Vacances écolo

Vacances en famille : et si on partait à vélo ?

Publié le 29 juillet 2016 - Mis à jour le 3 juillet 2017
Partir à vélo, c'est retrouver la liberté
Partir à vélo, c'est retrouver la liberté
© Pixabay

Retrouver l'esprit du voyage, découvrir une région en prenant le temps, rencontrer les gens le long du chemin, profiter de sa famille… les vacances à vélo sont une promesse de vacances slow et remplies de bons moments. Rencontre avec Nina Astruc, qui a choisi ces vacances depuis quelques années déjà.

Pourquoi privilégier les vacances à vélos ?
Avec mon mari, nous aimons faire du sport pendant nos vacances. Choisir les vacances à vélo, c'est aussi une volonté écologique, essayer de partir sans laisser de traces. Pour nous c'était important, et rapidement après avoir commencé, nous avons réalisé que nous aimions surtout la liberté que le vélo procure. On a le sentiment de revenir à l'essentiel. On enlève tout le superflu et on revient à des choses très simples, on garde l'oeil ouvert aux petites choses du quotidien et surtout le cœur ouvert aux rencontres que l'on peut faire.

Justement, quelle place ont les rencontres dans vos voyages ?
Les rencontres sont toujours incroyables. Lorsque nous avons commencé à voyager à vélo, nos enfants étaient vraiment petits. Pour vous dire, on transportait les couches dans la carriole ! Les gens sont très curieux de rencontrer une famille à vélo et s'adressent très facilement aux enfants pour les féliciter de participer à une telle aventure. Et nos enfants sont bavards en retour ! On retrouve le vrai esprit du voyage. Les gens sont prêts à nos offrir le gîte et le couvert, alors qu'on est juste partis à vélo ! Se détacher des choses matérielles, ça rapproche énormément. En plus, n'étant pas séparés par l'habitacle de la voiture, l'échange est plus facile.

Quels souvenirs gardez-vous de ces voyages ?
Je discutais du sujet avec mon mari et il a très bien résumé la chose : partir à vélo, c'est la redécouverte de l'ordinaire extraordinaire. C'est le petit croissant que l'on prend chez le boulanger après une longue montée : il a un autre goût car il arrive après un effort. Ce sont les réveils matinaux et les levers de soleil vécus sur les routes, notamment en Corse car on se levait tôt pour éviter la chaleur. J'ai toujours été heureuse de voir mes enfants s'émerveiller tout au long de la route et après, de se souvenir de toutes ces petites choses.

Comment vos enfants vivent ces vacances à vélo ?
Je pense qu'ils ressentent que leurs parents sont totalement disponibles pour eux. On est là, on vit ensemble, on monte la tente le soir, on prépare le repas… On joue aux aventuriers en famille ! Comme on voyage léger, ça nous est arrivé de lire, quand c'était adapté bien sûr, nos livres aux enfants pour les endormir. Ils trouvaient cela merveilleux ! Quand ils sentent leurs parents heureux et disponibles, les enfants vivent de super vacances.

Les vacances à vélo, c'est pour tout le monde ?
Les parents doivent avoir beaucoup d'énergie car il faut pédaler en journée, et quand on arrive, il faut monter la tente, préparer le repas, tout en restant patient… L'an dernier par exemple, nous ne sommes pas partis car mon mari et moi étions trop fatigués pour nous lancer dans de telles vacances. Mais cette année nous y retournons, avec une nouveauté : notre ainé aura son propre vélo, et sa sœur sera en vélo suiveur. L'âge des enfants joue aussi pour organiser ce type de vacances.

Du côté de la logistique, que conseillez-vous ?
Bien entendu, il faut des bons vélos et du matériel adapté. Il faut aussi une certaine préparation en amont, car il n'y a rien de pire que d'arriver dans un camping et s'entendre dire qu'il est complet et que le prochain est à 5 km ! C'est une mauvaise surprise qui peut gâcher la journée : vous êtes fatigué, les petits en ont marre… et puis, vous avez envie de savoir que vous allez arriver dans un endroit sympa !

D'où partez-vous ?
Il nous est arrivé de partir de chez nous, dans ce cas, c'est génial, le voyage commence dès que l'on a passé la porte. De chez nous, nous sommes descendus dans les gorges du Verdon, en Camargue… Ce qui est formidable alors, c'est que l'on ressent vraiment l'esprit du voyage : progressivement, on arrive dans le Sud, on sent le changement tant dans les odeurs que dans les paysages. Le voyage se vit de l'intérieur, par tous les petits signes qui montrent que l'on avance vers le Sud. Sinon, on est aussi partis en train avec tout notre équipement. Mais nous sommes vite limités car il n'y a que deux places pour les vélos dans les TGV ! C'est une aberration. Du coup, cette année, nous allons devoir faire un bout de route en voiture avant de prendre les vélos.

Quels conseils donneriez-vous aux lectrices qui voudraient tenter l'aventure ?
Il faut savoir s'adapter aux conditions, on ne peut pas faire les mêmes trajets avec des enfants en carriole ou ayant leur propre vélo. N'oubliez pas de vous organiser avant de partir pour connaître les étapes et surtout, n'emportez pas trop de choses ! Au fur et à mesure des années, nous avons appris à réduire nos bagages. Prévoyez des petites distances pour avoir le temps de vivre des rencontres et autres imprévus en chemin mais aussi de profiter pleinement de la récompense arrivée à destination, qu'il s'agisse d'une baignade, d'un goûter ou simplement d'apprécier la soirée calmement. Le choix de l'itinéraire dépend beaucoup de la motivation et de la condition physique de chacun. C'est important d'être honnête sur le sujet avant de partir.

Vos destinations préférées ? 
La Drôme provençale, c'est merveilleux. Mais par contre, ça monte beaucoup ! La côte Atlantique est une super destination, on peut pédaler le matin et se baigner l'après-midi. Nous n'avons pas encore fait le Canal du Midi, mais je pense que nous irons un jour. Et sinon, la Loire à Vélo, qui peut mêler le côté sportif et un intérêt pédagogique, me paraît être une très belle destination. 

Un projet ou des projets ? 
Un scoop surtout ! Lionel et moi avons monté une marque de jouets Eco design appelé "encore !" Et comme nous aimons tellement ce style de vacances, a la rentrée nous lançons pour nos petits lapins en coton bio le premier cargo bike / triporteur en bois...made in France. 

La famille Astruc en vacances à vélo - DR

Articles du thème Tourisme vert
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte