Ce qui se cache derrière les jouets...

Publié le 9 juin 2009 - Mis à jour le 30 novembre 2012

La question de l’impact des jouets sur le monde se pose à chaque achat. Côté environnement d’abord, le plastique est fait à base de pétrole, et met quelques siècles à se dégrader. Si l’on opte pour le bois, il faudra se demander si la gestion des forêts est durable et ne participe pas à la déforestation à l’autre bout du monde. Pour le textile, les fibres polyester sont elles aussi fabriquées à base de pétrole et le coton est une des cultures les plus polluantes au monde.

Quand on sait que la majorité des jouets achetés en France aujourd’hui sont fabriqués en Asie du Sud-Est, l’impact colossal du transport semble évident. Enfin, les piles devenues indispensables dans de nombreux jouets constituent des déchets toxiques d’autant plus qu’elles ne sont que trop rarement jetées dans des poubelles qui assurent leur retraitement.

Côté social ensuite, tous les parents ont en tête les enfants d’Asie travaillant 12 h par jour à la fabrication des jouets pour les enfants des pays riches. Cette situation est évidemment caricaturale et des audits de plus en plus fréquents permettent aux fabricants ou importateurs européens de s’assurer du respect des droits de l’homme dans ces pays.

Zoom sur Plan Toys, entreprise modèle en Thaïlande

L’Asie n’est pas forcément synonyme de catastrophe sociale et environnementale. La preuve avec Plan Toys, une entreprise thaïlandaise qui ferait rougir bien des Européens. Ses jouets en bois sont réalisés à partir de bois d’hévéa trop vieux pour produire du latex et qui étaient précédemment brûlés. La démarche écologique est réelle tout au long de la production. Les emballages sont en carton. L’entreprise est certifiée ISO 9001 (qualité), ISO 14001 (environnement), et SA 8 000 (respect des droits de l’homme). L’entreprise finance une fondation, des projets de replantations d’arbres, des activités pour les enfants de salariés pendant les vacances scolaires…

Chez nous aussi, des enjeux sociaux : éduquer les adultes de demain

Si vous revendiquez la parité côté tâches ménagères, vous serez sûrement choqués de voir la planche à repasser en plastique rose faire des yeux doux à votre fille dans le rayon du supermarché. Parce que oui, bien sûr, les jouets sont le reflet d’une société de consommation, inégalitaire pour les hommes et les femmes, où la compétition est la règle. Pour éviter la reproduction de ce modèle, quelques inventeurs engagés ont mis au point d’autres jeux.

Dans le secteur des poupées, l’alternative au bébé blond aux yeux bleus existe. Les poupées du monde initient en douceur un enfant à la différence. Pour les plus militants, la poupée Feral Chéryl – anti-Barbie assumée, qui porte des dreads-locks, se bat pour le respect de la planète et n’a pas besoin d’accessoires de mode – mérite d’être connue.

Les jeux de société permettent aussi d’aborder des thématiques complexes en s’amusant. Le protocole de Kyoto devient limpide quand on se met dans la peau d’un industriel en jouant à Kyogami. Le commerce équitable se découvre avec Négocio. Enfin, le Monopoly devient éthique dans sa version Tiers-Monopoly, dans laquelle les joueurs se retrouvent dans la peau d’un paysan du tiers-monde qui doit faire vivre sa famille.

Retrouvez Nature & Découvertes sur Internet

Nature et Découverte
Articles du thème Mon enfant et moi
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !