Bébé a-t-il besoin d’un pédiatre ?

Publié le 4 juin 2012

« Un enfant en bonne santé n’a pas besoin de pédiatre à plein temps, son vrai médecin c’est sa mère. Une mère que je soutiens en lui prodiguant des conseils », explique le Docteur Françoise Berthoud dans son livre Mon enfant a-t-il besoin d’un pédiatre ? Petit manuel pour parents autonomes.

Une approche globale de la santé de l’enfant
La réponse médicale allopathique se résume trop souvent à une approche de corps physique. Parfois les réponses sont ailleurs. Elles se trouvent dans une approche holistique qui englobe l’être humain dans sa totalité psychique, physique et relationnelle. Les médecines naturelles sont beaucoup plus proches de cette démarche, elles font confiance à la vie, à l’enfant et à sa capacité de se soigner.

Pour les infections ORL, par exemple, l’homéopathie et la phytothérapie ont largement prouvé leur efficacité, ce qui n’empêchera pas, si le problème persiste, de faire ensuite appel à l’allopathie. Les médecines manuelles, ostéopathie, chiropractie, étiopathie donnent au corps une mobilité et une harmonie qui permettent au bébé de mieux affronter certaines pathologies. Par exemple, une naissance difficile peut expliquer des pleurs du bébé. Un ostéopathe crânien saura sentir les blocages et faire les manipulations nécessaires. On le sait aussi, en matière de soins aux enfants, il y a des modes. Par exemple, la manière de faire dormir un bébé, sur le dos puis sur le ventre et à nouveau sur le dos…

Laurence Pernoud, le célèbre auteur de J’attends un enfant et J’élève mon enfant, deux ouvrages vendus à des millions d’exemplaires et qui représentent quarante ans de connaissances accumulées, revues et corrigées sur l’enfant, tient le même discours que Françoise Berthoud : « La science est faite de constatations qui permettent de décrire des situations, ensuite la mère trouve en elle-même les meilleures réponses pour son enfant, qui sont alors un mélange de science, d’instinct et d’intuition. Moi, je me contente dans mes ouvrages de lui raconter en détail ce qui se passe à chaque âge, ce qui arrive le plus souvent, après c’est à elle de broder et d’inventer. » L’important pour la maman bio et sans doute le plus délicat, voire le plus difficile, va être de trouver un médecin partenaire qui pratique une médecine de solidarité et de partage, sachant la valoriser et la rassurer dans ses compétences et lui donner confiance en elle. La plupart du temps, une fois la maman rassurée, la santé du bébé s’améliore vite. Pour « dégoter » le thérapeute partenaire, on fera confiance au bouche à oreille. On se renseignera dans les circuits de médecines douces, associations pour l’allaitement, etc.

Cet articles est tiré du livre de Claude Didierjean-Jouveau et Martine Lagnier, Maman Bio. Mon bébé de la naissance à deux ans, paru aux Editions Eyrolles en 2008.

C. Didierjean-Jouveau et M. Laganier
Articles du thème Mon bébé au naturel
Envie de réagir ? Je prends la parole
Réaction à l'article
Par mart76 le 7 juin 2012 à 21h21
et son papa ?

je regrette que vous n'associez pas plus le père dans cette approche

Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !