Santé

Sport et alimentation : vive le flexitarisme !

Publié le 7 janvier 2016
Lucile Woodward : "On ne peut pas devenir végétarien du jour au lendemain"
Lucile Woodward : "On ne peut pas devenir végétarien du jour au lendemain"
© DR

Aujourd'hui c'est veggie ! Bjorg s'engage et vous donne rendez-vous chaque semaine pour vous faire découvrir les alternatives saines et gourmandes du régime flexitarien. Témoignages, recettes, reportages, conseils...découvrez tous les bienfaits de ce mode d'alimentation facile à adopter où les protéines végétales sont à l'honneur !

Si vous souhaitez vous mettre au sport, mieux vaut réduire votre consommation de viande… sans renoncer à votre gourmandise ! Comment ? En suivant tous les conseils de Lucile Woodward, coach sportive. Rencontre…
Bonjour Lucile, vous êtes coach sportif. En quoi votre métier consiste-t-il ? 
J’aide les gens à se remettre en forme afin qu’ils atteignent leurs objectifs de santé, de forme, d’esthétique ou de performance. Pour cela, je les exerce à des exercices physiques en les adaptant à leur condition physique, pour éviter qu’ils ne se fassent mal. Je réalise également des vidéos d’entraînements sur Youtube®* et tiens un blog**. Je donne des cours collectifs, mais plus pour l’évènementiel, pour différentes marques avec lesquelles je travaille, et des cours individuels que je relaye en vidéo sur mon blog.
Sur votre blog, vous déclarez être flexitarienne. Y-a-t-il des avantages à manger moins de viande dans le cadre d'une activité sportive ? 
Oui. La viande est un aliment acidifiant. Plus on en mange, plus elle crée de l’acidité dans notre corps. A côté de cela, plus on fait du sport, plus on transmet de l’énergie dans les cellules et plus on fabrique également de l’acidité dans notre corps. L’équation est donc simple : si l’on mange beaucoup de viande tout en faisant régulièrement du sport, on produit beaucoup de composés acides dans notre organisme. Le problème, c’est que l’acidité correspond à la diminution du Ph dans le sang. Pour le remettre à niveau, entre 7 et 7,2, le corps va utiliser des minéraux. Alors, si l’on mange beaucoup de produits carnés et que l’on exerce une activité physique intense, notre corps peut subir une forte dépression minérale. Par conséquent, un sportif a tout intérêt à réduire sa consommation de viande et à trouver d’autres sources de protéines dans les végétaux.
Être flexitarien implique une diminution de sa consommation de viande pour n'en manger finalement que de manière occasionnelle. Des risques de carence existent-ils ? Comment y pallier ? 
La carence en protéines n’existe pas. D’ailleurs, quand on regarde nos ancêtres, on s’aperçoit qu’ils mangeaient très peu de viande au profit des végétaux. Cependant, on ne peut pas devenir végétarien du jour au lendemain, il faut vraiment comprendre ce qui nous fait du bien et comment l’alimentation végétale fonctionne. Il faut savoir où trouver les protéines parmi les aliments végétaux. Pour cela, le mieux est le mélange de céréales et de légumineuses, comme le riz avec les pois chiches ou la semoule avec les haricots rouges, par exemple. Concernant les apports en fer, très présent dans la viande, il faut consommer des végétaux riches en fer, tels que les épinards, le chou vert, la roquette ou le persil, et certaines légumineuses aussi, comme les lentilles. Devenir végétarien n’est pas à prendre à la légère, il faut avant tout connaître ce régime pour bénéficier un maximum de tous ses apports.
Quelles seraient vos recommandations pour les personnes qui souhaitent manger moins de viande et pratiquer du sport ?
Si l’on souhaite faire du sport et manger moins de viande, il est important de connaître tous les aliments végétaux qui remplacent les protéines, la vitamine B12 et le fer, principalement, contenus dans la viande. Si l’on pratique du cardio, ils sont essentiels pour garder un bon souffle et une bonne oxygénation des cellules. Mieux vaut être accompagné par un professionnel de santé. Il est à même de prescrire des compléments alimentaires riches en nutriments pour augmenter si besoin les apports.
Pour nos lectrices qui sont motivées mais qui n'ont pas toujours beaucoup de temps, avez-vous des petites astuces pour se dépenser au quotidien et être en meilleure forme ? 
On dit souvent que l’on n’a pas trop le temps de faire du sport alors que l’on reste des heures devant la télé, l’ordinateur ou sur les réseaux sociaux avec son smartphone… En y réfléchissant bien, on arrive toujours à trouver une petite heure dans la journée où l’on peut faire du sport, et ce même le week-end ! Au quotidien, on peut penser à marcher quand on est au téléphone, à aller à la boulangerie du coin à pieds plutôt qu’en voiture, à prendre les escaliers plutôt que l’ascenseur… Tout ce qui peut faire bouger est très bénéfique pour le corps ! Nous sommes des humains, c’est dans notre nature de marcher.
Parlons un peu de vous. Vous êtes coach sportif. Certes. Vous arrive-t-il parfois de craquer et de vous autoriser quelques écarts ? 
Oui bien sûr. Je dis toujours qu’il faut que notre alimentation soit équilibrée à 80%. Les 20% restants sont pour les petits plaisirs que l’on doit s’accorder au quotidien, comme par exemple une bonne pizza, un repas très arrosé avec beaucoup de fromage, des bonbons... Si on ne s’autorise pas d’écarts alimentaires, on ne vit pas ! Le trop restrictif est contre-productif. Et c’est pareil pour le végétarisme et le sport. On peut être végétarien et s’accorder, une fois par mois, une belle pièce de viande de qualité. On peut être très sportive et s’accorder deux-trois jours de repos sans pratique ! Rien n’est figé dans le marbre…
On entend souvent que manger sain coûte cher, surtout quand il s'agit de produits bio. Quels aliments bon marché et faciles à trouver recommanderiez-vous ? 
Oui, le bio coûte cher mais on n’est pas obligé de tout acheter bio. Il y a certains aliments à privilégier comme les pains complets, les céréales, les légumineuses. Néanmoins, manger végétarien ou flexitarien, bio ou non, ne coûte pas cher. Une assiette de riz avec des lentilles, une tomate fraîche de saison et deux carottes revient à peine à un euro par personne. De même pour du chou-fleur et des pommes de terre cuites vapeur, pour un dîner par exemple… C’est certain que, si l’on achète du saucisson bio, du raisin au mois de février ou de la viande, on paie plein pot. Il vaut mieux aller au marché ou dans des petits magasins bios plutôt qu’au supermarché, là où l’on est tenté de tout acheter. Il faut privilégier les aliments locaux, durables et de saison. 
Imaginons que vous m'invitiez à déjeuner chez vous et que vous me prépariez votre recette veggie préférée. Quelle serait-elle ?
Certainement des lasagnes végétariennes ou bien un chili sin carne [NDRL, un chili con carne sans viande] ou un curry de légumes avec des noix de cajou ou des amandes… Tous à la maison en raffolent ! Sinon, personnellement, j’adore les salades composées. Avec mon travail, je n’ai pas souvent le temps de cuisiner alors quand je dois déjeuner, je me prépare rapidement une salade avec des légumes, des céréales et des graines. J’adore celle avec des pousses d’épinards, du quinoa, quelques graines de grenade, des pistaches, des raisins secs, des graines de lin et de cumin, le tout nappé d’huile d’olive et de vinaigre de cidre. J’aime aussi celle aux endives avec des cubes de brebis, des noix, des morceaux de pomme et de l’avocat. Ou sinon, je raffole de la salade de lentilles avec des tomates, des échalotes et des amandes, nappée d’huile d’olive et de jus de citron. C’est hyper rapide à cuisiner, c’est ultra bon et ça ne coûte rien !
* Sa chaîne Youtube 
** Son blog lucilewoodward.com
Découvrez toute la gamme de produits veggie Bjorg sur www.bjorg.fr
Articles du dossier Aujourd'hui c'est veggie
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte