Portage: la famille des croisés

Publié le 14 août 2007 - Mis à jour le 15 novembre 2012

Le portage en croisé est la technique la plus utilisée pour maintenir bébé près de soi. C’est la manière la plus simple pour porter l’enfant mais elle comporte quelques variantes que l’on ne connaît pas toujours.

Dossier portage : la famille des croisés

Le croisé simple

On le rencontre beaucoup, dans sa version rapide, sans réglage. Beaucoup utilisé pour faire des courses ou aller rechercher des aînés à l’école, il peut s’installer à l’avance, et on peut y installer et en sortir bébé plusieurs fois dans la journée sans avoir à enlever l’écharpe.

Je vous propose ici une version plus confortable, avec un petit réglage assez simple : après l’installation de bébé, défaites le nœud final, remontez bébé largement au-dessus des muscles de votre ventre en tendant les ourlets de chaque pan de l’écharpe. Réalisez le double nœud final après être passé(e) au-dessus des jambes de bébé.

Ses cuisses, entièrement soutenues, remontent alors sur les côtés, signe d’une bonne posture. De cette façon, il est impossible pour bébé de se retrouver en appui sur son entre-jambe comme on l’observe si souvent dans le croisé simple non réglé.

De nombreuses postures sont réalisables dans ce croisé.

Pourquoi régler le croisé simple ?

Le croisé simple non réglé laisse peu à peu descendre bébé sur le ventre du porteur, qui se cambre et relâche son périnée. Sur le ventre, il est recommandé, en dehors des variantes « allaitement », bébé descendu droit face au sein et décalé sur un côté puis sur l’autre, ou incliné sur le côté, de porter bébé très haut, pour prendre soin de son dos à soi. Après une césarienne, la cicatrice peut être douloureuse pendant plusieurs semaines. Bébé sera alors porté le temps jugé nécessaire par la maman la tête posée dans son cou. Certains ne conseillent plus du tout le croisé simple non réglé pour les bébés âgés de moins de trois mois : la posture de l’enfant dans ce nœud serait prématurée par rapport à l’évolution physiologique du dos de l’enfant. Sa tête semble parfois bloquée en arrière, en hyper-extension, et il ne semble pas la maîtriser aussi bien que dans le kangourou sur le ventre par exemple.

La version enveloppée du croisé ajoute à la croix dans laquelle l’enfant est installé une poche, située sous la croix ou autour de celle-ci.

Un dos bien arrondi

Les croisés sont souvent utilisés (et c’est dommage) en écrasant le dos de bébé à l’aide de la croix (et de la poche qui l’accompagne). Il est primordial de veiller à respecter les courbes naturelles du dos de bébé, et le réglage du simple croisé peut beaucoup y contribuer.

Ingrid van den Peereboom
Articles du thème Porter mon bébé
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !
A lire aussi