La femme est (aussi) l’avenir de l’entreprise

Publié le 21 mai 2010 - Mis à jour le 15 novembre 2012

La femme est l’avenir de l’homme, écrivait en son temps, visionnaire, le poète Louis Aragon. Aujourd’hui, on pourrait ajouter et de l’entreprise. Explications.

La femme est (aussi) l’avenir de l’entreprise

La plupart des entreprises, dignes de ce nom, sont engagées aujourd’hui dans des politiques visant à tendre vers l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes tout en poussant ces dernières à aspirer plus nombreuses à des postes de haute responsabilité. Si, dans un premier temps, c’était d’abord parce que la pression morale, politique, législative et réglementaire les y avait poussés, maintenant, c’est de plus en plus parce que leurs directions ont compris que c’était là une source supplémentaire de meilleure efficacité économique et financière pour leurs entreprises. Pourquoi donc ?

En France, comme dans de nombreux autres pays, la femme qui travaille a un deuxième job à la maison. Certes, les hommes sont « de plus en plus nombreux à descendre les poubelles ». Mais, grosso modo, les femmes, hormis quelques louables exceptions, supportent encore l’essentiel des tâches ménagères et d’éducation de leurs enfants. Du coup, elles sont obligées d’avoir une autre façon que les hommes de gérer leur temps dans le cadre de leur activité professionnelle. Ce qui se traduit de leur part par des attitudes spécifiques. Elles recherchent ainsi plus rapidement le consensus, l’obtention de celui-ci étant d’ailleurs, dans les grandes structures, la condition sine qua non pour avancer efficacement un dossier. Elles sont aussi, de fait, plus pragmatiques dans la prise de décision. Et, c’est bien de la confrontation des cultures et des façons de faire que naissent, au final, les meilleures solutions.

Pas seulement un enjeu de société
Mieux, certaines études sont venues légitimer cet impact positif de la présence accrue des femmes dans les postes de responsabilité au sein de l’entreprise. Ainsi, de celle menée en 2009 par la société de consulting McKinsey&Company, « Women Matter 2 » ou « le leadership au féminin, un atout pour la performance de demain ». Cette étude  montre que sur les 9 comportements de leadership (*) qui renforcent la performance organisationnelle des entreprises et sont encore trop peu pratiqués au regard de l’évolution de l’économie mondiale, les femmes en pratiquent cinq plus souvent que les hommes et deux, pareil, les hommes ne prenant l’avantage que sur deux comportements seulement.

Que la présence accrue dans les entreprises des femmes dans les postes à responsabilité améliore au final leur performance économique et financière, ça commence à se savoir. En témoignent ces banques qui commercialisent déjà des produits financiers adossés à des valeurs qui correspondent à ce type d’entreprises.
Morale de l’histoire : la mixité n’est pas seulement un enjeu de société mais aussi un véritable atout pour la compétitivité des entreprises confrontées aux nouveaux défis de la mondialisation. Qu’on se le dise ! Mais aussi, que l’on agisse concrètement.

(*) Femmes : développement des autres, attentes et reconnaissance, exemplarité, inspiration, prise de décision participative ; femmes = hommes : stimulation intellectuelle, communication efficaces ; hommes : prise de décision individuelle, et contrôle des actions correctrices.

Patrick Widloecher est actuellement conseiller du Président du groupe La Poste sur les aspects Développement Responsable et Déontologie. Retrouvez son dernier livre, Le guide du développement durable aux Editions Eyrolles et Comment se déplacer sans polluer chez Spécifique Editions.

Patrick Widloecher
Articles du thème Interview engagée
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte