Enfant

Dessins d'enfants : un support pour de multiples messages

Publié le 8 septembre 2016
Plusieurs médecines alternatives m'ont été très bénéfiques par le passé afin de m'épanouir et de transcender certaines problématiques. Il est devenu vital de pouvoir à mon tour apporter mon soutien à autrui et veiller à son mieux être. La voie de thérapeute s'est alors présentée comme une évidence et je me suis donc formée en chromathérapie, massage ayurvédique et feng shui.
Un dessin d'enfant, une forme d'expression
Un dessin d'enfant, une forme d'expression
© Pixabay

Le dessin n'est pas une activité artistique anodine, mais un mode d'expression à part entière. Par les formes, les représentations et les couleurs employées, il recèle d'informations et de messages.

Pour avoir eu la chance d'intervenir auprès d'enfants dans un cadre scolaire (maternelle, primaire) ou extérieur, j'ai pu constater que foule d'informations intéressantes ressortaient. Ces éléments nous éclairent sur le ressenti de l'enfant et les liens qu'il entretient avec son entourage proche.

Les personnages
Quand vous demandez à un enfant de dessiner sa famille, il est déjà intéressant de voir combien de « figures » vont faire partie du tableau. 

Généralement, c'est uniquement le noyau familial proche qui apparaît. Toutefois, il arrive que le schéma classique soit quelque peu reconsidéré en fonction de divers paramètres : un grand parent qui vit au foyer, une famille recomposée... Ainsi, parfois, il manque par exemple un parent (souvent absent), ou bien il y a un individu en plus (car considéré par l'enfant comme un membre de sa famille).

Regarder qui est présent est déjà un indicateur.

Le positionnement
Ensuite, il est important d'observer tout simplement : la distance entre les personnages, leurs tailles les uns par rapport aux autres, le soin apporté aux détails pour certains... C'est souvent très révélateur de la relation que l'enfant entretient avec les personnes de sa cellule familiale proche : père, mère, fratrie.

Il sera alors possible de voir qui est proche de qui, qui prend éventuellement le dessus au foyer, s'il y a des clivages...

Le choix des couleurs
Comme je l'ai mentionné dans un précédent article, les enfants sont « médiums » et donc guidés par leurs intuitions jusqu'à l'âge de 7/8 ans environ. N'étant pas encore formatés par la société comme nous pouvons l'être en tant qu'adulte, ils vont avoir une expression beaucoup plus spontanée.

En matière de dessin, même s'ils accordent parfois du crédit à l'esthétique, ils ne mettent généralement que quelques secondes à peine pour s'armer des couleurs voulues. Tout est fluide et rapide dans les changements de ton. C'est là que c'est intéressant car plus l'enfant vieillir et plus il réfléchit, plus il mentalise, du coup le message est moins concis.

Le décodage des couleurs
C'est une étape que j'ai pu partager avec les enfants, comme si pour chacun d'eux, je racontais une histoire à partir de leur dessin. Bien souvent, c'est un moment qu'ils apprécient car ils découvrent que leurs œuvres d'art sont plus que de simples traits, des couleurs et des formes. Quand le décodage des couleurs se fait et que les messages sont justes, l'enfant se sent entendu et compris sans rien avoir formulé verbalement. C'est une reconnaissance de qui il est et de ses éventuelles souffrances.

Par exemple, en voyant un couple parental dessiné avec des vêtements et accessoires de couleurs, voici ce qui peut en ressortir :
« Ah tu aimes bien faire des jeux ou rire avec papa, vous partagez beaucoup de choses non ?
- oui
- et maman, elle paraît souvent seule, très indépendante ?
- oui, elle est souvent absente à cause de son travail ou occupée c'est pour ça que je fais plein de choses avec papa ».
C'est un exemple basique mais il peut sortir des informations plus lourdes comme un parent en dépression ou en deuil, un frère tyrannique, un complexe d'infériorité à cause de propos tenus au foyer...

Je me rappelle d'un petit garçon qui, en dessinant son papa avait choisi 3 couleurs pas très gaies : l'une indiquant une forme de solitude et de mise en retrait, l'autre des peurs et un manque de visibilité pour l'avenir et, la dernière une forme d'auto-destruction ou de violence liée à une possible addiction. En parlant avec la maman, elle m'a confiée que même si l'enfant n'avait jamais assisté à ces épisodes pour qu'il soit préservé, son père avait sombré dans l'alcoolisme. Ainsi, il avait capté une détresse chez son père alors que rien ne le laissait transparaître et il lui avait associé spontanément les couleurs correspondantes.

C'est souvent bluffant de voir tout ce qui peut émaner d'un dessin d'enfant, y compris pour le créateur lui-même. Un jour, un enfant m'a répondu « et tu sais tout ça parce que maman a des mains violettes, une robe verte, et des chaussures bleues ? Wouah ! »

Le dessin peut s'avérer être un précieux outil pour aider les enfants, notamment ceux qui n'expriment pas facilement leurs sentiments ou parlent peu.

Prenez le temps d'observer les dessins de vos bambins, ils sont riches d'informations parfois très utiles pour mieux les aider et les comprendre.

Vanessa BAUDIN est chromathérapeuthe. 
Mobile : 06 19 13 03 27
Mail : vanessa.baudin@hotmail.fr
Site : www.vanessabaudin.fr 

Articles du dossier Éduquer autrement
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte