Télé

Journée de la Femme 2017: "We want sex equality", le film à ne pas rater sur Arte

Publié le 24 février 2017 - Mis à jour le 7 mars 2017
A 20h55 sur Arte, un film militant pour bien finir la journée du 8 mars !
A 20h55 sur Arte, un film militant pour bien finir la journée du 8 mars !
© Arte

Ce 8 mars 2017, finissez de fêter la Journée internationale des Droits de la femme devant la télé : Arte diffuse le film We want sex equality, qui retrace le combat des ouvrières britanniques de l'usine Ford à Dagenham pour obtenir l'égalité salariale.

Girl power ! Voici un film comme on les aime : entraînant, convaincant et retraçant un combat qui en vaut la peine. Sorti sur les écrans français en 2011, le film de Nigel Cole, We want sex equality, nous entraîne dans le Royaume-Uni de la fin des années 1960. Laborieuse, la classe ouvrière ne se pose pas trop de questions. Sauf que... lorsque les femmes de l'usine Ford de Dagenham apprennent que leur emploi est requalifié dans une catégorie moindre et que leur salaire reste inférieur à celui des hommes dans la même catégorie, c'en est trop, elles décident de se faire entendre.

La bande-annonce en VOST de We want sex equality

Mais comme la direction (100 % masculine) n'est pas prête à écouter leurs revendications, que ce soit la reconnaissance de leur savoir-faire ou l'égalité salariale, les femmes de Dagenham décident de faire grève.

Sous la direction de Rita O’Grady, devenue malgré elle chef de file des grévistes, les femmes de l'usine cessent leur travail et ne tardent pas à bloquer toute la chaîne de production. Ce n'est pas parce qu'elles sont dans un atelier mal isolé (lorsqu'il pleut, elles ouvrent des parapluies...) que leur travail est inutile ! Au contraire, elles seules savent assembler sans aucune indication les pièces de cuir pour créer les revêtements des sièges automobiles. Or sans sièges, impossible d'achever la fabrication des voitures...

Aidées par Albert, un syndicaliste convaincu que les femmes ont des droits, Rita et ses coll ègues mènent le combat et s'accrochent farouchement à leur revendication. Car plus qu'une question de chiffres, c'est une question de justice. Face à elles, les patrons (tous des hommes) de l'usine, les chefs syndicalistes, les journalistes machos et même les maris de ces dames. Il faut du cran pour tenir, et les femmes de l'usine de Dagenham en ont.

Au-delà du récit de la grève, Nigel Cole dépeint la société paternaliste et sexiste de l'époque, à laquelle répondent des femmes qui désirent s'émanciper et revendiquent leur valeur en tant que citoyennes de plein droit. Inspiré de faits réels, We want sex equality est un film qui invite à réfléchir, tout en préférant l'humour à la morale. Les hommes n'ont pas fini d'être surpris de découvrir que les femmes sont prêtes à leur tenir tête !

We want sex equality, de Nigel Cole (109 min), sur Arte le 8 mars à 20h55.
Disponible en replay sur Arte+7.

Et aujourd'hui, qu'en est-il en France ?
Dès 1946, la Constitution reconnaît le principe d'égalité professionnelle. La loi du 22 décembre 1972 pose le principe de l’égalité de rémunération "pour un même travail ou un travail de valeur égale". En 1983, la loi Roudy réaffirme le principe de l’égalité dans tout le champ professionnel (recrutement, rémunération, promotion ou formation). Depuis décembre 2012, un décret autorise la mise en œuvre de sanctions contre les entreprises qui ne respectent pas l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.

Articles du même dossier
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte