Le protocole Wahls

Soigner les maladies auto-immunes chroniques par le régime paléolithique

Publié le 30 décembre 2015 - Mis à jour le 27 septembre 2017

Connaissez-vous le protocole Wahls ? Il prend son nom de la scientifique qui l'a développé, Terry Wahls. Cette femme a souffert de la sclérose en plaques pendant 10 ans et a réussi à s'en sortir en changeant son alimentation pour un régime paléo.

Le protocole Wahls… ou comment soigner les maladies auto-immunes chroniques grâce aux préceptes du régime paléolithique.
Qui est le docteur Terry Wahls ?
Terry Wahls est docteur, chercheuse et diagnostiquée atteinte de sclérose en plaque en 2000, une maladie auto-immune chronique. Elle a d’abord tenté de se soigner comme elle avait toujours appris à soigner ses patients, à l’aide de médicaments et d’interventions chirurgicales. Jusqu’à se rendre à l’évidence : en 3 ans, elle naguère si sportive est obligée de vivre en fauteuil roulant. Les médicaments ne lui sont d’aucune aide, ne parvenant pas même à ralentir le processus de dégradation. 
Devant l’échec des thérapies conventionnelles, Terry Wahls se renseigne sur les dernières recherches en matière de maladie auto-immune chronique et sur les avancées en neurologie et biologie du cerveau. Elle en vient à la conclusion que les nutriments que son corps demande, elle peut les lui fournir via l’alimentation, plutôt qu’avec d’énièmes médicaments et suppléments. Désormais, elle définit son régime alimentaire en fonction des vitamines, minéraux, acides gras essentiels dont son corps a besoin. Elle adapte son régime, d’inspiration paléolithique, au fur et à mesure des expériences, des améliorations et des résultats obtenus. Elle est son propre cobaye ! 
Elle ne se contente pas de changer son alimentation. C’est tout son mode de vie qui est radicalement bouleversé : activité physique, détoxification et stimulation neuromusculaire font partie de son programme quotidien. 
Les résultats, progressifs, sont sans appel : elle abandonne son fauteuil roulant, se remet à marcher. Un jour, à la stupéfaction de sa famille, elle enfourche son si cher vélo et parcourt 29 km. Elle a tout simplement retrouvé sa vie, personnelle et professionnelle
Depuis, elle s’est donnée la mission d’aider les patients atteints de maladies auto-immunes, en dévoilant au plus grand nombre son protocole de guérison, qui lui a permis de ralentir voire d’inverser bon nombre de ses symptômes handicapants. Elle a ouvert une clinique spécialisée dans le traitement et le suivi de personnes atteintes de maladies auto-immunes chroniques, et dévoue sa vie à l’avancée des recherches. Elle relate son histoire et sa théorie dans un livre (malheureusement pas encore traduit en français) sorti en décembre 2014 « The Wahls Protocol ». 
Sa théorie à (très !) grands traits 
À travers ses recherches et ses expérimentations personnelles, Terry Wahls en est arrivée à cette théorie : toutes les maladies auto-immunes ne sont qu’une seule et même forme.  Pour le comprendre, pensons petit : tout vient des mitochondries, ces organismes qui résident à l’intérieur de chacune de nos cellules. Elles ont la fonction vitale de récupérer et stocker l’énergie vitale (l’ATP) qui permet à la cellule de s’oxyder, de respirer, bref de vivre. La maladie survient lorsque les mitochondries ne sont pas suffisamment bien alimentées : ne produisant plus d’énergie, la cellule meurt. Et ce, dans n’importe quelle partie de notre corps. 
Si l’on suit cette logique, ce ne sont pas les symptômes (qui différent selon chaque individu, chacun ayant sa maladie propre) qui doivent être traités, mais bien la cause profonde et commune à tout dysfonctionnement cellulaire : la mort des cellules. Pour aller mieux, l’idée est d’apporter à nos fournisseuses d’énergie, les mitochondries, les vitamines, minéraux et acides gras dont elles manquent, en grande partie grâce à une alimentation riche en nutriments. Dans cette optique, le protocole Wahls est testable pour toutes les maladies auto-immunes et chroniques, qui ne sont qu’une seule et même expression de la dégénérescence cellulaire. 
Les bases du protocole paléo Wahls
Plutôt qu’un « régime » au sens strict du terme, on pourrait parler d’une hygiène alimentaire, évolutive et adaptable, et néanmoins basée sur des préceptes communs empruntés au régime paléo. 
N’oublions pas que  cette hygiène alimentaire est indissociable d’un programme quotidien d’exercice physique, de détoxification et de stimulation neuromusculaire. 
Le protocole comprend 3 étapes, « Wahls Diet », « Wahls Paléo » et « Wahls Paléo Plus ». Chacun est libre de suivre le stade qui lui convient, en fonction de ses propres symptômes, de ses limites, et de ses choix alimentaires.  Le docteur Wahls elle-même a commencé par l’étape Wahls Diet, pour progressivement évoluer vers le stade Wahls Paléo Plus, nettement plus contraignant mais aussi, selon ses dires, beaucoup plus performant.
Le but de cet article n’est pas de détailler les 3 étapes du protocole, le livre fournissant une source de première main bien plus complète. Soulignons néanmoins que la base commune à ces 3 stades est immuable : manger le plus possible de légumes riches en nutriments (donc biologiques), diminuer voire stopper les féculents et graines, et adopter une alimentation carnée, riche en viandes (bio ou sans antibiotiques) et poissons frais. Le docteur Wahls préconise fortement d’arrêter le gluten et les produits laitiers ; ainsi que, selon, ses intolérances, les œufs et le sucre sous toutes ses formes. Enfin, les bonnes graisses sont une composante essentielle du régime. 
Là où le bât blesse, c’est pour les nombreux végétar/liens. Si ces derniers ne pourraient pas atteindre les 2èmes et 3èmes stades du protocole, Terry Wahls leur apporte cependant des solutions pour adapter son approche thérapeutique à leur mode alimentaire. 
Selon les étapes du protocole, la diminution des graines, tout comme la tolérance au sucre, seront progressives jusqu’à éviction. De même, l’augmentation quantitative des graisses sera progressive, jusqu’à atteindre lors de la dernière étape la plus grande source calorique quotidienne, essentiellement sous forme d’huile de noix de coco. Cette dernière phase, appelée phase « cétogène », quoique socialement difficile à suivre et qui devrait être encadrée par un thérapeute, serait la plus efficace et la plus radicale en termes de guérison cellulaire. 
Ce qui fait la force de cette approche, c’est la rémission et le mieux-être spectaculaires, corroborés par des expérimentations personnelles et scientifiques, de Terry Wahls. S’il n’est évidemment pas applicable tel quel à chaque individu, chacun pourrait toutefois y trouver certains préceptes à appliquer pour ses propres problématiques physiques. Le livre, et les informations qui en découlent, valent en tout cas la peine d’être lus, ne serait-ce que pour découvrir le parcours de vie de ce médecin qui a radicalement changé son approche thérapeutique en se soignant, et qui s’efforce de l’appliquer, et de le bonifier, au fur et à mesure des progrès et des réussites. 
 
 
Notre contributrice 

Léa Durupt est l'auteure du blog Je bénis l'inventeurcontributrice au blog participatif Vivremieux ! et co-animatrice sur Radio Médecine Douce.

Retrouvez Lea Durupt pour sa chronique sur Radio Medecine Douce

Toutes les chroniques de Lea sont sur sa page Facebook

Articles du dossier Les livres de Léa
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte