Bizarre comme on peut être influençable… Au plus profond, je considère que la vie est ailleurs que dans la consommation. Elle est dans la beauté, dans l’aventure, dans la sensation et dans l’émotion, et non dans la possession éphémère d’objets.

Pourquoi donc alors, me sens-je coupable, voire honteuse, après une discussion avec une copine ultra-lookée et consommatrice de tendances ? Je me vois soudain avec ses yeux, avec mes vêtements de la tendance dernière, voire avant-avant-dernière, sans marque « hype », sans le « it bag » au bras.

Ne vous méprenez pas, je ne sors pas en robe de bure non plus. J’ai quand même un certain sens de la mode et de l’élégance. Certaines trouvent même que j’ai un style (et ils ne sortent pas tous de PloucLandCity). Mais je fais dans le basique détourné, dans l’astuce recyclée, dans l’intemporel, etc.

Et voilà ! Vous voyez ? Je suis déjà en train de me justifier…

Pourtant, je ne rêve pas, il faudra bien que nous arrêtions de consommer à tout va, du plus neuf, du plus mode, du plus jetable, du plus plus…

D’ailleurs, à ce sujet, je viens d’entendre une interview intéressante de Geneviève Férone, auteur de « 2030: le Krach écologique » chez Grasset. Si l’une d’entre vous l’a lu…

Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte