Diversifier bio : quand et comment ?

Publié le 10 juin 2009 - Mis à jour le 30 novembre 2012

Vers 6 mois, son système digestif est prêt à passer à des aliments solides. Mais s’il semble rassasié après la tétée ou le biberon, rien ne presse. Si, en revanche, il montre des signes de curiosité à l’égard des aliments et qu’il « mâchouille » tout ce qui passe à sa portée, l’heure est sans de doute venue d’explorer de nouvelles contrées alimentaires !
Parmi les premiers aliments, on trouve les légumes réduits en purée ou en soupe, les purées de fruits et les céréales sans gluten mixées (riz, quinoa, millet, avoine, orge, maïs…). On introduira un seul aliment à la fois pour s’assurer qu’il est bien toléré et permettre à bébé d’apprivoiser de nouvelles saveurs. Bien sûr, le sel, le sucre et les épices sont à éviter ainsi que tous les aliments « exotiques » qui ont plus de chances de déclencher des allergies. En bref, chi va piano va sano : un individu a toute une vie pour découvrir les aliments et la première année ne doit pas être une course à la nouveauté.

Manger bio à tout âge
L’arrivée d’un enfant dans la famille est souvent le moment pour les parents de s’interroger sur ce qui arrive dans leurs assiettes. Sans surprise, c’est donc aussi souvent à cette période que le bio fait son apparition dans la cuisine.
Par principe de précaution, de nombreux parents font confiance aux garanties des aliments bio, d’autant plus qu’ils présentent en général des apports nutritionnels plus intéressants (plus riches en vitamines, anti-oxydants et moins riches en eau). Parmi les consommateurs acheteurs de produits bio, 96 % le font pour préserver leur santé et 92 % pour être certains que les produits sont sains (baromètre 2007 de l’Agence Bio).
En plus de l’impact sanitaire certes déterminant, l’impact du bio sur la planète est moindre : 20 % d’énergie consommée en moins et 30 % d’émission de gaz à effet de serre en moins (source : IFEN 2004 cité dans « Achetons responsable ! »).

Les labels

  • AB (Agriculture Biologique)

AB garantit une culture sans engrais ni pesticides de synthèse et l’absence de traitements après récolte comme l’irradiation. Les animaux sont élevés dans le respect du bien-être animal et sans antibiotiques. Les produits transformés doivent contenir au moins 95 % d’ingrédients d’origine biologique. Le respect du cahier des charges est contrôlé chaque année par des organismes indépendants.

  • Le label biologique européen 

Moins exigeant que AB, ce label garantit au moins 95 % d’ingrédients cultivés en bio (en masse) et un contrôle extérieur. Apposé sur tous les emballages de produits bio à partir de 2010, il est rejeté par de nombreux producteurs bio, en particulier à cause de sa tolérance aux OGM, jusqu’à 0,9 %.

  • Agriculture raisonnée

Le principe est simple : on utilise des produits phytosanitaires lorsque c’est vraiment nécessaire. L’appréciation tout à fait subjective de cette nécessité est laissée à l’agriculteur.

Halte aux produits industriels !
Les études ayant passé nos caddies au crible sont formelles : les aliments bruts (fruits et légumes frais, viande et poisson…) représentent 20 % de nos achats alimentaires. Le reste ? Des produits industriels, qui devraient pourtant rester l’exception pour les petits comme pour les grands.

C’est toujours ça de pas pris !
Six fois moins de résidus de pesticides dans l’organisme. C’est le joli résultat d’une étude menée sur les enfants de 2 à 4 ans nourris en bio par rapport à leurs camarades nourris en conventionnel (étude parue en 2002 dans Health Perspect).

À lire :
Manger bio, c’est pas du luxe, de Lylian Le Goff, éditions Terre Vivante.
Mon bébé bio, de Ralf Moll et Ute Schain-Emmerich, éditions Terre Vivante. Un guide pratique de l’alimentation naturelle de la maman pendant la grossesse et l’allaitement, et du bébé jusqu’à la diversification.

Retrouvez Nature & Découvertes sur Internet

Nature et Découverte
Articles du thème Mon enfant et moi
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !