Le vent en médecine chinoise

Publié le 20 septembre 2011 - Mis à jour le 30 novembre 2012

Le vent est considéré en médecine chinoise comme "le fer de lance" de nombreuses maladies. Il pénètre et s’installe dans le corps, bouleverse l’équilibre énergétique, provoque courbatures, spasmes, tremblements, transpirations  voire des pathologies plus graves telles que l’apoplexie ou l’hypertension.

Le vent en médecine chinoise

Le vent fait partie des 5 climats qui caractérisent les 5 saisons selon le principe philosophique chinois. La chaleur correspond à l’été, l’humidité à la fin de l’été (ou été indien), la sécheresse à l’automne, le froid à l’hiver et le vent au printemps. Certes, le vent existe en toutes saisons mais sa manifestation sera plus forte dans la saison qui lui correspond.

Les caractéristiques du vent sont la mobilité, la montée, la rapidité. A l’intérieur du corps il peut provoquer de véritables raz de marées.

Mais tout d’abord à quoi correspond un vent pathologique ? Il en existe 2 : le vent pathologique d’origine externe et le vent d’origine interne.

Le vent pathologique d’origine externe
Il vient de l’extérieur, pénètre notre corps par le biais des méridiens d’acupuncture et va provoquer ce que nous connaissons sous le terme de rhume, grippe, virus. On dit que le vent est un fer de lance car il favorise l’ouverture des pores de la peau et la pénétration d’autres "perversités" climatiques tels que la chaleur, le froid, l’humidité.  L’été sera plus propice à la pénétration de vent chaleur avec l’insolation ou le coup de chaud. En hiver nous retrouvons le vent froid (rhumes, grippes) et au printemps les rhinites allergiques typiques durant cette saison.

Pourquoi ce vent pénètre notre corps ?

  • Première raison : notre énergie défensive (ou immunité) est affaiblie soit de façon chronique soit de façon occasionnelle. Dans ce dernier cas, une insomnie ou un excès alimentaire peuvent suffire à nous affaiblir.
  • Deuxième raison : la saison est déréglée et est soit trop forte, soit insuffisante. Notre corps qui vit au rythme de l’énergie des saisons n’a pas la capacité de s’adapter et nous tombons malade.

Le vent pathologique d’origine interne
Il  correspond à des dérèglements énergétiques plus anciens. Au fur et à mesure du temps tous déséquilibres internes se transforment aussi en vent, froid, chaleur, sécheresse, humidité. Dans ce contexte, le vent se développe souvent du fait d’une insuffisance de yin. Le yin correspond aux liquides du corps y compris le sang (voir article : de quels déséquilibres souffrez vous ?).

Comme pour le vent externe, le vent interne se combine facilement aux autres perversités aggravant  le déséquilibre et la complexité de la maladie. Par sa mobilité et son mouvement ascendant  le vent entraîne les autres perversités vers le haut ou la superficie du corps. Hypertension, instabilité mentale, angoisses, tremblements, impatiences, problèmes dermatologiques, démangeaisons, paralysie, apoplexie sont souvent des pathologies ou le vent prédomine.

Pour traiter le vent le médecin chinois recherchera toujours son origine. Dans un vent d’origine externe il chassera le vent avec une ou deux séances d’acupuncture. Dans un vent d’origine interne, le traitement est plus long. Le médecin cherchera très souvent à abaisser le vent interne en favorisant le yin ou les liquides du corps soit par la diététique, soit avec la phytothérapie ou encore l’acupuncture. Bien traiter nécessite  de bien définir l’origine du problème !

D'autres informations sur le site de Michèle Dumas

Michèle Dumas
Articles du thème Médecine Chinoise
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte