Bébé

Allaitement : conseils d'hygiène de vie aux jeunes mamans

Publié le 21 septembre 2016
© Fotolia

Quand on allaite, on se pose beaucoup de questions liées à son alimentation et à son rythme de vie. Bien évidement, nous avons peur que bébé manque de quelque chose. Plus besoin de vous angoisser, on vous donne quelques conseils !

Quelle alimentation quand on allaite ?
La période d’allaitement n’est pas le moment idéal pour commencer un régime. De plus, en utilisant les graisses accumulées pendant la grossesse, allaiter permet souvent de perdre du poids. L’alimentation doit donc rester variée et équilibrée, riche en calcium, en suivant vos goûts :

  • fruits et légumes : au moins cinq par jour ;
  • pains, produits céréaliers, pâtes, riz, pommes de terre : à chaque repas selon l’appétit ;
  • fromages, yaourts, lait : trois ou quatre fois par jour ;
  • viandes, œufs, poissons : une ou deux fois par jour. Privilégiez les poissons dits gras (saumon, sardine, maquereau);
  • produits sucrés et sel : à limiter.

Il n’y a pas d’aliments interdits. Certains aliments (chou, ail...) donnent un goût particulier au lait, ce qui permet à votre bébé de s’habituer précocement à la variété des saveurs ! Enfin, la verveine, le fenouil, l’anis, les lentilles, etc., peuvent vous être conseillés pour leur effet stimulant sur la lactation.

Si vous êtes végétalienne, vous devez recevoir un apport en vitamine B12.

Quelles boissons ?
La soif se déclenche souvent quand votre enfant est au sein. Chaque mère boit selon ses besoins sans attendre d’avoir soif. Si vous ne buvez pas suffisamment, votre soif sera importante et vos urines peu abondantes et foncées. Buvez de l’eau, celle du robinet dans nos pays est parfaitement adaptée.

Le thé, le café et les boissons à base de cola sont à boire avec modération. Évidemment, ne buvez pas de boissons même faiblement alcoolisées (vin, bière, cidre...).

Le repos est primordial
Pour toutes les mères, qu’elles allaitent ou non, l’arrivée du bébé est source de fatigue : disponibilité importante, nuits perturbées... N’hésitez pas, pendant cette période, à faire la sieste, à vous allonger un moment pendant la journée. Suivez le rythme de votre bébé. Faites-vous aider par votre conjoint (il peut prendre un congé paternité de 11 jours) ou vos proches pour les tâches ménagères. Une aide familiale (TISF, pour « technicien(ne) de l’intervention sociale et familiale ») ou une aide ménagère peuvent aussi intervenir. Des prises en charge existent en fonction des revenus (renseignez-vous auprès des mairies, CCAS, PMI).

Il n’y a pas de congé spécial pour l’allaitement au sein. Lorsque vous reprendrez le travail, vous devrez avoir la possibilité de nourrir votre enfant ou de tirer votre lait dans un local approprié de votre entreprise. Les horaires de travail peuvent être aménagés avec des pauses adaptées au rythme des tétées,autour d'1 heure de pause par jour pendant un an. Parlez-en avec votre employeur ou le service de médecine du travail.

Évitez de prendre des médicaments
Très souvent, ils passent dans le lait, même si les contre-indications à l’allaitement sont rares. Ne prenez pas de médicaments sans l’avis de la sage-femme ou de votre médecin, qui jugera de la nécessité, de la dose et de la durée du traitement, et du risque pour votre enfant. Il est souvent possible de trouver un médicament compatible avec l’allaitement. Quoi qu’il en soit, il vaut mieux prendre le médicament prescrit après la tétée.

Si, pendant votre grossesse, vous suivez un traitement médical qui sera poursuivi après l’accouchement, la question de l’allaitement devra être abordée avec votre médecin traitant et l’équipe qui suit votre grossesse.

Dans tous les cas, il faut éviter l’automédication.

Les médicaments contre-indiqués les plus connus sont les tranquillisants, les somnifères et les anti-inflammatoires. Ne prenez pas de médicaments sans prescription ! Rappelons que les Français sont les champions d’Europe de la consommation de médicaments...

Cet article est extrait du livre Le Grand Livre de mon enfant dirigé par Dr Jean-Louis Chabernaud et Carole Bellemin-Noël et le Conseil National de Pédiatrie. La partie du livre concernée est Nourrir bébé écrite par Dr Alain Bocquet.
Un ouvrage réalisé en partenariat avec mpedia.fr

Le Grand Livre de mon enfant
Eyrolles
29,90 euros

 

Articles du dossier Accouchement naturel
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte