ASEF

Santé environnementale : l'actu d'avril 2016

Publié le 27 avril 2016
Jennifer Maherou est la chargée de documentation scientifique de l’Association Santé Environnement France (ASEF), qui réunit plus de 2 500 médecins en France. L'association travaille sur divers sujets tels que la qualité de l’air, l’environnement de l’enfant, la biodiversité ou encore l’alimentation.
Préférez les biberons en verre pour vos enfants
Préférez les biberons en verre pour vos enfants
© photl

Vous avez raté l’actu santé environnement de ce mois-ci ? Voici une rapide séance de rattrapage grâce à la chronique de l’ASEF d’avril 2016 !

Le BPA : toujours présents dans les supermarchés
Le BPA (Bisphénol A) est une substance normalement interdite dans tous les contenants alimentaires depuis 2015. L’ASEF (Association Santé Environnement France) a tout de même voulu s’en assurer ! Elle a donc fait analyser des canettes, des biberons et des boites de conserve vendus dans nos supermarchés. Résultats : du BPA a été retrouvé dans une canette de soda et une boite de haricots blancs. Les doses étaient très faibles, mais cela n’est pas pour autant rassurant. En effet, le problème avec les perturbateurs hormonaux comme le BPA, ce que ce n’est pas la dose qui fait le poison mais la période de la vie à laquelle on l’ingère. Les femmes enceintes et les enfants sont particulièrement vulnérables à ces substances. D’ailleurs, une étude publiée ce mois-ci a montré que l’exposition au BPA pendant la grossesse pouvait augmenter le risque de prématurité du bébé. Bonne nouvelle cependant : rien n’a été retrouvé dans les biberons. L’ASEF conseille néanmoins de privilégier tant que c’est possible les biberons en verre. 

En savoir plus sur le BPA dans les supermarché 
En savoir plus sur les risques pour les femmes enceintes

Les crèmes solaires ennemis des spermatozoïdes
S’il y a bien quelque chose dont on ne peut absolument pas se passer pendant l’été, c’est de la crème solaire. Pourtant, les filtres anti-UV contenus dans certaines d’entre elles peuvent avoir des effets néfastes pour la santé. Des chercheurs danois viennent de le confirmer en constatant que 13 des 29 filtres anti-UV qu’ils ont testé perturbaient la fonction cellulaire du sperme.  Ces filtres seraient en fait des perturbateurs endocriniens. Mais alors que faire pour bronzer en toute sécurité ? Il convient de choisir des crèmes solaires sans filtres chimiques et de privilégier celles contenant des filtres minéraux, à conditions qu’ils ne soient pas sous forme de nanoparticules. Le mieux, c’est encore de choisir des crèmes portant les labels « Ecocert » ou « Cosmebio ». Elles vous garantissent l’absence de substances néfastes pour la santé (parabènes, nanoparticules, filtres chimiques, etc.) et pour l’environnement.

En savoir plus

Le « Petit guide santé du Bricoleur » : tout pour bricoler sans soucis 
Chaque année, en France, près de 300 000 personnes arrivent aux Urgences à la suite d’un accident de bricolage et/ou de jardinage. Et oui, lors de ces activités, personne n’est à l’abri de coupure, de chute ou d’inhalation de substances toxiques contenues dans les peintures ou les solvants. Les médecins de l’ASEF vous proposent donc des solutions pour bricoler en toute sécurité dans leur tout nouveau « Petit guide santé du Bricoleur ». A lire attentivement avant de s’y mettre !

En savoir plus

Les phtalates sont dans les fast-food
Si les aliments issus de fast-food sont à consommer avec modération, ce n’est pas seulement pour leur teneur élevée en graisse et en sel ! Explications… Des chercheurs ont analysé les urines d’étudiants américains 24h après avoir ingéré un repas de type fast-food. Ils ont alors constaté que les taux de phtalates étaient plus importants que dans celles de personnes n’en n’ayant pas consommé. Ces substances sont présentes dans les emballages alimentaires. N’étant pas liées au plastique, elles peuvent être libérées et migrer de l’emballage vers les aliments, d’autant plus s’il s’agit d’aliments gras. Hamburgers, frites et pizzas sont donc les meilleurs clients des phtalates ! Le problème, c’est que ces composés sont considérés comme perturbateurs endocriniens et sont notamment néfastes pour la reproduction. Alors, même s’il s’agit d’une étude réalisée aux Etats-Unis, consommez ces aliments avec modération !

En savoir plus

 

Pouraller plus loin, rendez-vous sur le site de l'ASEF

Articles du dossier La Chronique de l'ASEF
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte