Bienveillance

Communiquer en pleine conscience

Publié le 23 novembre 2015
Psycho-sociologue et formateur, Christian Miquel enseigne le programme de Pleine Conscience MBSR aux particuliers et en entreprise après avoir reçu la formation du CFM fondé par Kabat-Zinn. Il pratique également le zen depuis plus de 20 ans.
L'amitié se construit sur l'écoute
L'amitié se construit sur l'écoute
© Pixabay

Prendre le temps d'écouter l'autre, comprendre son propos avant de réagir : la communication en pleine conscience invite à prendre le temps de la conversation pour désamorcer les conflits avant qu'ils émergent.

La bienveillance, qui éclôt ainsi comme une fleur au sein de chacune de nos méditations, nous amène naturellement à cultiver un autre type de communication avec notre entourage, sans volonté de nuire, d’agresser, ou de se taire en se réfugiant dans un silence impuissant.
En apprenant à écouter l’autre sans l’interrompre ou le juger, avec son cœur et avec une profonde empathie, il est possible d’instaurer avec lui une nouvelle relation de confiance et d’échange, d’égal à égal.
Cela ne signifie pas que nous allons nous laisser envahir ou contaminer par nos émotions. Au contraire : la pleine conscience apprend à entrer en résonance bienveillante avec son prochain, en cherchant à le comprendre, sans se laisser emporter par le flot de ses émotions. C’est ce qu’on appelle une empathie contrôlée, en apprenant en même temps à se mettre en position « méta », légèrement à distance pour être capable d’analyser ce qui se passe, le non-verbal de son interlocuteur, pour mieux décoder ce qu’il ressent, vit et souhaite profondément. À mon tour, je peux alors lui communiquer mes propres ressentis, et tenter de reformuler ses propos pour voir si je l’ai bien compris, pour amorcer un dialogue.
C’est en général le début de ce qu’on appelle la communication non violente, encore une autre facette possible de la pleine conscience, qui en découle logiquement.
Comment interpréter ce vaste espace qui se déploie progressivement à partir, et à travers la méditation ? Tout se passe comme si le calme atteint grâce à la méditation permettait de résorber les états de conscience habituellement agités, dans un état fondamental originairement apaisé et bienveillant.
Ou encore, en utilisant l’analogie avec la physique quantique : tout se passe comme si la méditation permettait d’atteindre, sous les états d’excitation habituels de la conscience, un vide énergétique sous-jacent, un champ quantique fondamental qui se révèle être en même temps un cantique de joie ouvert au monde, au cosmos et aux autres, que viennent parfois troubler des micro-excitations à la source de nouvelles perturbations, sensations, pensées ou autres stimuli...
 
 
Cet article est extrait du livre Pratiquer la pleine conscience et la méditation en 7 étapes de Christian Miquel, paru aux éditions Jouvence.
Articles du thème Psychologie
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte