Psychologie

Suis-je traumatisée ?

Publié le 17 décembre 2015
Psychologue et Thérapeute, j'accompagne depuis 12 ans des personnes et des entreprises dans leur transition de vie. J'interviens tout particulièrement sur des problématiques en lien avec le travail, le changement, le traumatisme et le développement de la confiance et l'estime de soi.
Un traumatisme non soigné peut avoir un impact important sur notre moral
Un traumatisme non soigné peut avoir un impact important sur notre moral
© Fotolia

Un événement frappant, une phrase qui nous marque... Un traumatisme peut surgir sans que l'on s'en rende compte. Que faire pour se soigner ?

C’est l’actualité de ces attentats à Paris qui me fait prendre conscience à quel point les gens n’imaginent pas que nous pouvons être traumatisé par de grandes comme de petites choses. Je vois tellement de peine, de stress, de tension avec tous ces évènements et pour autant j’entends beaucoup de gens dire : « Tout va bien. », « ça va. » … Et je reste surprise car je sais combien ces évènements peuvent avoir un impact et quelles sont leurs conséquences à long terme. Aussi, tentons de comprendre ce qui se passe.
Qu’est-ce qu’un traumatisme ? Selon la pensée populaire, nous avons un traumatisme lorsque nous avons vécu quelque chose de grave. Mais grave pour qui ? Nous pensons trop, nous croyons parfois que nous avons le pouvoir sur ce qui va ou pas nous traumatiser. Ainsi, j’évalue, je juge dans ma tête : tiens ça en vaut la peine ou pas ?
La réalité, c’est qu’un traumatisme n’est pas une chose que nous choisissons, c’est bien une chose que nous subissons. Ainsi, le traumatisme arrive sans prévenir, il s’installe en nous et distille ses nuisances.
Prenons par exemple une personne présente lors de l’explosion d’AZF à Toulouse en 2001. Elle est chez elle, elle entend l’explosion. Elle a peur, s’inquiète. Puis, ça passe : ce n’est pas un attentat, c’est un accident. Son cerveau rationnel lui dit donc que ce n’est pas grave. Pourtant, elle a eu peur. En banalisant cela, elle avance dans sa vie et tout va pour le mieux. Mais, au fur et à mesure que le temps passe, elle se rend compte que le moindre bruit l’inquiète : un pétard qui explose et elle est prise de panique, une porte qui claque et elle doit prendre 10 minutes pour s’en remettre. Elle continue de banaliser, mais je dirais qu’elle est traumatisée. Si elle ne s’occupe pas de cela, les choses peuvent prendre au fils du temps de plus en plus d’ampleur et avoir de plus en plus de conséquences dans sa vie.
Le traumatisme est donc une chose qui se met en place malgré nous. Une des définitions de ce terme, celle que je trouve la plus intéressante, explique que le traumatisme correspond à du matériel dysfonctionnellement stocké en mémoire, c’est-à-dire que les éléments du passé se revivent au présent.
Et c’est bien ce pont entre passé et présent, entre le souvenir et la réalité qui fait que nous réagissons comme si l’événement existait toujours. Dès lors, nous voilà traumatisés, et plus nous laissons le temps passer, plus ce phénomène prend de l’ampleur. Si dans mon exemple, je parle d’une explosion, nous pouvons aussi être traumatisés par des paroles entendues, des critiques à notre égard, mais aussi par des choses qu’on nous raconte, qu’on entend à la télévision, comme les attentats de Paris.
Alors que faire, me direz-vous ? Bien des choses, mais la première c’est de prendre les choses au sérieux, de ne pas banaliser. Certes, le temps peut faire son œuvre mais plus j’agis rapidement, plus je m’en remets vite. C’est un peu comme pour une laryngite : si je vais vite chez le médecin, j’en reste là et je soigne cette maladie ; si je traine, je prends le risque de faire une bronchite, une pneumonie etc …
L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) recommande tout d’abord de ne pas prendre de médicaments à base de benzodiazépine dans le mois suivant un événement stressant car cela bloque les mécanismes de guérison du corps. Donc, vous pouvez aller chez votre médecin mais attention à ce que vous prenez pour vous faire aider.
Autrement, ce que je vous recommande, c’est de consulter un thérapeute spécialiste de l'EMDR, car l’EMDR est une des méthodes les plus efficaces pour gérer les états de stress posttraumatique et elle est également recommandée par l’OMS. Mais qu’est-ce que l’EMDR me direz-vous ?
EMDR signifie Eyes Movement Desensitizisation and Reprocessing soit en français Mouvement des yeux, Désensibilisation et Retraitement. C’est une méthode créée en 1987 par Francine Shapiro pour traiter le traumatisme. Cette dernière a d’ailleurs reçu le prix Sigmund Freud pour sa découverte. L’EMDR permet au bénéficiaire de revivre son problème dans son corps en touchant à l’émotion (en lien avec l’événement passé) tout en observant ce qui se passe dans le présent en elle. Il y a donc une attention double sur l’événement. L’EMDR mobilise ainsi les processus de guérison naturelle du corps et remet en route ceux qui sont bloqués. Ainsi, l’EMDR sépare les émotions de ses représentations, ce qui fait que la personne ne souffre plus quand elle repense à l’événement traumatique. 
Cette méthode permet ainsi la libération des traumatismes et évènements stressants et peut être pratiquée dès l’instant « T » du traumatisme.
D’ailleurs, lors des évènements récents à Paris, les équipes d’EMDR action Trauma se sont mobilisées pour apporter leur aide aux victimes et à leurs proches.
Pour en savoir plus sur l’EMDR ou trouver un thérapeute, je vous invite à aller sur le site d’EMDR France.
Aussi, pour conclure, je vous dirais que certes, nous avons des ressources pour guérir et le plus souvent d’ailleurs c’est ce que nous faisons naturellement. Mais, quand les évènements sont difficiles pour nous, peu importante la gravité objective qu’ils recouvrent, je vous invite à vous en occuper dès que possible et pour cela l’EMDR est une très belle méthode thérapeutique reconnue. Prenez soin de vous et de vos proches en vous occupant de vous : tout d’abord en ne banalisant pas les choses difficiles que vous traversez et ensuite en allant chercher de l’aide.
Articles du thème Psychologie
Envie de réagir ? Je prends la parole
Réactions à l'article
Par Sourelaya le 18 décembre 2015 à 08h49
Le traumatisme n'est pas une fatalité...

Le travail d'EMDR est à recommander absolument pour des petits traumatismes comme pour des grands, y compris les traumatismes dû aux liens d'attachement. Pour ceux qui ne peuvent pas se payer un travail en EMDR qui peut être long, je recommande la méthode TRE de David Berceli, décrite dans le livre de Jean-Michel Guéret. Ces exercices que vous pourrez faire seul, permettent de libérer les tensions et stress qui accumulent dans le corps par le biais de tremblements. C'est extraordinairement puissant, et reste à la portée de tous. Le traumatisme s'installe quand on se fige, c'est à dire quand on trouve une autre voie que celle de se battre ou fuir. Ayez courage, il y a des issues de ces souffrances.

Par sf8977 le 18 décembre 2015 à 15h10
Marche pas

Bonjour,
J'ai fais des séances d'EMDR avec 2 médecins différents, soit à peu près 50H00 de séances... Et rien aucune évolution...

Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte