La méthode Gordon, en pratique, comment est-ce que ça marche ?

Publié le 12 juillet 2012 - Mis à jour le 29 avril 2013
© Fotolia

Comment communiquer autrement avec son enfant ?

La méthode Gordon, en pratique, comment est-ce que ça marche ?
La méthode Gordon, en pratique, comment est-ce que ça marche ?

"Tu vas ranger ces jouets oui ? tu sais bien que tu ne dois pas laisser tout ce tas au milieu du salon "
"Ca fait 10 fois que je te dis de sortir du bain, maintenant ça suffit !" "Ah non, il n’est pas question que tu arrêtes le judo !".
Quel parent n'a pas, avec les meilleures intentions du monde, délivré ce type de message... une fois, deux fois, dix fois, cent fois. Si ces façons de communiquer fonctionnent bien parfois, elles peuvent aussi être source de beaucoup d’énergie et d’énervement, et parfois ne sont …même pas entendues !

Comment alors communiquer « autrement » ?
Deux principes fondateurs de cette approche :

  • Savoir écouter vraiment nos enfants : l'écoute active,
  • Savoir s’affirmer pour être entendus : le message "je" d’affirmation,

Qui permettent de structurer nos échanges pour enrichir la relation, résoudre des conflits sans perdants, démêler des collisions de valeur ou se positionner en médiateur dans les conflits entre frères et soeurs.
.
L'écoute active pour aider notre enfant à comprendre ce qu’il vit
L'écoute active consiste à écouter notre enfant avec bienveillance et attention, en accueillant ce qu'il dit, ce qu'il ressent, sans interpréter ses propos ni chercher immédiatement à lui trouver une solution. Si cette posture apparaît simple en apparence, elle requiert une d'attention de notre part, mais aussi acceptation et empathie.

Lorsque notre enfant vit un problème (il est triste à cause de ses copains, agacé à cause de son travail, ...), la première aide que nous pouvons lui apporter, c'est de l'écouter, puis de reformuler pour nous assurer, et le rassurer, du fait que nous l'ayons bien compris. En lui permettant d'avoir accès à ce miroir de lui-même, nous lui permettons ainsi de cheminer dans sa pensée, dans sa difficulté.. et bien souvent nous lui permettons de trouver lui-même la solution la plus adaptée à ce qu'il traverse. Ex : « tu es inquiet », « tu as l’air ennuyé », « ça ne te fait pas plaisir » .

Le message "je" d’affirmation pour se positionner avec justesse et être entendu
Lorsque nous sommes confrontés à un comportement de notre enfant qui nous pose un problème, nous sommes tous rapides à nous exprimer peut être de cette façon «  tu m’énerves ! » « tu es insupportable ! » « tu ne vois pas que je suis fatigué ».
Ces messages risquent de susciter chez l’enfant des réactions de défense qui peuvent mener à l’escalade verbale ou à la rupture dans la communication !
A la différence du message "tu", le message "je" permet d'exprimer ce que l'on ressent et de s’affirmer en son nom propre. Ex « je suis fatiguée et n’ai pas envie de jouer maintenant, « je suis très agacée parce que je t’ai demandé plusieurs fois de … ».

S'il permet de rompre la logique sous-entendue (tu n'es pas capable, je ne peux pas te faire confiance), et de confronter l’enfant sans atteindre à son estime de soi, ce message nous aide surtout à clarifier notre point de vue..
Ainsi, à chaque fois que nous prenons quelques minutes pour nous questionner : qu'est-ce qui me pose vraiment problème dans cette situation ? qu'est-ce qui est le plus touché ? nous trouvons des réponses qui nous permettent de mieux évaluer les risques de la situation et de les envisager sous un nouveau jour dans l'échange relationnel.

Ces messages limitent les risques dans la communication et permettent de maintenir l’échange même pour parler de situations délicates.

Et plus d'informations sur ateliergordon.com

Nathalie Reinhardt Herlaut
Articles du thème Mon enfant et moi
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !
A lire aussi