Film

La rédac' a vu : le court-métrage My life’s a cage

Publié le 11 septembre 2015
La cruauté envers les animaux à travers la justesse d'un court-métrage d'animations.
La cruauté envers les animaux à travers la justesse d'un court-métrage d'animations.

La rédac' a assisté à la projection de My life's a cage, un court-métrage belge en faveur de la cause animale. Un film choc qui ne nous a pas laissées indifférentes.

Il suffit d’une quinzaine de minutes. Quinze minutes durant lesquelles poésie et animations illustrent avec emphase la réalité des abattoirs et l’inhumaine cruauté trop rarement montrées au grand public. D’une grande intelligence, My life's a cage utilise métaphores et techniques de dessins d’animations moins pour rendre soutenable l’horreur que pour donner une claque à notre cœur.
Une claque nécessaire qui laisse s’immiscer un malaise lancinant au fil de la progression du film. La transformation presque cocasse du nageur Camille Lacourt en poisson dégusté lors d’un banquet laisse place à un univers de comics sombre et rouge sang. Comme au réveil d’un cauchemar lorsque l’on est enfant. Sauf que l’on est adulte et que l’on reste bien bête face à nos contradictions destructrices, notre envie de contrôle et notre aberrante domination. 
Sensitif, le court-métrage hérisse le poil. La bande originale signé The AIM, groupe belge à l’origine du court-métrage, fait écho chaque seconde à notre petite voix intérieure bouche bée par l’absurdité morbide de l’élevage intensif et de la vivisection, brillamment croqués.  
Le plus touchant, c’est que l’héroïne du film, Sofia De Zan, n’est autre qu’une enfant, voyant avec le cœur là où les adultes « responsables » restent aveugles. Une ode au respect de l’être VIVANT. 
Ce conte-réalité réalisé par les talentueux Guillaume Corpard, Nicolas debruyn et Guillaume Simonin fait réfléchir. Financé grâce à la plateforme KissKiss BankBank, il a d’ailleurs bénéficié du soutien de Jane Goodall, Messager de la paix aux nations unies, du philosophe Frédéric Lenoir, du moine bouddhiste Matthieu Ricard et du journaliste Aymeric Caron. Evidemment de nombreuses associations ont aussi apporté leur soutien au projet, comme L214, Gaia, Animaux en périls, l’association végétarienne de France, etc. 
Vous voulez soutenir le projet ? Acheter le DVD ? Direction le site de My life’s a cage
 
Articles du dossier Légumineuses : protéines végétales
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte