Sport

Running : 3 conseils pour courir en hiver

Publié le 2 janvier 2016 - Mis à jour le 8 février 2016
Virginie Ollivier est naturopathe en ligne et à Grenoble, elle travaille essentiellement sur l'hygiène nutritionnelle et tient un blog avec de nombreuses recettes pour aider ceux qui voudraient changer leurs habitudes alimentaires.
Courir en hiver, c'est tout à fait possible !
Courir en hiver, c'est tout à fait possible !
© Fotolia

L'hiver ne doit pas être (que) synonyme de cocooning : faire du sport, même quand il fait froid, c'est important pour la santé et le mental. Alors, si vous avez envie de courir en hiver, n'hésitez pas, en suivant toutefois nos conseils pour que votre séance de running soit agréable.

Si la neige n'est pas encore là, vous devez quand même avoir remarqué une légère baisse des températures. Et malheureusement, entre les fortes chaleurs et les températures trop basses, on a vite fait d'abandonner la course à pied. Mauvaise idée, quand on sait qu'après trois semaines d'arrêt l'endurance et la puissance musculaire se perdent à vitesse grand V...
Donc si vous êtes en bonne santé (N.B. le froid peut engendrer des douleurs à la poitrine et favoriser les crises d'asthme), vous avez tout intérêt à planifier de nouvelles séances, même par temps froid ! 
Attention toutefois, ne partez pas bille en tête, courir en hiver nécessite quelques précautions. Suivez nos conseils !
HYDRATATION, ÉCHAUFFEMENT, ÉTIREMENTS : NE NÉGLIGEZ RIEN
Au même titre que la canicule et malgré ce qu'on pourrait croire, le froid peut vite engendrer une déshydratation. Qui peut d'ailleurs s'accentuer sous l'effet des variations de températures, lors d'une alternance marche-course, par exemple. Alors même si l'on ne ressent pas de sensation de soif, on pense à bien s'hydrater avant, pendant et après l'effort !
L'échauffement sera quant à lui plus important. Courir avec des muscles raides et froids, par temps froid qui plus est, peut vite engendrer une blessure. On veillera donc à effectuer un échauffement progressif durant une bonne vingtaine de minutes.
De retour au chaud, n'oubliez pas non plus les étirements, indispensables à une bonne récupération musculaire.
PORTEZ DES VÊTEMENTS ADAPTES
Pas question de sortir vêtu d'un unique haut en coton qui absorberait la transpiration et vous refroidirait quasi-immédiatement ! On superpose plusieurs couches, idéalement un t-shirt technique, un haut manches longues technique et une veste GORE-TEX, coupe-vent, imperméable et respirante.
On peut ajouter une polaire sous la veste s'il fait vraiment très froid mais il faut être conscient que le corps va se réchauffer durant l'effort. Une astuce : habillez-vous comme s'il faisait 20 degrés de plus.
Et bien sûr, on n'oublie pas les extrémités en portant un bonnet (40 % de la chaleur se perd par la tête !), de bonnes chaussettes pas trop serrées et des gants !
ALLEZ-Y PROGRESSIVEMENT 
Et ce d'autant plus si vous débutez ou que vous n'êtes pas habitué à courir en hiver. Si vous en êtes encore à l'alternance marche-course, privilégiez la récupération active pour éviter de vous déshydrater, de vous refroidir et de vous blesser. On remplace autant que possible la marche lente par de la marche rapide ou de la course très lente.
Si l'échauffement doit être progressif, la séance également ! On ne part pas à 100 % de sa VMA (vitesse maximale aérobie) directement après l'échauffement, on garde ses forces pour la fin lorsque la température du corps sera plus élevée.
Et si courir en hiver n'est définitivement pas fait pour vous, il vous reste toujours l'option tapis de course ! 
Virginie Ollier est hygiéniste naturopathe à Grenoble. Retrouvez-la sur son blog et sur Twitter.
Articles du thème Faire du sport
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte