LA CULTURE TRADITIONNELLE DU SHIITAKE

http://www.phytoreponse.fr/phytotherapie-renforcement-immunitaire/phyto-shii-ta-ke-phytoreponse-lp33-d123.htm

En japonais, « také » caractérise au sens large les champignons. Le shiitaké est donc le champignon de l’arbre « shii ».
Tant en Chine qu’au Japon, le shiitaké est cultivé sur des grosses branches mortes de feuillus ou sur des billots de bois des mêmes arbres, ensemencés du mycélium ou blanc à champignons. Ils sont ensuite plongés dans l’eau froide pour accélérer la production
C’est sous cette forme traditionnelle de culture que les amateurs préfèrent le shiitaké. En effet, du fait de la forte demande en Asie, on produit malheureusement de plus en plus le shiitaké à partir de bûches artificielles composées de paille de blé et de sciure de bois, de carbonate de calcium, de gypse et de sucre.
Mais les mycologues et les vrais amateurs de shiitaké ne jurent que par celui produit selon la méthode traditionnelle des billots de bois. Plus riche en nutriments, il est selon les spécialistes beaucoup plus savoureux et se conserve bien mieux.
Le shiitaké peut être vendu à l’état frais sur les marchés ou en tablettes séchées dans les épiceries asiatiques. Sa saveur délicate et originale en fait un ingrédient de choix des cuisines orientales.
Au Japon, les connaisseurs préfèrent le shiitaké sous sa forme séchée qui possède un goût et une saveur plus prononcée que le frais.
Il relève les soupes et consommés mais peut aussi être servi en salade après cuisson. Certains le grillent au four ou au barbecue, d’autres l’utilisent dans des tempura de légumes ou dans les célèbres fondues japonaises.
 
LES BENEFICES DE SANTE DU SHIITAKE

En plus de ses vertus gastronomiques, le shiitaké s’est révélé présenter d’étonnants bénéfices dans le domaine de la santé. C’est un véritable champion en matière  d’accroissement des défenses naturelles.
Par ailleurs, le grand révélateur du rôle des Omega3 dans la santé, le Dr David Servan-Schreiber a insisté sur l’effet positif anti-cancer de la « lentinane », un composé anti-tumoral présent dans le shiitaké.
De nombreuses études scientifiques ont porté sur les bénéfices de santé du shiitaké :

- Propriétés anti-oxydantes : du fait des ses composés phénoliques, le shiitaké permet de protéger les cellules du corps contre les redoutables radicaux libres.
Ce sont les radicaux libres qui sont impliqués dans l’apparition des maladies cardiovasculaires, dans le développement de certains cancers et des marques de vieillissement corporel.
- Propriétés anti-tumorales : du fait de la présence de lentinane dans le shiitaké, les études sont en cours sur l’action anti-cancer de cet extraordinaire champignon.

Actuellement, la lentinane est utilisée en thérapie adjuvante aux traitements classiques contre le cancer, surtout en Chine et au Japon.
Les mécanismes sont complexes et l’on recherche à l’heure actuelle le rôle précis du shiitaké dans le renforcement du système immunitaire et la prévention de la formation des cellules cancéreuses.

- Propriétés anti-microbiennes : de manière générale, les champignons contiennent des composés anti-bactériens et anti-fongiques. C’est le cas du shiitaké qui contient des substances comme la lenthionine et l’acide oxalique dont les effets anti-bactériens ont été prouvés in vitro. Le shiitaké permet ainsi de renforcer les défenses naturelles de notre corps.
 
D’AUTRES PRINCIPES ACTIFS DE SANTE DANS LE SHIITAKE

Le shiitaké contient aussi du cuivre nécessaire à la formation de l’hémoglobine et du collagène. C’est important quand on sait que l’insuffisance de production du collagène se traduit par un effondrement sous-cutané, responsable de l’apparition des rides profondes.

Le shiitaké est riche aussi en sélénium. Le sélénium est un métal rare dont la présence est nécessaire en co-action dans la lutte contre les radicaux libres et dans la conversion des hormones thyroïdiennes en leur forme active.

D’autres métaux rares sont présents dans le shiitaké comme le zinc qui participe aux réactions immunitaires et à la fabrication du matériel génétique, ou comme le phosphore, essentiel dans la croissance et le maintien du capital osseux.

On trouve aussi dans le shiitaké l’indispensable magnésium nécessaire à la transmission de l’influx nerveux, comme le potassium indispensable pour une bonne digestion et pour les contractions musculaires, y compris celles du cœur et comme le manganèse intervenant des processus métaboliques.
Au niveau des vitamines, on trouve principalement dans le shiitaké de la vitamine B5, (acide pantothénique), coenzyme clef pour utiliser de façon optimale l’énergie de nos aliments, de la vitamine D rendant disponibles le calcium et le phosphore dans le sang et permettant la croissance de la masse osseuse.

C’est pourquoi le shiitaké est recommandé aux végétariens pour éviter les carences de vitamine D dont ils manquent en consommant peu ou pas de poisson ou de produits laitiers.
Le shiitaké est également une source de  vitamine B2, ou riboflavine, jouant un rôle capital dans notre métabolisme, dans la réparation des tissus, dans la production des hormones et la formation des globules rouges et de vitamine  B3 participant à formation de l’ADN.
Il faut aussi noter la présence dans le shiitaké de vitamine B6 qui participe au métabolisme des protéines et des neuro-transmetteurs et enfin de la vitamine B9 indispensable à la production de nouvelles cellules et dont la carence se traduit par un vieillissement corporel accéléré.

Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte