Allaitement : la compression du sein

Publié le 19 août 2008 - Mis à jour le 15 novembre 2012

Le but de la compression du sein est d'aider le lait à couler quand le bébé ne tète pas efficacement par lui-même, afin qu'il continue d'avaler du lait. Elle provoquera le réflexe d'éjection, et permettra souvent d'obtenir un flot de lait plus abondant.

Allaitement : la compression du sein

Elle peut être utile pour :
 
1. les bébés qui ne prennent pas assez de poids ;
2. les bébés qui souffrent de coliques ;
3. les bébés qui veulent téter très souvent et/ou longtemps ;
4. encourager les bébés qui rapidement s'endorment en tétant ;
5. les mères qui ont les mamelons douloureux ;
6. les mères qui souffrent fréquemment de mastites ou de canaux lactifères bouchés.
 
Cette technique n'est pas utile si l'allaitement se passe bien. Lorsque tout va bien, la mère doit laisser son bébé " finir " le premier sein, et ensuite lui proposer l'autre si le bébé en manifeste l'envie. Comment savoir que le bébé a " fini " un sein ? Lorsqu'il n'avale plus de lait (mouvement de succion rapides, sans déglutition). La compression du sein fonctionne particulièrement bien les premiers jours, pour aider le bébé à boire davantage de colostrum. Le bébé n'a pas besoin de beaucoup de colostrum, mais il lui en faut quand même. Une bonne prise et la compression du sein l'aideront à en boire.
 
Il peut être utile de savoir que :
 
1. Un bébé qui est bien mis au sein obtiendra le lait plus facilement qu'un bébé qui est mal mis au sein. Un bébé mal mis au sein n'aura du lait que quand le flot de lait est abondant. Bon nombre de mères arrivent à allaiter plus ou moins sans problème en dépit d'une mauvaise prise du sein, parce qu'elles ont une sécrétion lactée abondante.
2. Pendant les 3 à 6 premières semaines, les bébés ont tendance à s'endormir au sein dès que le lait coule lentement, même s'ils n'ont pas eu assez de lait. Passé cette période, ils pourront s'agiter au sein si le flot de lait est peu abondant. Il arrive aussi que des bébés s'agitent au sein quand ils sont plus jeunes, même quand ils n'ont que quelques jours.
3. Malheureusement, il s'avère que beaucoup de bébés sont mal mis au sein. Si la sécrétion lactée maternelle est abondante, le bébé aura une croissance pondérale satisfaisante, mais la mère devra en payer le prix : mamelons douloureux, bébé " à coliques ", bébé perpétuellement au sein (mais qui ne boit vraiment qu'une partie du temps) ...
 
La compression du sein aide le lait à couler lorsque le bébé s'endort au sein, ce qui lui permet :
1. d'obtenir davantage de lait
2. d'obtenir du lait de fin de tétée riche en graisse.
 
En pratique, comment faire ?
 
1. Prendre le bébé avec un bras.
2. Tenir le sein avec l'autre main, pouce d'un côté, les autres doigts de l'autre côté du sein, loin de l'aréole.
3. Surveiller la façon dont le bébé tète (sans en faire une obsession, comme en ne quittant pas des yeux la bouche du bébé). Il reçoit de bonnes quantités de lait tant qu'il boit suivant le rythme ouvrir - pause - fermer pour chaque succion, la pause servant à la déglutition (il ne s'agit pas d'une pause entre deux succions).
4. Lorsque le bébé se met à " tétouiller ", que ses mouvements de succion deviennent rapides et superficiels, et donc lorsqu'il n'avale plus ou presque plus de lait, la mère comprimera son sein (mouvement de " traite "), loin de l'aréole : le geste ne doit pas être douloureux, et ne doit pas tirer sur l'aréole ; le flot de lait doit devenir plus abondant, et le bébé recommencer à avaler du lait
5. Continuer à comprimer le sein jusqu'au moment où le bébé n'avale plus de lait, même avec la compression. Souvent le bébé arrêtera de téter, mais il recommencera si le lait se remet à couler ; si le bébé continue à téter lorsque la mère a cessé de comprimer son sein, elle pourra attendre un petit moment avant de recommencer la compression.
6. La mère relâche la pression à la fois pour se reposer la main et pour laisser le lait couler de nouveau. Si le bébé arrête de téter quand cesse la compression, il recommencera quand il goûtera le lait dans sa bouche.
7. Lorsque le bébé recommence à téter, il doit avaler du lait ; si ce n'est pas le cas, recommencer à comprimer le sein.
8. Continuer ainsi au premier sein jusqu'au moment où le bébé n'avale plus de lait, même avec l'aide de la compression ; le laisser téter quelques minutes même s'il n'avale plus rien, au cas où un nouveau réflexe d'éjection surviendrait ; si ce n'est pas le cas, l'enlever du sein.
9. Si le bébé semble le souhaiter, le mettre à l'autre sein et répéter le processus.
10. Il est aussi possible, si la mère le souhaite, de changer de sein à plusieurs reprises pendant la tétée (superalternance).
11. Travailler à améliorer la prise du sein.
 
La méthode décrite ici donne de bons résultats chez de nombreuses mères, d'après notre expérience. On peut poursuivre la compression tant que le geste est confortable pour la mère, et tant que le bébé avale du lait régulièrement. Mais si une mère trouve quelque chose qui fonctionne mieux pour elle et son bébé, pour l'amener à téter suivant le rythme ouvrir-pause-fermer, elle ne doit pas hésiter à le faire.
 
Par ailleurs, cette manoeuvre ne sera pas toujours nécessaire. Lorsque l'enfant deviendra plus efficace au sein, la mère pourra laisser faire la nature.

Article de Jack Newman, Responsable d'une consultation de lactation à Toronto - Canada, provenant de l'association IPA

Jack Newman
Articles du thème Allaitement
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte