Acido-Basique

Tout savoir sur l'équilibre acido-basique

Publié le 19 septembre 2016 - Mis à jour le 10 novembre 2016
1/6
© Pixabay

1 L’équilibre acido-basique, c’est quoi ?

Notre corps reçoit en permanence des apports en acides et bases qui, combinés, forment une solution plus ou moins acide ou basique. C’est le pH, ou potentiel hydrogène, qui mesure l’acidité de cette solution. Un pH entre 0 et 7 montre une solution acide ; un pH  entre 7,1 et 14 une solution basique. L’idéal pour l’organisme est de se situer à un équilibre basique égal ou légèrement supérieur à 7, sans toutefois s’inquiéter des variations qui sont normales et physiologiques. 

 

© Pexels

2 Comment tester son PH ?

Il est très facile de mesurer son pH, grâce à un test urinaire au moyen de bandelettes urinaires vendues en pharmacies et certains magasins bio. On testera son pH plusieurs fois dans la journée et sur plusieurs jours, pour tenir compte des fluctuations évoquées plus haut. Ces dernières sont inévitables, en fonction de notre alimentation et de notre activité du moment. On évitera cependant la première urine du matin, plus acide que les autres.

 

© Pexels

3 Quelques aliments acides

Quelques aliments sont plus acidifiants que d’autres ; notamment  les protéines animales, œufs, produits laitiers, céréales et légumineuses. Il n’est toutefois pas question de les supprimer ! On privilégiera au contraire une alimentation variée et équilibrée ; les bases contrebalançant ainsi les acides. Tout en réduisant pour ceux qui le souhaitent certains types d’aliments très acidifiants comme le sucre blanc et les céréales raffinées. 

 

© Pixabay

4 Qu’est ce qui provoque l’acidité ?

L’alimentation n’est pas l’unique responsable de l’acidité de notre organisme. Un terrain peut également s’acidifier en fonction d’un manque de sommeil, d’une activité physique inexistante ou trop intense, du stress, d’un défaut d’oxygénation, ou d’émotions négatives rentrées. C’est bien toute l’hygiène de vie qu’il s’agit de revoir !

 

© Pixabay

5 Quelles sont les conséquences d’un pH trop acide ?

Certains signes avant-coureurs montrent un début d’acidité. Le corps concentre d’abord un trop-plein d’acidité dans les phanères – peau, cheveux et ongles qui paraissent fatigués et affaiblis. Puis l’acidité s’installe, entraînant fatigue chronique, problèmes digestifs, défauts de cicatrisation, maux de tête, fourmillements. Quant les organes émonctoires ne sont plus en capacité d’éliminer le surplus, l’acidose chronique peut entraîner ostéoporose et arthrose, problèmes ORL, calculs rénaux et tension artérielle. 

 

6 L’importance de se minéraliser… intelligemment !

Dans un terrain acide, les organes émonctoires, notamment les reins, effectuent un intense travail d’élimination naturelle. Il est important de boire assez d’eau pour les aider dans ce travail, mais aussi de s’assurer d’avoir en parallèle des apports suffisants en sels minéraux basiques, pour à la fois neutraliser les acides non-éliminés et compenser la perte en bases éliminés et éviter toute dévitalisation. D’où l’importance de se supplémenter en compléments parfaitement dosés.

Découvrez une sélection de produits qui ont retenu notre attention. 

 

L'équilibre acido-basique est un élément clé de notre bonne santé. Comment le mesurer et s'assurer que notre alimentation permet de le maintenir? Que se passe-t-il en cas de déséquilibre? Les réponses à toutes vos questions!

L’équilibre acido-basique, c’est quoi ?

Notre corps reçoit en permanence des apports en acides et bases qui, combinés, forment une solution plus ou moins acide ou basique. C’est le pH, ou potentiel hydrogène, qui mesure l’acidité de cette solution. Un pH entre 0 et 7 montre une solution acide ; un pH  entre 7,1 et 14 une solution basique. L’idéal pour l’organisme est de se situer à un équilibre basique égal ou légèrement supérieur à 7, sans toutefois s’inquiéter des variations qui sont normales et physiologiques. 

 

Comment tester son PH ?

Il est très facile de mesurer son pH, grâce à un test urinaire au moyen de bandelettes urinaires vendues en pharmacies et certains magasins bio. On testera son pH plusieurs fois dans la journée et sur plusieurs jours, pour tenir compte des fluctuations évoquées plus haut. Ces dernières sont inévitables, en fonction de notre alimentation et de notre activité du moment. On évitera cependant la première urine du matin, plus acide que les autres.

Quelques aliments acides

Quelques aliments sont plus acidifiants que d’autres ; notamment  les protéines animales, œufs, produits laitiers, céréales et légumineuses. Il n’est toutefois pas question de les supprimer ! On privilégiera au contraire une alimentation variée et équilibrée ; les bases contrebalançant ainsi les acides. Tout en réduisant pour ceux qui le souhaitent certains types d’aliments très acidifiants comme le sucre blanc et les céréales raffinées. 

Découvrez une sélection de produits qui ont retenu notre attention.

Qu’est ce qui provoque l’acidité ?

L’alimentation n’est pas l’unique responsable de l’acidité de notre organisme. Un terrain peut également s’acidifier en fonction d’un manque de sommeil, d’une activité physique inexistante ou trop intense, du stress, d’un défaut d’oxygénation, ou d’émotions négatives rentrées. C’est bien toute l’hygiène de vie qu’il s’agit de revoir !

Quelles sont les conséquences d’un pH trop acide ?

Certains signes avant-coureurs montrent un début d’acidité. Le corps concentre d’abord un trop-plein d’acidité dans les phanères – peau, cheveux et ongles qui paraissent fatigués et affaiblis. Puis l’acidité s’installe, entraînant fatigue chronique, problèmes digestifs, défauts de cicatrisation, maux de tête, fourmillements. Quant les organes émonctoires ne sont plus en capacité d’éliminer le surplus, l’acidose chronique peut entraîner ostéoporose et arthrose, problèmes ORL, calculs rénaux et tension artérielle. 

L’importance de se minéraliser… intelligemment !

Dans un terrain acide, les organes émonctoires, notamment les reins, effectuent un intense travail d’élimination naturelle. Il est important de boire assez d’eau pour les aider dans ce travail, mais aussi de s’assurer d’avoir en parallèle des apports suffisants en sels minéraux basiques, pour à la fois neutraliser les acides non-éliminés et compenser la perte en bases éliminés et éviter toute dévitalisation. D’où l’importance de se supplémenter en compléments parfaitement dosés.

Découvrez une sélection de produits qui ont retenu notre attention. 

Notre contributrice 

Léa Durupt est l'auteure du blog Je bénis l'inventeurcontributrice au blog participatif Vivremieux ! et co-animatrice sur Radio Médecine Douce.

Retrouvez Lea Durupt pour sa chronique sur Radio Medecine Douce

Toutes les chroniques de Lea sont sur sa page Facebook

Articles du même dossier
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte