Enfant : quel rôle pour la télé ?

Publié le 17 avril 2009 - Mis à jour le 5 novembre 2009

Pour les 4-10 ans, c’est en moyenne 2 h de télé quotidienne dont 80 % de programmes non conçus à leur intention (chiffres de 2003 dans Enfants, consommation et publicité télévisée de Monique Dagnaud, éditions la Documentation française).

On a tous vu les fameux dessins d’enfants gavés de télé, maladroits et sans aucune créativité… Alors, faut-il jeter sa télé par la fenêtre ? Non, parce qu’il s’agit d’un déchet polluant et qu’il vaut mieux la déposer à la déchetterie.

Plus sérieusement, pour les parents, il s’agit de garder le contrôle sur ce que regardent les enfants, en qualité comme en quantité.

 
Télé interdite aux moins de 3 ans :

Depuis le 1er novembre 2008, le CSA interdit de diffuser des programmes aux enfants de moins de 3 ans. Et les chaînes étrangères, explicitement destinées aux moins de 3 ans, doivent afficher l’avertissement « regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de chaînes qui s’adressent spécifiquement à eux ». On ne pourra pas dire qu’on ne savait pas…



10 jours sans télé !

À Ziegelwasser, près de Strasbourg, 250 écoliers du primaire se sont engagés à ne pas regarder la télévision ou jouer à des jeux vidéo pendant 10 jours.

L’objectif ? Retrouver un œil critique vis-à-vis des écrans et se défaire des habitudes.

L’étonnant retentissement de l’opération (une soixantaine de lettres de soutien par jour et des reportages des télés étrangères) suggère en tout casque le sujet touche un point sensible de notre société.

Les recommandations du code de bonne conduite du BVP

Le Bureau de vérification de la publicité édite un code de bonne conduite à destination des publicitaires.
7.1 : La publicité ne doit pas suggérer que la seule possession ou l’utilisation d’un produit donne à l’enfant un avantage physique, social ou psychologique sur les autres enfants de son âge, ou que la non possession de ce produit aurait un effet contraire.
7.2 : La publicité s’adressant aux enfants ne doit pas susciter un sentiment d’urgence d’achat ou suggérer que cet achat possède un caractère indispensable.
7.4 : Le message publicitaire ne doit pas comporter des mentions incitant directement les enfants à persuader les parents de leur acheter le produit ou service présenté.

À lire :
No Logo, de Naomi Klein, éditions Actes Sud.
Une explication détaillée des rouages de la société de consommation et de ses absurdités.

Retrouvez Nature & Découvertes sur Internet

Nature & découvertes
Articles du thème Mon enfant et moi
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !