutri-Emotion. En soif de connaissances, elle poursuit ses recherches en épigénétique, plus précisément les corrélations existantes entre certaines émotions et des parties spécifiques de l'ADN.  Depuis dix ans, Nassrine Reza accompagne les personnes sur leur chemin de vie et de guérison. Elle offre des conférences, des consultations privées par Skype, des cours collectifs et des séminaires en Suisse et à l'étranger.

Pour plus d'infos, retrouvez Nassrine Reza sur son site Nutri-émotion

Articles du thème Psychologie
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte