Santé

Les tensio-actifs sulfatés : détergents des gels douche et shampooings

Publié le 25 février 2014 - Mis à jour le 26 avril 2017
Anne-Marie Gabelica est ingénieure agronome diplômée en biochimie avec 6 ans d’expérience dans le secteur cosmétique. Elle a créé oOlution : la 1ère gamme de soins visage sur-mesure (à base de plus de 65 actifs 100 % bio), certifiée vegan, sans huile de palme et éco-conçue.
Les sulfates, comme le Sodium Lauryl Sulfate, sont irritants pour la peau
Les sulfates, comme le Sodium Lauryl Sulfate, sont irritants pour la peau

Shampoing, savon, gel douche, mascara... Les sulfates sont partout. Ces détergents décapent et moussent, mais sont inadaptés à notre peau et peuvent l'irriter. Des alternatives commencent à arriver en bio.

Les tensio-actifs sulfatés, tels que le fameux Sodium Lauryl Sulfate, sont des ingrédients totalement inadaptés à la peau et depuis très longtemps fortement controversés. Pourtant ceux sont les composants principaux de la plupart des produits que nous utilisons au quotidien.

A quoi servent les sulfates ?

Les tensio-actifs (ou détergents) sulfatés sont utilisés pour le nettoyage industriel grâce à leurs puissantes propriétés dégraissantes. Ce sont aussi les détergents les plus utilisés en cosmétique pour nettoyer la peau et les cheveux. Les tensio-actifs sulfatés ont par ailleurs un très fort pouvoir moussant que la plupart d'entre nous apprécie et associe avec une bonne efficacité de nettoyage. Ils ont aussi une action de stabilisation des crèmes en tant qu'émulsionnant et renforcent également l'action des conservateurs.

Le fait que des molécules utilisées pour dégraisser les sols, les carrosseries et même les moteurs de voiture constituent la base lavante de nos shampooings suscite déjà en soi de nombreuses interrogations. On ne peut alors qu'être complètement atterré d'apprendre que le Sodium Lauryl Sulfate (SLS) est même couramment utilisé dans des études scientifiques comme irritant cutané de référence.

Quels sont les principaux risques des sulfates pour la santé ? Comment les éviter ? LIRE NOTRE ARTICLE 

Quels produits contiennent des sulfates ? 

Cela fait donc des années que nous appliquons tous au quotidien sur notre peau des molécules à l'effet irritant démontré. Pour preuve, voici une liste non-exhaustive des produits cosmétiques qui peuvent contenir des tensio-actifs sulfatés :

  • les savons
  • les gels douche
  • les shampooings
  • les gels nettoyants du visage
  • les dentifrices
  • les bains de bouche
  • les produits de rasage
  • les crèmes pour le visage et pour le corps
  • les gommages
  • les masques pour les cheveux
  • les crèmes solaires
  • les mascaras
  • les produits pour le bain
  • les gels nettoyants pour les mains

A noter la présence de tensio-actifs sulfatés dans les liquides vaisselle et les produits de lavage et d'adoucissement du linge, ainsi que dans nombreux de produits nettoyants ménagers.

Comment reconnaitre les sulfates (ou tensio-actifs sulfatés) dans la liste des ingrédients ? 

Dans les produits que nous venons de vous lister, vérifiez qu'il n'y ait aucun des ingrédients suivants :

  • Ammonium Lauryl Sulfate (ALS)
  • Sodium Laureth Sulfate (SLES)
  • Sodium Lauryl Sulfate (SLS) (ou Sodium dodecylsulfate)
  • Sodium Lauryl Sulfoacetate
  • Sodium Myreth Sulfate

Pourquoi les industriels utilisent-ils encore les tensio-actifs sulfatés ?

Au vu de tous les effets néfastes des tensio-actifs sulfatés pour la santé, cette question est évidente. Malheureusement, vous vous doutez de la réponse. Les tensio-actifs sulfatés sont des détergents industriels extrêmement peu coûteux car ils sont produits à très grande échelle, notamment à partir d'huile de palme. Autres avantages pour les industriels, ils nettoient en dégraissant de manière très efficace, moussent facilement et stabilisent les produits qu'ils composent.

Une étude a montré que l'utilisation quotidienne de SLS provoque l'apparition de comédons. Ceci s'explique certainement par son action dégraissante intense qui provoquerait par effet rebond une plus grande production de sebum au niveau du visage et du cuir chevelu. Ainsi, le sulfate entraînerait donc une peau et des cheveux plus gras à la racine. Une autre étude pointe le fait que le sodium dodecyl sulfate (SDS) abîme les cheveux du fait de son action dénaturante des protéines, entraînant le phénomène bien connu des pointes fourchues et cassantes. Les tensio-actifs sulfatés favoriseraient aussi la chute des cheveux par leur action corrosive sur la racine des cheveux où ils s'accumulent.

Comment alors ne pas penser que l'utilisation de tensio-actifs sulfatés, malgré toutes les données scientifiques montrant leurs conséquences délétères, perdure parce qu'elle constitue une excellente occasion de vendre plus de produits pour en réparer les effets néfastes sur la peau et les cheveux ?

Quelles alternatives aux sulfates ? Que contiennent les produits dits "sans sulfates" ? 

Voici une liste de détergents non à peu irritants :

  • Coco Glucoside
  • Decyl Glucoside
  • Lauryl Glucoside
  • Disodium Cocoyl Glutamate
  • Sodium Cocoyl Glutamate
  • Sodium Cocoamphoacetate
  • Sodium Lauroamphoacetate
  • Sodium Lauryl Glucose Carboxylate & Lauryl Glucoside
  • Sodium Cocoyl Hydrolyzed Wheat Protein
  • Laurdimonium Hydroxypropyl Hydrolyzed Wheat Protein
  • Sodium Cocoyl Hydrolyzed Wheat Protein Glutamate

Et une liste de détergents moyennement irritants :

  • Sodium Coco Sulfate
  • Cocamidopropyl Betaine
  • Disodium Cocoamphodiacetate
  • Disodium Laureth Sulfosuccinate

Pourquoi les sulfates sont (encore) autorisés en bio ?

Les tensio-actifs sulfatés sont pour partie synthétisés à partir d'huile végétale de palme et parfois de coco (le lauryl provenant de l’acide laurique très présent dans ces huiles). Cette origine naturelle explique pourquoi tous les labels de cosmétique bio comme Nature & Progès ou BDIH et Natrue autorisent les tensio-actifs sulfatés. Ce qui est en dehors même des conséquences sanitaires évoquées plus haut et très discutable en soi, et qui du point de vue environnemental est aussi incompréhensible. Par exemple, pour synthétiser le Sodium Lauryl Sulfate il est nécessaire d'utiliser une molécule polluante, le SO3. Le Sodium Laureth Sulfate nécessite une production par une réaction chimique dite d'éthoxylation, et comme tous les dérivés de cette réaction il pose de sérieux problèmes de pollution des eaux.

Certaines marques ont néanmoins pris l'initiative d'aller au delà des exigences des labels, et proposent des produits garantis sans tensio-actifs sulfatés. C'est le cas de Douce Nature (Groupe Ekibio) ou encore Natessance (Groupe Léa Nature). Les labels sont une bonne base, mais je crois profondément qu'en remplir les exigences n'est qu'une base de départ et pas un objectif en soi. C'est d'ailleurs en ce sens que pour oOlution, j'ai élaboré une charte de formulation cosmétique qui nous est propre et qui dépasse en exigences tous les labels.

ll est à noter que les produits garantis sans tensio-actifs sulfatés produisent moins de mousse pendant le nettoyage mais ceci ne signifie pas pour autant que les produits en question lavent moins bien. En somme, pour un nettoyage plus sain, il nous faut nous déshabituer de la mousse !

 

L'experte : Anne-Marie Gabelica  est ingénieure agronome diplômée en biochimie. Elle a créé oOlution, la 1ère de gamme de soins visage sur-mesure, à base de plus de 65 actifs 100 % bio, certifiée vegan, sans dérivés d'huile de palme et éco-conçue.

Articles du thème Anti cancer
Envie de réagir ? Je prends la parole
Réactions à l'article
Par mzel le 25 février 2014 à 22h28
curieux....

Etrange, votre article cite uniquement 2 marques ayant le même fond financier! Avec toutes les marques bio qui existent je doute qu'ils soient les seuls.

Par oOlution le 25 avril 2014 à 11h40
Marques bio

Merci beaucoup pour votre commentaire mzel. En effet nous ne citons que deux marques à titre d'exemple. Elles appartiennent par contre à deux groupes distincts Ekibio et Léa Nature. Au plaisir d'échanger à nouveau avec vous, l'équipe oO

Par lyly-bioandthebeauty le 25 février 2014 à 23h02
Excellent article

Merci pour cet article très complet et très intéressant.

Je l'ai partagé sur la page facebook de mon blog "bio and the beauty".

Bien sûr, j'adhère à 100%, et je confirme : j'ai la peau acnéique, et les nettoyants sulfatés sont une horreur pour moi.

Lyly,
http://bioandthebeauty.blogspot.fr

Par oOlution le 25 avril 2014 à 11h41
Merci

Merci beaucoup Lyly, on a hâte de savoir ce que tu penses de nos soins:)

Par IreneC le 26 février 2014 à 08h15
Nature et Progrès

Les sulfates ne sont pas autorisés dans la charte Nature et Progrès, voire page 7 de cette charte... l'article est intéressant et aurait mérité de détailler davantage les dispositions des différents labels et pas seulement de citer deux marques.

Voir page 7 de la charte http://www.natureetprogres.org/servicepro/sp91.pdf

Par oOlution le 30 avril 2014 à 17h17
Labels bio

Bonjour,
Merci beaucoup pour votre commentaire. Nous sommes navrés d'avoir fait l'erreur. Voici le lien de l'article que nous venons de publier sur les différents labels: http://www.oolution.com/bloog/blog/2014/04/30/labels-des-cosmetiques-bio...
Nous restons à votre écoute et disponibles pour tout échange !

L'équipe d'oOlution

Par COSMEBIO - Association professionnelle le 27 février 2014 à 15h45
COSMEBIO

Pour éviter toute confusion, un simple rappel : COSMEBIO est l’Association française professionnelle des cosmétiques écologiques et biologiques qui regroupe environ 400 sociétés. Les cosmétiques labellisés COSMEBIO sont préalablement certifiés par un organisme de certification agréé (Ecocert ou Bureau veritas) selon un cahier des charges bien précis.

Concernant les ingrédients mentionnés dans l’article, il est important de savoir en premier lieu qu’ils sont autorisés par le règlement européen des cosmétiques et sont jugés sûrs lorsqu’ils sont utilisés à bon escient dans les formules. Le label COSMEBIO offre des garanties supplémentaires quant à l’origine des matières premières et les procédés de transformation (critères de sélection des ingrédients autorisés par le cahier des charges).

Le lauryl sulfate de sodium est autorisé dans les cosmétiques labellisés COSMEBIO. Pourquoi ? Car cet ingrédient est d’origine naturelle et son processus de transformation est conforme au cahier des charges. Il est utilisé pour ses propriétés moussantes et nettoyantes dans les produits d’hygiène tels que les shampooings et gels douche. Comme tout ingrédient pur ou à forte concentration, cet ingrédient serait susceptible d’être irritant pour la peau. Cependant, les fabricants de produits d’hygiène labellisés COSMEBIO maîtrisent rigoureusement la concentration de chaque ingrédient afin de respecter la peau. Il est donc du ressort de la société de l'utiliser ou non, certains ne l'utilisent d'ailleurs qu'occasionnellement voire pas du tout.

À ne pas confondre en revanche avec le laureth sulfate de sodium. Cette alternative est interdite dans les produits labellisés COSMEBIO car son procédé de fabrication est polluant. Cette alternative n’est pas en accord avec les valeurs de COSMEBIO qui sont le respect de l’homme et l’environnement depuis l’origine des matières premières jusqu’à l’utilisation du produit fini.

www.cosmebio.org
https://www.facebook.com/pages/Cosmebio/176846562497500

Par oOlution le 25 avril 2014 à 11h52
Tensio actifs sulfatés

Le règlement européen des cosmétiques autorise beaucoup de choses que nous ne cautionons pas chez oOlution. Nous sommes convaincus qu'utiliser un nettoyant industriel, puissant dégraissant (Sodium Lauryl Sulfate) pour nettoyer la peau n'est pas une bonne idée ! Le SLS irrite la peau, les yeux et voies respiratoires et est toxique pour les organismes aquatiques ; il est donc mauvais pour notre peau ainsi que pour la biodiversité qui est menacée à chaque fois que nous utilisons et rinçons ses produits, qui se retrouvent alors dans les eaux même après traitement. De plus, il est issu de l'huile de palme, nous sommes comme l'utilisation de tous dérivés de cette huile néfaste pour la biodiversité.
Le procédé de fabrication du Sodium Laureth Sulfate est en effet une réaction d'éthoxylation avec du dioxide d'éthylène. Premièrement, ce composé peut contenir du 1,4-dioxane qui est reconnu comme potentiellement cancérogène par le Centre International de la Recherche sur le Cancer. Deuxièmement, il ne se dégrade pas facilement et peut donc continuer à contaminer l'environnement longtemps après avoir été évacué de vos canalisations.

De plus il semble que ce n'est pas la concentration des tensio actifs sulfatés mais l’exposition quotidienne et répétée à ces molécules qui entraine des irritations. (Source : Agner T. Susceptibility of atopic dermatitis patients to irritant dermatitis caused by sodium lauryl sulphate. Acta Derm Venereol. 1991;71(4):296-300.) (A. Nassif, S. C. Chan, F. J. Storrs and J. M. Hanifin. Abstract: Abnormal skin irritancy in atopic dermatitis and in atopy without dermatitis. Arch Dermatol. November 1994;130(11):1402).).

En somme, oOlution s'engage à ne pas utiliser de tels produits nocifs à la fois pour la peau et pour l'environnement.

Merci beaucoup pour votre commentaire, nous aimons toujours partager nos points de vue.

Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte