Naturisme

Eté et nudité : osons le lâcher-prise

Publié le 24 juillet 2014 - Mis à jour le 8 août 2017
Christine Marsan est psychothérapeute et coach, écrivain et conférencière au service de l'humain, de la coopération et de la mutation de la société
Osez le lâcher-prise !
Osez le lâcher-prise !
© Fotolia

C’est l’été, la chaleur accompagne la lumière et les frôlements des tissus légers sur la peau annoncent les dénuements. Au-delà des crèmes solaires et des protections cutanées que pourrions-nous comprendre symboliquement de ce moment ?

Tandis que la nature fertile est en pleine effervescence, fleurs et fruits rivalisent dans les champs et les arbres de couleurs mirifiques et de parfums délicieux, voilà que nous autres, êtres humains choisissons cette période de pointe pour les travaux des champs pour nous reposer de nos travaux des villes. 

Devenus citadins, nous inversons les rythmes naturels et nous hibernons en été et devenons fébriles d’activité durant les frimas, cherchant alors toutes sortes de substance pour nous booster car lorsque notre corps nous inviterait au repli nous le mobilisons à la suractivité.

Rythme naturel et communion avec la nature 

Cet été pourrait alors être l’occasion d’une nouvelle communion avec la nature, la prise de conscience de nos rythmes naturels, féminins, humains. Nous pouvons apprécier comment nous vivons l’harmonie avec la nature et /ou avec nous-même et notre entourage. 

Savons-nous suivre les cycles, ceux que nos lunaisons nous invitent à expérimenter, cycles de création de la vie, renaissance régulière de possibles lovée dans nos menstruations ? Savons-nous écouter les chants des saisons et des jours, claironnant différemment selon les périodes de l’année ? 

Qu’est-ce nous évoque l’été ? Et si nous dépassions le fil de nos étés comme autant de souvenirs et déroulions notre histoire à l’aune des moments marquants de notre histoire ? Quel serait alors l’apprentissage ? Les leçons à tirer de ces moments singuliers ? Est-ce qu’ils pourraient nourrir le présent d’éclairages inattendus ?

Le rapport au corps 

Ensuite, le naturisme nous invite à nous mettre à nu. Qu’est-ce que cela veut dire se mettre à nu ? Que se passe-t-il si je montre mon corps à autrui ? Quel est mon regard sur mon corps ? C’est l’occasion de goûter mon image de moi, d’apprécier la manière dont j’entretiens mon corps et d’apprécier pourquoi et comment je prends soin de moi ? Y aurait-il un déséquilibre entre recevoir et donner ? Est-ce que je me donne trop à autrui au détriment de moi-même et de l’attention que je peux me porter car prise par trop d’occupations je n’ai plus de temps pour moi ? 

Ou encore, je me néglige toute l’année, privilégiant d’autres priorités et voilà que lorsque la couche de vêtements s’allège la réalité de mes rondeurs excessives ne peut plus se dissimuler. Qu’est-ce que ce moment particulier vient m’apprendre ? Lorsqu’il n’y a plus rien pour dissimuler mes formes, lorsque je suis face à moi même, mes contours, ma peau, ma physionomie, qu’est-ce que j’expérimente ?

Se dévoiler dans les relations 

Et une fois l’examen attentif de mon rapport au corps, voilà que se dénuder vient aussi m’interroger sur ma capacité à me dévoiler dans la relation. Suis-je honnête avec moi-même, ou est-ce que je préfère laisser de coté des aspects de moi non résolus ? Est-ce que j’ose me montrer telle que je suis ? Est-ce que je déploie ma confiance en moi pour manifester ma véritable nature ? 

Et dans la relation à autrui, est-ce que je dissimule qui je suis par peur, par appréhension du jugement, crainte de ne pas être aimée et appréciée telle que je suis ? Est-ce que j’ose arpenter le chemin incertain de la relation humaine, m’aventurer dans les sentiers multicolores des rencontres imprévisibles ? 

Et finalement, est-ce que j’ose faire le pari du vivant, me laisser traverser par la vie, par les bruissements du vivant, les moments imprévisibles et découvrir, émerveillée, la fécondité, la générosité de la vie et accueillir ses fruits inattendus et toujours si justes et si pertinents qu’ils soient inconfortables, douloureux ou réjouissants ? Suis-je prête au lâcher-prise, à l’abandon avec la vie ? 

Saisissons cet été, dénudons-nous de nos surplus inutiles et faisons le pari réjouissant de la surprise, ouvrons-nous cœur aux merveilles et sourions à la vie. 

ParKours de Form'Acteurs, pour faire évoluer la société

Pour développer votre leadership d'agilité, piloter des situations complexes et imprévisibles, trouver de nouveaux modèles économiques, Christine Marsan propose des stages  qui se déroulent à l'Ecole de la nature et des savoirs, dans la Drome, en plusieurs modules. Les prochains auront lieu du 22 au 24 septembre et du 5 au 7 novembre 2014

Tarif : 580 € par module (avec hébergement et repas)
Inscription : j.bac@wanadoo.fr ou 01 43 28 48 92

>>  Pour une expérience de lecture optimisée retrouvez cet article dans votre magazine IPad de juillet-août 2014

Articles du thème Bien-être au naturel
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte