Je vous le donne en mille ! Mon fils de 6 ans, cet été, sur la plage : « Maman, c’est vrai que la planète se réchauffe ? ». God damn it ! Mais qui a bien pu croquer le morceau ? (voir post antérieur) 

Moment de panique : que voulez-vous que je lui dise ?

« Oui, c’est vrai, mon chéri, la banquise fond, bientôt il n’y aura plus d’ours polaires ni de pingouins. Le niveau des mers va monter et les rivages vont être submergées. Il va y avoir des phénomènes météo extrêmes et imprévisibles. La sécheresse va gagner du terrain et les populations, mourant de faim, vont se déplacer vers d’autres régions plus « riches » mais déjà  surpeuplées. Certains pensent même que cela provoquera des guerres. »

« Et tu sais, mon petit amour, pourquoi c’est comme ça ? Parce que notre génération et les deux ou trois précédentes, se sont gobergées jusqu’à l’écoeurement : plastique jetable à tout va, voiture pour aller chercher le pain, framboises en hiver, appartements surchauffés l’hiver et glaciaux l’été… J’en passe et des meilleures. Nous avons cru pouvoir nous affranchir des contraintes de la nature. C’était super : quelle euphorie ! On en a bien profité. »

« Mais voilà maintenant ce que je te propose comme avenir, puisqu’il faut bien que quelqu’un paie : tu tries tes déchets, tu ne voyages pas et tu pries le ciel pour qu’il ne te tombe pas sur la tête… » 

Inutile de dire que je ne lui ai pas dit cela, même si ce discours est passé en un éclair dans ma tête. J’ai commencé par remercier mentalement cette chère Elizabeth, l’animatrice du centre de loisirs qui a cru bon de les éduquer ! J’ai éludé élégamment en lui donnant les explications les plus réalistes mais aussi les plus optimistes possible.

Finalement, je préfère encore lui expliquer comment la petite graine du papa rencontre la petite graine de la maman…

Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte