De quoi a besoin un nouveau-né ?

Publié le 27 mars 2012 - Mis à jour le 21 septembre 2015
© Pixabay

Cette question peut paraitre saugrenue, les réponses évidentes et pourtant… Naitre, pour un bébé, n’est pas toujours facile. Les femmes savent aussi qu’accoucher est un moment intense de joie, de doutes, d’espoirs. En un mot, c’est un rendez-vous chargé en émotions.

De quoi a besoin un nouveau-né ?
De quoi a besoin un nouveau-né ?

La naissance d’un bébé donne des émotions fortes, aux parents : mais le bébé, lui, que lui faut- il pour naitre ? De quoi a-t-il besoin pour passer d’un état a l’autre, de ce ventre plein de liquide amniotique chaud et enveloppant, a une atmosphère froide et avec un apprentissage de plusieurs mois, pour s’autonomiser.
En effet, à la naissance, le bébé humain pleure, manifeste mais est inapte, sur le plan de la motricité. Les autres petits mammifères, le chaton, le chiot, le faon,…marchent le soir de leur naissance ! D’autre part, ils trouvent, seuls, le chemin du mamelon alors que le bébé humain doit être porté, soit vers le sein, ou le biberon. Le tout petit est, donc, bien dépendant du bon vouloir de ses géniteurs et de son environnement humain et a besoin de plusieurs mois pour s’acclimater a son nouvel environnement.

Sommes-nous achevés à la naissance ?
Il y aurait une théorie qui s’appelle celle de" l’inachèvement natal" où on dit que le nouveau né est dans un état inachèvement ?? Freud lui-même défendait l’idée que notre vie utérine est écourtée et Lacan, à ce propos, parle de "prematuration".
Nous serions, alors, peut être, venus au monde avant le parachèvement de notre être et  il faudrait  de longs mois pour apprendre à marcher, appréhender, se nourrir soi même, parler. Mais on a tendance à oublier une faculté qui semble facile pour le bébé, celle d’échanger des regards avec notamment sa mère mais aussi le monde qui l’entoure.

Se "nourrir par les yeux"
En effet, un tout petit sait se nourrir par les yeux et c’est même très important. Téter le sein ou boire le biberon n’est pas seulement une question de dosage, de calories, il doit aussi se nourrir psychologiquement. Cet enfant vient d’une vie ou tout était  paisible, liquide, feutré, ou tout est prévu pour son bien être 24h/24 et la naissance lui enlève cet état. En se connectant avec sa mère notamment pendant les repas, il a la possibilité de créer un vrai lien, de faire une vraie rencontre et de recontacter un état de protection.
L’expression "manger des yeux "prend tout son sens pour ce tout petit et c’est pour lui une façon de retrouver un état antérieur dans les yeux de celle qui s’occupe de lui.

Accoucher n’est pas naitre
En effet, venir au monde est de mieux en mieux maitrisé sur le plan technique, les suites de couches sont plus faciles, la mortalité infantile diminue.  Mais accueillir son bébé dans les gestes précoces de soin d’allaitement, de bain, de jeux est une étape majeure. La vie extérieure, si nouvelle pour un nouveau né, se passe par les bras, les yeux, le toucher  de celle qui s’occupe de lui et c’est un passage sensible. Ce que l’on peut appeler "la naissance psychique" est en réalité la possibilité de se relier au monde et pour cela elle requiert des soins précis à des moments critiques.

La dimension maternelle
C’est pour cela que la tache de la mère et du père est immense. Elle est sans limite car elle doit permettre au bébé de passer d’un monde à l’autre par l’intermédiaire d’autres êtres, eux-mêmes avec leur propre vécu de leur enfance. Donner naissance c’est d’une certaine manière " se redonner naissance".

Et quand la rencontre ne se passe pas bien ?
Souvent, on parle de moment idéal où père, mère, bébé," accordent bien leurs violons" et la majorité des naissances et des nouveaux nés, se passe bien. Mais on ne sait pas assez que, en France, 10% des mamans accouchées ne semblent pas ressentir cet état dit de grâce, après l’accouchement et la connexion avec le bébé est difficile : on parle alors de baby- blues ou de dépression post partum.
Ce sont des mots qui effraient et pourtant, si cette période est reconnue par les parents, la famille, l’entourage, on évite alors, à tout le monde, de faire un mauvais départ.
De nombreuses unités mamans /bébés en France ont vu le jour depuis que JM Delassus a  crée, en 1987, la première unité a Jouy en Josas, en région Parisienne. Ces unîtes accueillent toute femme en difficulté maternelle, ce qui veut dire avec une difficulté a "connecter "avec ce nouveau bébé.
Si, vous aussi, vous doutez de votre relation maternelle avec votre bébé, une consultation avec un professionnel de santé mentale, un gynécologue, un médecin  généraliste, une sage femme, peuvent vous aider à savoir ce qui se passe. N’hésitez pas !

Cet article a été inspiré de l’article "Le besoin natal du nouveau né" écrit par JM Delassus en avril 2011 dans le JDPPetite enfance. Il est l’initiateur de la maternologie et a publié une quinzaine d’ouvrages sur la vie prénatale, la naissance et la maternité psychique.

Martine Valton Jouffroy, psychothérapeute, certifiée en Octobre 2011 en maternologie.

Pour aller plus loin
 

  • Association www.maman-blues.fr site non médical de soutien, d’écoute et de conseils dans le cadre de la difficulté maternelle. Liste des unités mamans/bébés en France et en Europe.
  • Le sens de la maternité, JM Delassus, éditions Broche.
  • L’aide mémoire de la maternologie de JM Delassus, Laurence Carlier, Véronique Boureau Louvet, Editions Dunod, collection Les outils du psychologue, 2010.
Martine Valton Jouffroy
Articles du thème Ma grossesse au naturel
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !