Eau

Quelle eau devez-vous boire selon votre typologie et vos objectifs de santé ?

Publié le 27 mars 2013 - Mis à jour le 28 mars 2013
Hervé Janecek, Docteur-vétérinaire et biologiste, étudie et pratique depuis plus de 30 ans les liens qui existent entre les médecines traditionnelles et la physiologie occidentale ; depuis 15 ans, il se consacre en particulier à la nutrition humaine et surtout à la qualité des aliments proposés pour l'homme.
Quelle eau faut-il boire ?
Quelle eau faut-il boire ?

L'eau représente 70% du volume de notre corps. La qualité de celle que nous buvons est donc primordiale, pourtant difficile de savoir ce qui fait la qualité d'une eau. Pureté, pH, température et aussi quantité d'eau que nous devons boire chaque jour... Voici les 10 critères qui caractérisent une eau.

L’eau - faut-il encore le rappeler ? – est le constituant le plus important du corps, environ 70% en volume et jusqu’à 99% en nombre de molécules ! C’est dire l’importance que la qualité de l’eau revêt chaque jour dans notre alimentation …

Découvrez l’eau idéale à boire pour chacun

Pourtant, l’eau reste méconnue, car aucun enseignement synthétique et rigoureux sur ce thème n’est délivré aux médecins et aux nutritionnistes, afin qu’ils acquièrent un peu plus de respect pour cet élément vital de notre corps et donc qu’ils en informent leurs patients !

Vous trouverez donc ci-dessous les principaux critères de qualité qui font que votre eau vous convient ou pas, qui font qu’elle va être absorbée, assimilée par vos tissus et vos organes, et qu’elle va jouer son rôle de médiateur si important pour toutes les réactions biophysiques et biochimiques de vos cellules.

Il y a en tout 10 critères importants pour caractériser une eau :

La pureté de l'eau

Pour laver efficacement votre corps, il vous faut absorber une eau pure ! Ce qui n’est pas si évident aujourd’hui, tant l’eau de la ville comme les eaux en bouteille de PET, présentent des défauts sur ce point : l’eau courante contient en effet de nombreux résidus de médicaments et de pesticides agricoles. Et l’eau en bouteille, outre son côté anti-écologique à cause du plastique rejeté dans l’environnement, contient des aldéhydes toxiques et de l’antimoine provenant du PET.

Pour boire une eau pure, la seule solution est donc de filtrer et même d’osmoser l’eau distribuée au robinet : c’est une opération rentable, précise et qui permet d’obtenir une eau pure, même vis-à-vis des éventuels polluants dont on ne connaitrait pas encore la présence dans l’eau (comme les nanoparticules, par ex)?

L’eau osmosée a toutefois 3 défauts (pH parfois trop bas, minéralité éventuellement faible, structure cristalline et énergie absentes), mais ceux-ci peuvent être corrigés aisément, afin d’offrir au consommateur une eau vraiment pure, mais aussi régénérée et redevenue vivante (voir § 9).

Le pH de l'eau

L’eau bue arrive dans tous les cas dans l’estomac qui est très acide à pH 2 ! La qualité de la sécrétion de l’estomac est une des clés d’une bonne digestion ; si l’on boit une eau à pH élevé, on renforce dans un premier temps la sécrétion acide de l’estomac, puis on l’épuise ! Avec des sucs pancréatiques déjà très basiques dans l’intestin grêle, c’est une chimie plutôt alcaline qui va dominer en aval dans l’intestin, en faveur des putréfactions du côlon et au détriment des fermentations.

Or la flore de fermentation (bifidum, colibacilles) est justement celle qui répare les muqueuses de l’intestin, celle qui produit des vitamines (K, B), celle qui module notre réponse immunitaire vis-à-vis des aliments !

La règle est donc de boire plutôt acide (entre 6,5 et 7), toutefois sans excès d’acidité (pH<6) et en tout cas de ne pas boire longtemps trop basique (pH supérieur à 7,5), ou bien sinon sous la forme d’une cure ponctuelle de 8 à 10 jours pas plus.

La température de l'eau

Il faut boire le plus souvent chaud : le matin au lever de manière abondante, après le jeune prolongé de la nuit, mais aussi dans la journée, entre et pendant les repas, l’eau chaude réchauffe et aide à la digestion. Terminer un repas par un verre ou une petite tisane à base d’eau chaude, est le meilleur stimulant pour la digestion.

C’est un principe ancestral dicté par l’Ayurvéda, qui s’avère toujours juste ; si vous voulez perdre du poids, votre métabolisme ralenti a besoin d’eau chaude ; si au contraire vous souhaitez en gagner, votre métabolisme refroidi a encore besoin d’eau chaude ; surtout si vous prenez de l’âge ou bien si vous êtes convalescent ; et à fortiori durant les saisons froides ou fraiches, buvez chaud !

La teneur en bicarbonates de l'eau ou titre alcalimétrique complet (TAC)

Il s’agit là de la teneur de l’eau en mono- ou bi-carbonates, c’est à dire en sels minéraux contenant des ions HCO3- ; on mesure par ce critère l’alcalinité de l’eau (teneur en ions HCO3-) et non plus sa basicité (teneur en ions H+ faible, et pH élevé > 7,5). Les bicarbonates constituent une arme anti-acide sous forme retard.

Ils sont de fait importants pour le corps, car ils sont les piliers du système tampon du sang, qui doit absolument rester à la valeur de pH constante de 7,35 ; équilibrer son alimentation en aliments acidifiants (viandes, charcuteries, laitages, sucres) et/ou alcalinisants (fruits et légumes) est un des secrets d’une bonne santé.

Les bicarbonates de l’eau neutralisent les acides des aliments, mais aussi l’acide lactique du muscle, dont le rein doit se charger, d’où l’intérêt bien réel des eaux riches en bicarbonates, comme l’eau de Quézac, de Perrier et surtout l’eau de Vichy (avec pourtant un pH acide de 6,6) qui sont très anti-résidus acides.

Le degré d’oxydation de l'eau ou rH2

Oxyder une eau est nécessaire pour la désinfecter des bactéries qui sont présentes dans les réseaux, parfois en trop grandes quantités; c’est ainsi que l’on utilise du chlore (eau d’adduction), de l’ozone (piscines), du péroxyde d’hydrogène, etc … pour lutter contre les germes de l’eau.

Mais boire une eau oxydée à long terme, c’est … s’oxyder soi-même, donc vieillir quelque peu à chaque verre absorbé. Il vaut mieux donc boire une eau un peu réduite – mais pas trop - qu’une eau oxydée, ce qui se mesure par une échelle dénommée le rH2, dont les valeurs vont de 0 (très réduit) à 48 (très oxydé).

Après filtration ou osmose, le rH2 d’une eau de ville descend de 28 ou 30 jusqu’à 25, ce qui est très acceptable du fait au moins de l’élimination des molécules oxydantes résiduelles présentes (chlore et chloramines) dans les eaux d’adduction.

La salinité ou dureté de l'eau ou encore le degré hydrotimétrique (° TH)

Il s’agit là de la teneur en minéraux, dont l’essentiel est constitué par la présence de calcium et de magnésium.

Les eaux à minéralité globale élevée, entre 1600 et 4300 mg/litre (Hépar, Contrex ou Vichy) sont à déconseiller aux personnes qui veulent nettoyer leur sang et leur tissu conjonctif (intoxication, obésité, surpoids), car ces eaux sont trop salées, ce qui favorise plutôt la rétention d’eau et moins le drainage des tissus.

Les eaux de source, entre 25 et 110 mg/litre (Mont-roucous, Montcalm, Celtic, Volvic) ou encore les eaux osmosées, entrent à l’inverse dans la catégorie des eaux très peu salées et sont donc des eaux de drainage à proposer aux personnes en surpoids ; pour les personnes maigres ou bien convalescentes, il faut au contraire corriger ce relatif manque de sels minéraux ; une eau osmosée sera ainsi passée sur un lit de coraux ou bien d’algues de type lithothamne, ou encore adjuvée de solutions d’oligo-éléments, comme le plasma de quinton …

Car le champ magnétique d’une eau passe par les ions dissous en elle, et elle doit donc contenir un squelette minéral minimum (entre 60 et 120 mg/L).

La quantité d'eau qu'il faut boire par jour

Il faut boire selon sa soif d’une part, tout en essayant … de ne pas oublier de boire ! La recommandation classique est d’absorber jusqu’à 30 ml d’eau pure par kilo de poids et par jour ! Boire beaucoup est bon pour les personnes de corpulence médiane et surtout pour les personnes maigres, qui sont vite déshydratées, alors que les personnes en surpoids n’ont pas besoin de boire en rapport en fonction de leur poids, disposant d’un volant d’eau interne suffisant ; donc 30 ml/kg/j est une indication valable pour les personnes de poids normal ou plutôt réduit. Pour les autres en surpoids, il faut boire, mais pas trop : 30 ml/kg et par jour doit se calculer alors sur le poids idéal minimum et non pas réel.

Le plus important pour tout le monde est de boire chaud et goûteux (avec herbes ou tisanes), ce qui aidera inévitablement à atteindre la bonne dose d’hydratation journalière ; lorsqu’on boit ainsi, on arrive facilement à augmenter sa quantité de boisson de 10 à 20% ! Ce qui constitue une véritable révolution pour le corps et un réel traitement médical, si l’eau est de bonne qualité.

Quand faut-il boire de l'eau ?

Mis à part la quantité globale, le quand est aussi un point important à considérer ?

L’idéal est de boire, ainsi que le recommande l’Ayurvéda, abondamment le matin au lever, soit par ex, 2 tasses d’eau ou de tisanes chaudes : une eau chaude, car le métabolisme du matin est encore ralenti et qu’il sera ainsi activé. Ensuite, il faut boire entre les repas selon sa soif et son activité physique, les sportifs et les travailleurs de force ne devant pas oublier de prendre un peu de sel (ou du plasma de quinton hypertonique) après avoir beaucoup transpiré.

Pendant les repas eux-mêmes, il est conseillé de boire peu, mais chaud et de terminer un repas encore par une petite prise d’eau chaude, de façon à lancer idéalement la digestion.

L’énergie de l’eau et sa structure

L’eau n’est pas qu’un tas de molécules de H2O sans organisation ; il s’agit en fait d’un réseau, d’un véritable cristal liquide, en perpétuel remaniement, à un rythme très élevé de 1012 fois par seconde !

Ce réseau très fin est porteur d’informations ; si l’eau a contenu des polluants, leur mémoire reste gravée dans la structure de l’eau et seule l’osmose inverse peut à la fois éliminer ceux-ci et en même temps effacer cette mémoire résiduelle.

A ce stade, l’eau mérite d’être ré-informée, idéalement par certaines céramiques, qui proviennent du sol compacté ou de la roche, tels que ceux ou celles qu’elle a pu "fréquenter" à sa source !

L’eau redevient ainsi un réseau pur, porteur d’informations originelles : le passage par un vortexeur est le moyen privilégié pour obtenir alors une eau dynamisée, pleine d’énergie : au sein du vortex, la pression de gravitation diminue et donc le champ magnétique augmente, ce qui rend l’eau naturellement magnétisée et restructurée physiquement.

Le prix de revient très bas de l'eau

Une eau de grande qualité nutritionnelle doit pouvoir bénéficier à tous, sans être chère ! C’est le cas des eaux filtrées et même osmosées, dont les prix de revient tout compris, sont très inférieurs à ceux des eaux en bouteille.

Des technologies donc à la fois écologique, mais aussi économiques.

Découvrez l’eau idéale à boire pour chacun

Confiez cet article à votre médecin, s'il n’est pas "au courant" il vous remerciera …

Courriel : info@cytobiotech.com

Site web : www.cytobiotech.com

Pour celles et ceux qui souhaitent en savoir un peu plus sur ces 10 critères de qualité de l’eau de boisson et en même temps, qui souhaitent connaître une bonne méthode de production d’une eau osmosée et dynamisée, demandez un dossier plus complet auprès de notre société.

 

Des stages sont organisés par le Dr Janecek sur le thème des 4 éléments « l’eau, la lumière, l’air et les aliments de la terre » qui intéresseront les lecteurs de FémininBio. Demandez-en un programme détaillé par courriel ou par téléphone à la société CYTOBIOTECH.

Articles du thème Développement durable
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte