La césarienne

Publié le 4 mai 2008 - Mis à jour le 15 novembre 2012

Ma fille est née par césarienne. Quand on me demande comment s'est passé l'accouchement, j'ai coutume de dire : cela n'a pas eu lieu, personne n'a assisté à l'accouchement. Réfléchissons. Elle est née, oui elle est née puisqu'elle est là. Elle a été accouchée ? Oui mais je n'ai rien vu, rien senti, rien entendu. Son père ? Pareil. Et elle ? Elle, qu'a-t-elle vécu ? D'abord, l'eau qui se vide artificiellement. Puis, le bruit du bistouri qui découpe peau, muscle et utérus. Ouverture de son endroit clos abruptement avec entrée de lumière massive d'un scialytique. Deux mains l'attrapent, la tirent, la suspendent d'abord par le menton et la tête. C'est ça l'accouchement vécu par ma fille ? Non, ce ne sont que mes suppositions. Je ne saurai jamais. Elle non plus, son père non plus. Nous, la famille, on n'a rien vu, rien senti, rien entendu. Il n'y a pas de témoin. Que des anonymes en blouse blanche. Autant dire personne. Personne qui compte. Personne qu'on aime. Mais quand je l'ai vue, je l'ai reconnue. Et elle, quand elle m'a sentie, elle s'est retrouvée. Merci au papa qui a eu le rôle important d'être la couveuse en attendant qu'on me remonte du bloc. Pour celles qui souffrent d'avoir été césarisées, je vous conseille l'association Césarine. http://www.cesarine.org/

elisa
Articles du dossier Accouchement naturel
Envie de réagir ? Je prends la parole
Réactions à l'article
Par carachouette le 5 mai 2008 à 10h49
ma césarienne

j'ai un vécu different pour ma cesarienne

en effet mon 1er accouchement a eu lieu par césarienne et heureusement car après 13 heures d'effort mon fils ne venait pas ... et pas de péridurale car à l'époque comme on a découvert son siège à l'accouchement celle ci etait interdite ... donc douleurs et aucun résultat et peut être une souffrance foetale

donc c'est avec soulagement que j'ai entendu le gyneco dire qu'on allait au bloc

d'accord pas de papa, mais j'ai choisi une rachi anesthesie ... je ne voulais pas être endormie et le voir dès sa sortie,

un grand soulagement que de le voir enfin sortir après beaucoup de souffrance et un renoncement de ma part, j'ai vu mon petit bout tout de suite au dessus du champ opératoire, manipulé avec doucur, j'ai entendu son 1er cri, on me l'a délicatement posé sur l'epaule avant de l'amenener se faire laver ...

on dit aussi qu'une sortie naturelle est traumatisante pour un enfant avec l'air qui s'engouffre tout aussi sauvagement que dans les poumons ... honnetement je pense que la souffrance pour l'enfant est la m^meme , le choc est tout aussi insidieux dans l'un et l'aute accouchement

Par contre c'est vrai que pendant quelque temps environ 2 mois, je culpabilisais de ne pas avoir donné la vie au sens ou on se l'imagine , mais je l'ai porté 9 mois, comme un autre bébé, et je l'ai aimé de la même façon après , c'est juste cette peite heure que dure la césa

j'ai eu quelques années après une petite fille, née par voie basse, donc je connais les 2 modes d'accouchement , je me suis plus vite remise de la césarienne que de l'episio et la douleur de l'écartement du au passage, mais j'étais contente d'avoir pu donner une 2nde fois la vie de cette manière

(donc pour celles qui croient que le fait d'accoucher par césarienne induit une cesarienne au prochain accouchement c'est faux !)

Bilan au jour d'aujourd'hui, j'adore mes 2 enfants, et on rigole quand la petite soeur dit au grand frère qu'il n'a pas été capable de trouver la sortie tout seul

Par elisa le 5 mai 2008 à 12h00
Merci pour ce témoignage que

Merci pour ce témoignage que je juge positif. D'une part parce que je ne ressens aucune colère de votre côté, et d'autre part parce que vous avez pu également connaître un accouchement par voie basse (hélàs avec des souffrances physiques importantes).

Pour ma part je ne suis pas sortie (encore) de ma colère. Cela doit se sentir dans ce billet.

Par kickers le 7 mai 2008 à 08h00
J'ai moi aussi accouché par

J'ai moi aussi accouché par césarienne. Et mon vécu est très différent de celui d'Elisa. Il était à peu près certain que j'accouche par césarienne, donc je m'y suis préparée et mon compagnon également. Avec mon gynéco (un homme extra !), mon compagnon et la sage-femme, nous avons travaillé sur cette possibilité.

Mon accouchement a été déclenché car ma fille ne venait pas, mais après 12h de travail, je ne me suis pas dilatée au-delà de 4/5 et mon bébé avait déja fait une chute cardiaque. Il etait temps d'agir. La césarienne devenait une réalité.

Mon gynéco nous a tout expliqué calmement, il m'a dit que j'avais été courageuse d'avoir tenu 12h, il m'a beaucoup valorisée. Il m'a dit que j'avais le droit d'être déçue et d'avoir peur. Mon mari et moi avons pleuré et après quelques instants nous avons repris des forces et je suis rentrée en salle d'op.

Mon compagnon était là, près de moi. Sa présence a tout changé, quelle chance j'ai eue de l'avoir à mes côtés.

Au moment où ma fille est sortie, mon gynéco a eu une phrase géniale : "maintenant, aide ta fille à naître et pousse", bien-sûr je ne sentais rien, mais quel symbole ! Il a posé mon bébé sur moi et je me suis sentie maman.

Je suis consciente d'avoir vécu une césarienne "idéale" car non seulement l'opération s'est bien passée mais elle a été bien vécue.

Je voudrais simplement dire au femmes qu'une césarienne est un accouchement, nous mettons au monde, c'est peut-être plus "mentalisé".

Pour se préparer à cette éventualité, il faut en parler avec les médecins, les sage-femmes et bien évidement son compagnon et son bébé !

N'oubliez pas l'essentiel, nous donnons la vie quelle que soit la façon d'accoucher.

Par elisa le 7 mai 2008 à 15h43
Kickers, ton témoignage est

Kickers, ton témoignage est également très touchant. C'est formidable que ce gynécologue ai pris conscience du traumatisme potentiel pour toute maman que de donner naissance de cette façon.

Par lilyrose3 le 12 mai 2008 à 10h08
J'ai également eu une cÃ

J'ai également eu une césarienne, mais je l'ai très bien vécue. J'ai toujours eu la sensation d'avoir accouché, et j'ai senti Cian sortir de moi. Elisa ta césarienne était sous anesthésie générale ? Programmée ?
La mienne était programmée car Cian était en siège petit bébé, donc ils n'ont voulu prendre aucun risque. Je suis donc arrivée à l'hôpital super zen, je savais que j'allais enfin rencontrer ma fille. J'aurai préféré un accouchement sans péri, sans perfusion, le plus naturel possible, mais bon, tant pis, je me suis faite à l'idée, et le plus important pour moi était de tenir enfin mon bébé dans les bras.

Je te mets ci-dessous le récit de mon accouchement :
Le 6 Janvier :
0h00 : Il faut être à jeun. C'est très dur de ne pas boire, surtout pour quelqu'un qui boit habituellement toutes les 5 minutes

7h45 : Douche à la bétadine, et enfillage de la jolie blouse d'opération

8h00 : Pose de la perfusion

9h00 : On me descend, et on me laisse en salle de réveil. La césarienne d'avant prend un peu plus de temps que prévu. En attendant les infirmières me parle un peu pour m'occuper

10h00 : On m'emmène enfin en salle d'opération !
L'anesthésiste me fait m'assoir pour la rachi. J'ai trouvé la piqure et l'injection du produit assez douloureuse. En quelques secondes, j'ai les jambes qui s'alourdissent. Il a fallu qu'on m'aide pour me rallonger.

On me met l'appareil à tension sur un bras pour la vérifier tout au long de la césa. Sur l'autre j'ai la perfusion, avec plein de produits. Et au dessus de la poitrine j'ai les capteur pour le coeur. On me met une couverture chauffante, car il fait très froid. Moi qui voulait un accouchement sans péri ni perfusion, c'est râté ...

Je ne sens plus du tout mes jambes, mais je sens quand on me touche, ca fait une sensation assez bizarre.
On installe un drap devant moi, et on me pose la sonde urinaire.
L'opération commence.
Ca me fait des sortes de vague sur moi, mais je suis incapable de dire ce qu'on me fait :heink:
A un moment j'avais l'impression qu'on tirait mon bb par les pieds et qu'on essayait de la faire sortir sans y arriver. Mais ca durait un peu trop longtemps pour être ça ...

Au moment de faire sortir le bb, une infirmière se met à côté de moi pour me décrire ce qui se passe.
Elle me dit qu'on va m'appuyer sur le ventre pour faire sortir le bébé.
A ce moment, le sent ma puce sortir, ça fait une sensation de vide progressive. On entend alors un petit cri. Ca y est, ma puce est née. Il est 10h36 ! Les larmes me viennent aux yeux. Entre la joie que ma puce soit là et cette sensation de vide soudain.

Ils l'emmènent 2 minutes et on me la ramène essuyée, dans une couverture. On me la laisse 5 minutes tout juste. Au moment où ils repartent avec, je me mets de nouveau à pleurer. Je ne pensais pas être aussi émue !

Pendant ce temps, ils ont commencé à me recoudre. Ca a duré environ 30 minutes. J'ai rien senti, mais j'ai bien entendu le bruit de l'agrafeuse à la fin.

11h00 : On me remet en salle de réveil. Je dors un peu. Mes jambes commencent à se réveiller.

12h30 : On me remonte dans ma chambre.
Mon ami était là. Il m'explique qu'il a donné le biberon à la petite, et me montre le petit film qu'il a fait d'elle. Il avait l'air super content !

13h00 : On me ramène enfin ma puce !

Par elisa le 12 mai 2008 à 21h02
Lilyrose, tu soulèves un

Lilyrose, tu soulèves un point important. Les différences de vécues des césariennes tient non seulement à la différence de personnalité, de caractère...mais aussi des conditions. Préparé ? En urgence ? Facilité à "être tombée" enceinte (je déteste cette expression) ? La grossesse...

Ma césarienne s'est faite en urgence après une grossesse normale et un début de travail également normal (c'est-à-dire contractions supportables, col qui s'ouvrait bien). L'interne craignait que le cordon était coincé autour du cou de ma fille ou/et pensait à une procidence du cordon (le cordon passe avant le bébé, ce qui a pour conséquence l'arrêt d'apport en oxygène du bébé et donc...mort). Du coup en 2 minutes je me suis retrouvée allongée et au bloc avec une rachi anesthésie.

L'interne craignait cela parce que la sage femme a percé la poche des eaux (je regrette de n'avoir pas su qu'il ne fallait pas le faire), que ma fille était encore très haute et qu'ils n'arrivaient pas à lui placer le tocotruc sur sa tête.

Une fois découpée, l'interne a vu qu'il n'en étais rien. Alors quand j'y repense je me dis que je n'aurai pas du les laisser m'allonger, ni percer la poche des eaux, et tout cela ne serait sûrement pas arrivé.

Par lilyrose3 le 15 mai 2008 à 19h37
Les hôpitaux ont souvent

Les hôpitaux ont souvent tendance à surmédicaliser la grossesse et l'accouchement, l'accouchement devient un acte médical et non plus acte naturel.
Ils veulent que cela aille vite (perçage de poche des eaux), sans faire mal (péri), que le bb passe bien (épisiotomie), se préparent à un éventuel soucis (perfusion, monitoring régulièrement ...), mais à côté de ça, ils "forcent bien souvent la mère à rester coucher et à accoucher coucher alors que c'est pas comme ça que le bb passe le mieux.
Il existe des maisons d'accouchement qui respectent au mieux l'accouchement naturel, et proposent des bains, des ballons, d'accoucher dans l'eau, assise, sur le côté ... en même temps, en cas de complication comment cela se passe ?!

Quelque part, quand il y a un risque, vaut-il mieux être prudent ou vouloir à tout prix accoucher naturellement au risque qu'il arrive quelque chose au bébé ou à la maman ?

Par julia13 le 16 mai 2008 à 19h46
mon expérience

Mon fils est né quatre jours après terme, j'ai eu une césarienne sous rachi anesthesie.
Mon gynéco a écouté mon désir d'accoucher le plus naturellement possible...il a bien voulu attendre bien que le placenta commencait a vieillir
On a décidé de m'injecter de l'hormone de synthèse pour déclancher l'accouchement, mais le bébé a eu une chute cardiaque.J'ai du accepter l'idée d'avoir une césa...j'étais triste!
J'ai eu tres peur quand on m'a fait l'injection dans le dos, mais je n'ai rien senti.
Tom, le papa était là, pleurant d'émotion dans son masque.
Notre petit garçon avait deux tours de cordons autour du coup, et si il était né de façon naturelle, je ne sais pas comment ça se serai passé...j'ai mis du temps à croire que c'était ce qu'il y avait de mieux à faire, j'ai regretté ce rendez-vous manqué mais finalement je l'ai accepté et je suis contente du rapport que j'ai eu avec l'équipe soignante, j'étais dans une toute petite maternité et je me sentie accompagnée, respectée.

Par elisa le 18 mai 2008 à 06h07
lilyrose,

lilyrose,
Je trouve très censé ce que vous dites. La naissance est un moment surmédicalisé dans la plupart des lieux d'accouchement. La façon naturelle a été oubliée. Les cours de préparation à l'accouchement ne sont pas une éducation sur comment cela se passe mais plus sur comment ils souhaitent que les femmes accouchent ;). Avec le recul je me dis que j'aurai du me renseigner énormément sur la question avant pour bien savoir ce que je n'aurai du accepter.

Je pense peut être naïvement que si on aide les femmes à accoucher naturellement, il y aurai bien moins de complications qu'à l'heure actuelle.

Par elisa le 18 mai 2008 à 06h14
Julia,

Julia,

Cela a du être un moment très angoissant cette chute cardiaque. Pour le cordon, je m'interroge, car moi aussi je suis née (prématurée) avec le cordon autour du cou. Mais je me dis, si le bébé s'est enroulé dans le cordon, il peut se dérouler aussi ?
En tout les cas c'est bien aujourd'hui que vous réussissez à positiver un peu cette expérience.

L'accouchement et la naissance de nos enfants sont souvent sujets à discusion. Continuez à écrire pour partager votre expérience!

Par zagailla le 4 juin 2008 à 15h30
MOI JY ARRIVE PAS

elisa moi ma puce a 5 ans une césarienne catastrophique elle etait en souffrance foetale moi 40 de fièvre affame pas ecoute par le personnel en urgense et j'en souffre toujours la preuve jai envis d'un deuxième et je flippe rien qu en pensant à laccouchement comme je suis asthmatique peux pas accoucher a la maison trop risque et çà n'existe pas a paris et en ile de france des maternités qui repondrait à ma demande un accouchement en douceur ou on m'écouterais suis désespére comme maman bio pourtant je ne demande pas la lune

Par elisa le 5 juin 2008 à 16h23
zagailla,

zagailla,
Oui, moi aussi, pendant longtemps, je me suis dit pas de second si c'est pour vivre la même chose! Alors je te souhaite de tout coeur de trouver la paix! Va voir du côté de l'association Césarine... En parallèle, je m'étais aussi ultra informée sur l'accouchement afin de me préparer mentalement à accoucher seule ou alors à exiger ma façon de faire dans un milieu médicalisé. Maintenant que je sais tout cela et bien le second n'est pas en route mais je sais que jamais plus ça ne se passer ainsi.

Par yseuld le 20 juillet 2008 à 19h32
enfin!!

J'ai accouché par césarienne il y a 21 mois et quelques jours et je suis ravie de tomber sur d'autres témoignages. Je suis la seule dans ma famille (et celle de mon mari) à avoir 'accouché' par césarienne et donc très peu d'occasion d'en parler. J'ai envie d'un deuxième enfant mais je suis très stressée par l'accouchement. Ma fille faisait plus de 4 kilos à la naissance et je suis un petit gabarit et comme on dit souvent que le 2è est plus gros que le 1er, je ne suis pas rassurée. En tout cas, merci de ces témoignages, ça fait du bien!!!

Par elisa le 25 juillet 2008 à 13h16
Yseuld, oh moi aussi lire de

Yseuld, oh moi aussi lire de témoignages sur la césarienne m'a fait du bien et m'a fait aussi beaucoup pleurer. Je crois que c'est une étape obligé dans l'acceptation de ce moment de notre vie.

Je te souhaite de trouver comment te déstresser de l'idée d'accoucher. Ne laisse pas ce point de côté. Bonne continuation!

Par bergamote le 28 juillet 2008 à 18h39
Coucou Elisa,

Coucou Elisa,
Merci pour ce récit de ta césarienne, qui m'a beaucoup touché.

J'ai vécu tout exactement comme tu le décris, mis à part que le papa était là et que je n'étais pas endormie. J'ai encore beaucoup de colère et de tristesse en moi quand je pense à mes 2 césariennes, la piqure, le bistouri, la découpe et les ustensiles froids sur le plateau, les internes qui te traitent comme une opérée et non comme une maman qui va accoucher (surtout la deuxième fois), le bruit, les secousses.

Heureusement, il y avait la main et le sourire de mon homme, le regard tout neuf de mes bébés. Mais j'éprouve encore de la peine en y repensant. Et je sais que pour le ou la troisième, ce sera pareil. Il me faudra trouver le courage de repasser par ça.

Peut-êtrequ'une bonne sage-femme pourrait m'aider ? Est-ce que tu sais si ce type d'accompagnement psychologique existe ?

Eve

Par elisa le 29 juillet 2008 à 00h04
Eve, tu es enceinte ? A ta

Eve, tu es enceinte ? A ta place je ferai la totale : sage-femme exceptionnelle, doula de confiance et psychologue super chouette. Mais je ne suis pas à ta place.
Rien qu'avec ta courte description de ton ressentie, je frissonnes. Je ne connais pas ton fonctionnement. Certaines personnes auraient besoin d'être simplement écoutée, tandis que d'autres auraient besoin d'un suivi global le temps de l'épreuve.
Je sais qu'il existe de psychologues spécialisées dans l'accompagnement à la naissance. J'en ai renconté une début juillet, je l'ai trouvée géniale (formée en plus sur la naissance, l grossesse, la parentalité, l'allaitement etc.) Si tu es du côté de Rennes...je peux t'avoir des adresses.)

S'il n'y en a pas près de chez toi, normalement toute psychologue clinicienne est qualifié pour cela. La difficulté est de trouver une personne avec qui tu te sentes bien.

L'erreure à ne pas faire est de voir un médecin généraliste qui te propose une psychothérapie (il n'est pas réellement formée, alors qu'un psychologue clinicien n'a fait que ça durant 5 ans au moins) ni un psychiatre qui est formée pour traiter des maladies psychiatriques lourdes (il pourrait te donner des médicaments psychotropes en plus). Cela dit des exceptions existent!

Tu me demandes si une sage-femme pourrait t'aider. Ce n'est pas son rôle. Peut-être que tu poses la question parce qu'une sage femme connaît la césarienne ? Je ne pense pas que cela soit un critère important (sinon les psys seraient très limités). Il faut juste une personne empathique.

Par bergamote le 31 juillet 2008 à 18h06
Elisa, merci pour tes conseils !

Je ne suis pas enceinte (pas encore). Quand ce sera le cas, je vais suivre tes conseils et chercher une doula super chouette :-)
Sinon j'habite du côté d'Epernon, un petit bled sympa que tu connais peut-être ;-)
Eve

Par louan le 19 novembre 2008 à 21h34
lou

moi ma grossesse c' est mal passé tout les mois je me fesait hospitalisé.puis le momment d accouché est arrivé tous se passé bien,mais tous a trés vite basculé au boud de 14h de souffrance et d' acharnement mon génico est

Par elisa le 3 décembre 2008 à 17h47
votre gynéco est ?

votre gynéco est ?

Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !