Allaitement

Canaux lactifères bouchés et mastites

Publié le 21 août 2008 - Mis à jour le 18 juillet 2014
Le Dr Jack Newman est Pédiatre à Toronto. Il travaille à temps complet afin d’aider les mères à réussir leur allaitement. Il a été consultant pour l’UNICEF dans le cadre de l’Initiative Hôpital Ami des Bébés et a évalué les premiers Hôpitaux Amis des Bébés au Gabon, en Côte d’Ivoire et au Canada.
La mastite est une infection bactérienne du sein qui touche habituellement les femmes qui allaitent
La mastite est une infection bactérienne du sein qui touche habituellement les femmes qui allaitent
© Fotolia

La mastite est une infection bactérienne du sein qui touche habituellement les femmes qui allaitent. Toutefois, elle peut aussi survenir chez des femmes qui n'allaitent pas et qui ne sont pas enceintes, ainsi que chez de petits bébés des deux sexes.

Canaux lactifères bouchés et mastites
Canaux lactifères bouchés et mastites
On ne sait pas exactement pourquoi certaines femmes ont des mastites et d'autres pas. La bactérie peut pénétrer dans le sein par une crevasse ou une lésion du mamelon, mais des femmes dont les mamelons sont intacts ont aussi des mastites et la plupart des femmes qui ont des crevasses aux mamelons n'en ont pas.

Il faut bien faire la différence entre une mastite et un canal lactifère bouché, car le traitement ne sera pas le même ; un problème de canal lactifère bouché n'aura pas besoin d'un traitement antibiotique, alors que, en cas de mastite, il faut souvent, mais pas toujours, recourir à l'antibiothérapie.

  • Le blocage d'un canal se manifeste par une masse douloureuse, gonflée et ferme, avec souvent une rougeur cutanée semblable à celle de la mastite, mais pas aussi intense.
  • La mastite, elle, s'accompagne habituellement de fièvre, et d'une douleur et d'une rougeur du sein plus intenses. Il n'est pas toujours facile de distinguer une mastite bénigne d'un blocage sévère de canal lactifère. Le blocage d'un canal peut provoquer une mastite. En France, les médecins constatent aussi des cas de lymphangite, une fièvre associée à des rougeurs et des inflammations cutanées, sans masse douloureuse. Ils ne la traitent pas par antibiotique. J'en ai vu quelques cas dans mon cabinet, et en effet, le problème se règle sans antibiothérapie. Mais on peut en dire autant de la mastite.

Etablir le diagnostic de la mastite 

Pour établir le diagnostic il faut constater l'existence d'une zone indurée, rouge, enflée et douloureuse sur le sein. Sans ces symptômes, il n'y a pas de mastite. Un syndrome grippal ou une fièvre isolée ne sont pas suffisants pour diagnostiquer une mastite. En l'absence d'une zones indurée, une douleur mammaire lancinante n'est pas non plus une signe de mastite ; ce type de douleur est plus susceptible d'être une candidose, et ne donc pas être traitée par des antibiotiques. Comme pour la plupart des problèmes d'allaitement, une mise au sein incorrecte, qui ne permet pas un bon drainage du sein est propice à la mastite.

Canaux lactifères bouchés

Un problème de canaux lactifères bouchés disparaît presque toujours spontanément en 24 à 48 heures, sans aucune espèce de traitement. Pendant la période où il y a obstruction de canaux, le bébé peut s'agiter quand il tète le sein et l'écoulement de lait peut être ralenti.

Comment accélérer la guérison 

  • Poursuivre l'allaitement du côté touché.
  • Mieux drainer la zone affectée. Pour ce faire, on peut notamment placer le bébé de manière que son menton soit dirigé vers la zone drainée par les canaux bouchés. Ainsi, si cette zone se trouve du côté extérieur, en bas du sein (à 4 h), la position " en ballon de rugby " (" football ", au Canada) est à privilégier.
  • Comprimer le sein pendant l'allaitement (voir " La compression du sein "), en exerçant une pression constante sur le canal bloqué.
  • Réchauffer la zone touchée peut aussi aider, par exemple au moyen d'une bouillotte ou d'une bouteille d'eau chaude, en évitant soigneusement de brûler la peau avec une chaleur excessive ou un réchauffement trop prolongé.
  • Encourager la mère à se reposer. Ce n'est pas toujours facile, mais au besoin, elle peut garder le bébé au lit avec elle.

Parfois, une petite ampoule se forme sur le mamelon. Le cas échéant, on peut percer l'ampoule avec une aiguille stérilisée : exposer une aiguille de couturière à une flamme, la laisser refroidir et percer l'ampoule. Nul besoin d'agrandir le trou. Percer simplement l'ampoule.

Parfois, on peut faire sortir le contenu du canal bouché, qui aura la consistance de la pâte dentifrice (ce n'est pas toujours possible). Cela peut débloquer immédiatement le canal.

On peut aussi mettre le bébé au sein; il pourrait faire le déblocage en tétant. Le perçage de l'ampoule apporte un soulagement immédiat du mamelon, même si le canal lui-même n'est pas débloqué. Si on ne peut pas percer l'ampoule soi-même, se présenter à une consultation de lactation.

Si le problème ne se règle pas spontanément en 48 heures, ce qui est inhabituel, un traitement par ultrasons en viendra souvent à bout.

On peut s'adresser à un kinésithérapeute ou à une consultation de médecine sportive. Beaucoup de thérapeutes utilisant des ultrasons ne connaissent pas cette application.

Voici la dose à donner : 2 watts/cm2, en continu, pendant cinq minutes au niveau de la zone touchée, une fois par jour, à faire un maximum de 2 fois. Si deux séances d'ultrasons ne suffisent pas, inutile de poursuivre. Il faut s'adresser à une consultation de lactation ou à son médecin pour évaluer la situation.

En général, quand les ultrasons sont efficaces, une seule séance suffit. En outre, ce traitement semble prévenir la récurrence du blocage, qui se produit toujours au même endroit. La lécithine, à raison d'une capsule de 1200 mg, trois ou quatre fois par jour, semble aussi prévenir les rechutes, du moins chez certaines mères.

Conduite à suivre en cas de mastite 

Si les symptômes de mastite durent depuis plus de 24 heures, il est préférable de commencer un traitement antibiotique. Si les symptômes datent de moins de 24 heures, je prescris personnellement un antibiotique, mais je dis à la mère d'attendre avant de commencer à la prendre.

Si dans les 8 à 12 heures qui suivent la consultation les symptômes s'aggravent (douleur plus vive, zone atteinte plus rouge et/ou plus importante), elle commencera le traitement.

Si au bout de 24 heures il n'y a pas d'aggravation mais pas non plus d'amélioration, elle commencera aussi le traitement. Si les symptômes ont commencé à diminuer pendant les 24 heures suivant la consultation, le traitement antibiotique ne sera pas nécessaire. En général, l'amélioration va se poursuivre, et les symptômes auront disparu en 2 à 5 jours.

La fièvre disparaît généralement dans les 24 heures, la douleur en 24 à 48 heures, et l'induration en quelques jours de plus. La rougeur cutanée pourra persister pendant une semaine, voire davantage.

Lorsque la situation a commencé à s'améliorer, avec ou sans antibiothérapie, l'amélioration doit se poursuivre. En cas de nouvelle aggravation, ou si l'amélioration s'arrête pendant 24 à 48 heures, recontacter le médecin.

Ce dont il faut se souvenir 

  • Poursuivre l'allaitement avec le sein atteint, sauf si la douleur est insupportable. Dans ce cas, il faudra tirer le lait autant que faire se peut, et remettre l'enfant au sein aussi rapidement que possible. Le plus tôt sera le mieux.
  • Poursuivre l'allaitement aide la mastite à guérir. Il n'y a aucun danger pour le bébé.
  • L'application locale de chaleur (bouteille d'eau chaude ou bouillotte) aidera à combattre l'infection.
  • Le repos aidera aussi à combattre l'infection.
  • La fièvre est un moyen de lutte contre l'infection. N'utiliser un antipyrétique que si la mère se sent très mal, mais pas systématiquement.
  • En cas de douleur importante, le paracétamol, l'ibuprofène ou un autre antalgique peut être utilisé. La mère se sentira mieux, et le taux lacté de ces médicaments est trop faible pour présenter un danger pour le bébé allaité.

Remarques :

  •  L'amoxicilline, la pénicilline et un certain nombre d'autres antibiotiques sont souvent prescrits en cas de mastite, sont habituellement inefficaces pour cette maladie. Si un antibiotique est nécessaire, en choisir un qui soit efficace vis-à-vis du Staphylocoque doré, à savoir : la céphalexine, la cloxacilline, la flucloxacilline, l'amoxicilline-acide clavulanique, la clindamycine et la ciprofloxacine. Ces deux derniers peuvent être utilisés chez les mères allergiques aux pénicillines, et tous sont compatibles avec l'allaitement; l'allaitement doit se poursuivre.
  • Une mastite peut parfois dégénérer en abcès. Il ne faut pas interrompre l'allaitement, pas même avec le sein atteint. L'abcès est habituellement traité par drainage chirurgical, et la mère doit continuer à allaiter. Contacter un service hospitalier.

L'expert : Dr Jack Newman - Pédiatre - Responsable de consultations hospitalières de lactation - Toronto - Canada

Articles du thème Allaitement
Envie de réagir ? Je prends la parole
Réactions à l'article
Par mélanie le 24 décembre 2009 à 14h06
mastite 3 ans aprés l'accouchement

j'ai une boule au sein gauche , aprés une mamographie c'est une mastite, un traitement d'amoxilline ne donne rien, la boule persiste avec une douleur au toucher, que dois je faire ? 03 ans aprés l'accouchement il ya toujours presence de lait merci

Par claudine le 12 avril 2010 à 18h40
canal bloqué

J'ai une mastite après 9 mois d'allaitement. Les symptômes durent depuis 3 semaines.J'ai consulté et on m'a prescrit novo-cefradroxil il y a 6 jours. La douleur a diminué, mon sein n'est plus dur et la rougeur est disparue. Cependant, mon canal semble toujours bloqué car j'ai un poit blanc sur le mamelon. J'ai déjà fait percé 2 fois par un infirmière, qui fait saigner mon sein, et je fait tt mon bébé le plus souvent possible. Que puis-je faire de plus?

Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte