Tout savoir sur la vitamine K

Publié le 4 avril 2012 - Mis à jour le 30 novembre 2012

Divers travaux récents ont montré l’action de la vitamine K, sur l’os, les artères, la lymphe et le foie.

Tout savoir sur la vitamine K

Ostéoporose
Une étude menée chez des personnes de plus de 60 ans, notamment chez des femmes après la ménopause a révélé un lien entre la carence en vitamine K, la réduction de la densité osseuse et l’augmentation du risque de fractures. La vitamine K n’agit pas de la même manière que la vitamine D. Elle est complémentaire. Le fait d’associer la vitamine K à la vitamine D et au calcium permet une meilleure  récupération de la densité osseuse et ralentit la fonte osseuse. La déminéralisation osseuse est moins marquée chez les patients qui ont un taux suffisant de vitamine K. La vitamine K serait donc indispensable en parallèle à la vitamine D chez les patients qui souffrent d’ostéoporose.

Protection cardiovasculaire

D’autres recherches montrent qu’au lieu d’agresser les artères, elle les protège vraiment. Il existe aujourd’hui un lien avéré entre déficience en vitamine K, risque de calcification artérielle et de distension artérielle. La  vitamine K1 ralentit non seulement le processus de calcification  mais aussi la perte d’élasticité des artères. On peut donc se demander si la tendance aux anévrysmes et aux lésions de l’endothélium ne serait pas lié entre autre à des carences en vitamine K.

Le fait qu’il existe également un lien entre sa carence et la survenue de l’ostéoporose et d’athérosclérose obligerait en théorie à  rechercher un problème coronarien et une déficience en vitamine K chez les personnes dont l’ostéoporose est mal contrôlée par le seul apport de vitamine D.

Nous ne sommes qu’au début des découvertes de l’action de la vitamine K. Les années à venir nous réserveront bien des surprises, certainement comme ce fut le cas de la vitamine D.

Signes de carence  en K2 :

  • Ecchimoses
  • Saignement de nez
  • Règles trop abondantes
  • Risque accru de fractures
  • Autres signes en cours d’évaluation : météorisme, acidité digestive

Quand  faut-il prendre la vitamine K

Lors de la prise de certains médicaments : les antibiotiques, les laxatifs, parce qu’ils modifient la flore intestinale. 
Les anticonvulsivants, les barbituriques qui ont un effet négatif sur la vitamine K.
Les corticoïdes pour contrer leur effet délétère sur l’os. L’apport de vitamine K2 permettant de limiter l’ostéoporose chez les personnes sous corticothérapie. 

Chez les personnes recevant des compléments qui sont susceptibles de trop fluidifier le sang et donc de faire saigner comme : l’ail, les huile de krill et de poisson. Enfin, l’alcool perturbe également l’absorption de la vitamine K.

Dans quels cas faut-il éviter la vitamine K : lors de traitements anti-coagulants par les antivitamines K.

Prendre de la vitamine K

Dr Paul Dupont
Articles du thème Vitamines et oligoéléments
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !