Slow life

Connaissez-vous "la Vacance", ce voyage où il ne faut absolument rien faire ?

Publié le 16 avril 2020 - Mis à jour le 20 avril 2020
Corine Moriou, Grand Reporter, professeure de yoga et sylvothérapeute. Adepte de la pleine conscience et du green yoga, elle est conceptrice du Sylvo Yoga. Elle propose des retraites en forêt, notamment fin juillet en Ardèche, au Domaine du Taillé. Pour toutes informations : corinemoriou@gmail.com
La Vacance, c’est l’état de vide, de vacuité. Une expérience à tester en cette période de confinement qui nous empêche de partir loin de chez nous.
La Vacance, c’est l’état de vide, de vacuité. Une expérience à tester en cette période de confinement qui nous empêche de partir loin de chez nous.
© Mima Kitic

Confinement oblige, il nous est impossible de partir pour les vacances de Pâques. Ne serait-ce pas alors l'occasion de découvrir "La Vacance" ? Ne rien faire est un autre voyage, riche en découvertes sur soi-même.

Avez-vous remarqué qu’un soleil éclatant nous nargue depuis notre assignation à résidence ? Le printemps n’a jamais été aussi enchanteur. Il faut nous contenter d’un rayon de soleil qui glisse sur le parquet, remonte tranquillement vers le canapé pour s’échapper vers 18 heures. Car ces vacances nous obligent à l’immobilisme, à élire notre habitation principale comme lieu de villégiature.

Apéros Skype & Co

Cette période de confinement brouille les pistes, renforce les inégalités. Vacances ? Pas vacances ? Il faut travailler à l’extérieur, ou en télétravail, lorsqu’on a encore un job. Les enfants sont agités, il faut les occuper. Ceux qui ont du temps libre - les solos, les couples sans enfants, les chômeurs, les retraités… - culpabilisent. Alors ils lisent (ou relisent) Proust, se lancent dans l’apprentissage de l’italien en trois semaines, font eux-mêmes leur pain au sarrasin, tentent d’écrire un roman sur leur enfermement, le tout entrecoupé par des séries de gainage suivies sur YouTube. Tout ça pour exister. Raconter quelque chose pendant des apéros Skype, envoyer des vidéos sur WhatsApp à une kyrielle de gens.

Contempler la beauté du ciel

S’il était encore vivant, le belge Gérard Blitz (1912-1990), promoteur du yoga en Europe, nous offrirait une parole de sagesse : « Ce ne sont pas les vacances qui comptent, c’est La Vacance de l’esprit, l’état de liberté intérieure. » Il préférait pêcher le poisson, contempler la beauté du ciel, méditer plutôt que voyager de pays en pays. Cette grande figure de la vie spirituelle créa le Congrès Européen de Yoga à Zinal (Suisse), en 1973. Bien avant l’engouement que l’on connaît aujourd’hui pour la pratique du yoga. Bruno Solt écrivit un livre d’entretiens avec Gérard Blitz intitulé La Vacance, paru chez Dervy, en 1990.

Comment s’y prendre pour se mettre en Vacance ?

Alors me direz-vous faut-il enlever un "s" à vacances pour se consoler de l’absence de vacances ? Comme par un tour de magie ? Non bien-sûr. Ce serait trop simple. Mais il y a une piste à explorer du côté de La Vacance, ce voyage différent de tous ceux déjà vécus. La Vacance, c’est l’état de vide, de vacuité.
Qu’est-ce que je fais si je ne fais rien ? N’y-a-t-il pas un tour-opérateur auquel je puisse m’adresser pour partir en Vacance ? Il ne s’agit pas là de surfer sur les pratiques venues du nord : le Niksen adopté aux Pays-Bas, le Hygge pratiqué par les Danois ou le Lagom, le bonheur à la suédoise. Chercher à apprendre une nouvelle technique n’est pas la bonne attitude.

>> A lire sur FemininBio Ennui et confinement : oser ne rien faire

On ose ne rien faire. Pas même du yoga ou de la méditation. Simplement s’asseoir, s’allonger, se poser, s’apaiser. Faire une pause, de 15 minutes, une heure, plus. Tranquille. Laisser aller les bras, les jambes … et la tête aussi. Buller, rêver, s’étirer, bâiller, c’est bon pour le cerveau. C’est compliqué ? Le chat, grand maître du farniente, a tout compris. Copions le chat ! Je ne fais rien donc je suis. Ne rien faire est l’une des nourritures essentielles de la bio life.

Un voyage de l’extérieur à l’intérieur de soi

Chercher à ne rien faire serait-il réservé aux mystiques, aux chercheurs de spiritualité, aux paresseux ? « Tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos, dans une chambre », écrivait Blaise Pascal. Selon le philosophe, le divertissement détourne l’homme des problèmes essentiels qui devraient le préoccuper. Il satisfait sans cesse des désirs pour mieux s’oublier.

Ne rien faire est donc une activité éminemment sérieuse. Il s’agit en quelque sorte de faire un voyage de l’extérieur à l’intérieur de soi. « Dans cette période de confinement, on peut se retrouver face à des parties de soi-même que l’on a toujours cherché à fuir. Si nous réussissons à les accueillir, à y mettre du sens et à les transformer, cela peut être une libération », souligne la psychothérapeute et conseillère conjugale Romana Giachino.

L’après-coronavirus sera une période de décryptage fort intéressante. On nous livrera la courbe des décès, des suicides, des divorces, mais aussi des testaments, des mariages, des naissances. Cette grande crise sanitaire mondiale se double d’une crise existentielle individuelle et collective dont on n’a pas fini d’entendre parler. Puissions-nous en sortir vivant et en tirer le meilleur de nous-même.

Notre experte

Corine Moriou, Grand Reporter, professeure de yoga et sylvothérapeute. Adepte de la pleine conscience et du green yoga, elle est conceptrice du Sylvo Yoga. Elle propose des retraites en forêt, notamment fin juillet en Ardèche, au Domaine du Taillé.
Pour toutes informations : corinemoriou@gmail.com

 

Abonnez-vous à FemininBio en version papier / pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio !

Articles du dossier DOSSIER COMPLET : Coronavirus et confinement
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte