Adolescence

La crise d'adolescence chez les enfants surdoués

Publié le 18 septembre 2015
Florence Lalande est la fondatrice de l'Association pour Enfants Précoces. Elle a créé une pédagogie adapté à ces enfants au QI élevé pour les aider à trouver leur place à l’école et s’y épanouir.
le cap de l'adolescence peut être difficile à passer pour les enfants surdoués
le cap de l'adolescence peut être difficile à passer pour les enfants surdoués
© Pixabay

L'adolescence est une période où le futur jeune adulte quittant l'enfance, cherche de nouveaux repères. Un questionnement identitaire qui fragilise tous les jeunes et tout particulièrement les jeunes surdoués, plus sensibles.

L’adolescence est le passage de l’enfance à la vie d’adulte et c’est également le moment des transformations, qu’elles soient physiques ou psychiques. L’adolescence peut aussi être difficile à vivre pour certains parents qui ne reconnaissent plus leur enfant. À la recherche de son identité, le jeune s’affirme et s’oppose. Il teste ses limites et celles de son environnement et tente de les dévier ou de les dépasser. Il n’est pas facile pour les parents de prévenir un débordement qui peut conduire l’adolescent vers des dérives dangereuses : consommation d’alcool, de stupéfiants, actes répréhensibles ou violents…De plus, il est compliqué de savoir si le jeune "va mal", car il aura une tendance à taire ses maux et assurer que tout va bien à la moindre alerte. Les causes principales de ce mal-être peuvent naître:

d’un manque de communication, d’où l’incompréhension et les conflits permanents avec les parents ;
d’une pression scolaire trop forte ;
de problèmes sentimentaux.
Il faut voir dans le conflit que provoque l’adolescent une manière détournée de demander de l’aide sans en avoir l’air, et non pas une déconsidération de l’autorité parentale ou des instances éducatives. Mais attention, la crise de l’adolescence dans sa forme la plus provocatrice n’est pas une étape « obligatoire ». Certains jeunes éprouvent des changements internes qui transforment leur métabolisme sans pour autant s’insurger et s’opposer. Leur passage est silencieux. Ce n’est plus une crise, c’est un état, celui de l’adolescence. Une transformation physique, physiologique et psychique qui les fait grandir pour devenir des adultes responsables. On appelle aussi l’âge de la puberté cette période où le jeune s’apprête à quitter le cocon familial et à prendre son indépendance. C’est le moment où les amis deviennent les interlocuteurs privilégiés, et où les jeunes se construisent une identité sociale, qui va les transformer jusqu’à s’approprier leur propre subjectivité, leur manière d’être et de penser sans dépendre de l’autre.
L’adolescence chez le surdoué
Lorsque l’adolescent traverse cette fameuse crise, les origines de son mal-être et les signaux qui doivent alerter sont identiques, qu’il soit précoce ou non. Ce que l’on peut pourtant rajouter, c’est le « plus ». Ce superlatif n’est pas anodin. Quand l’enfant surdoué a mal, il a (soi-disant…) toujours plus mal qu’un autre. Lorsqu’il est content, il est plus content que les autres, etc. Avec lui, on est souvent dans la démesure, tant il est excessif. Quand devenu plus grand, il souffre dans son être, là encore, tout prend des proportions exagérées et les débordements sont à craindre.
Très souvent, les parents de surdoués s’interrogent sur une crise d’adolescence prématurée chez leur progéniture qui, déjà très jeune, s’oppose au travers de comportements qu’ils qualifient d’inacceptables. Leurs facultés intellectuelles et la vision qu’ils ont du monde les forcent à porter un jugement sur tout ce qui n’est pas conforme à la perception qu’ils s’en sont faite. Souvent intransigeants, ils n’hésitent pas à défendre leur point de vue, utilisant des arguments contre lesquels les parents auront beaucoup de difficulté à se faire entendre. Ces joutes verbales expriment une certaine fragilité. L’adolescent précoce souffre d’être incompris, et c’est ainsi qu’il se marginalise, ce qui peut induire divers troubles psychologiques qu’il convient de repérer rapidement pour ne pas le mener vers une dépression qui entraverait son adolescence.
 

Cet article est extrait du livre Réconcilier l'enfant surdoué avec l'école de Laurence Lalande paru aux éditions Eyrolles

 

Articles du dossier Éduquer autrement
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte