TémoignagePublié le 1 février 2013

Rencontre avec Anne-Sophie Novel : "Le locavorisme ne doit pas devenir protectionnisme"

La tendance slow et locale fait son chemin en France. Consommer exclusivement des aliments produits à 250 km maximum de son domicile s'érige en mode de vie. Rencontre avec Anne-Sophie Novel, journaliste et auteure du "Guide du locavore", éd. Eyrolles (2010).

Ton guide du locavore est sorti en 2010, à un moment où cette tendance de consommation plus responsable n'était que très peu connue en France. Peux-tu nous rappeler ce que signifie être locavore ? 

Les locavores sont des personnes qui relocalisent leur alimentation, et plus largement leur consommation. Barbara Kingsolver, qui a écrit le merveilleux ouvrage Un jardin dans les Appalaches, les qualifie de mangeurs saisonariens ou pétrophobes, mais les raisons qui les poussent à agir ainsi sont fort variées : certains le font pour des raisons environnementales, d'autres pour leur santé, pour des raisons sanitaires ou de pollution, ou bien encore pour redynamiser l'économie locale. Depuis 2010, les choses ont progressé en effet, manger local, de saison, limiter le gaspillage alimentaire sont autant de sujets qui reviennent régulièrement sur la table et pour lesquels de nouvelles initiatives se lancent tous les jours ! 
Pour toi, est-ce une tendance qui s'installe ? Pourquoi ? (notamment avec l'émission "200km à la ronde", à laquelle tu avais participé, et qui avait fait de nombreux adeptes) 
Oui clairement. Les Français n'étaient pas à la traîne, car notre rapport au terroir est tout autre que celui des Américains pour qui le terme a d'autant plus de raisonnance. Mais les mesures institutionnelles tout autant que privées tendent à transformer ce qui était une tendance en mouvement durable et généralisé. Avec la crise, en plus, les Français ont envie de retrouver du sens: consommer local les rassure, comprendre la logique d'un écosystème à bout de souffle permet aussi d'envisager d'autres solutions plus viables. Et depuis 2010, on a vu émerger des initiatives comme La Ruche qui dit Oui qui prouve une fois de plus que consommer local ne coûte pas plus cher, mais permet aussi de tisser du lien social tout en retrouvant une forme d'autonomie sur le contenu de son assiette. 
Est-il possible et facile d'être locavore, quelle que soit la région où l'on habite ? 
Oui ! Certaines régions sont plus favorisées que d'autres, mais à peu de choses près cela se vaut. Dans les régions où les productions sont les moins variées en hiver, on peut aussi consommer des bocaux de fruits et légumes préparés à l'avance en été. Le bon locavore anticipe :) 
Par quoi commencer si on veut se lancer ?
Faire le point sur ses habitudes alimentaires, sur le budget dépensé, et le temps que l'on est prêt à consacrer à cette démarche (faire les courses autrement, cuisiner un peu plus, anticiper...). Ensuite, faire des listes de courses et de recettes que l'on a envie de tester, puis voir si cela est possible avec ce que l'on trouve sur les étals. Ne pas hésiter à demander conseils à vos interlocuteurs, à les questionner sur la provenance, le mode de production, leur meilleure recette, etc. 
Faut-il alors définitivement se passer du chocolat, du thé, du café que l'on ne trouvera jamais en France ?
Non. Clairement une approche stricte le voudrait mais 1) les locavores se sont toujours autorisés des exceptions (la fameuse exception "Marco Polo") et 2) cette exception illustre en elle-même à quel point il est un peu difficile d'aller à contresens dans un monde globalisé, d'autant que la route de la soie ou les échanges d'épices existent depuis longtemps. 
A mon sens, le locavorisme ne doit pas devenir protectionnisme ou autarcisme : il s'agit simplement de palier les incohérences (la France importe et exporte des tomates, quelle cohérence ?) et de relocaliser ce qui est consommé le plus fréquemment. Au Royaume Uni, les communautés locavores dont parle Rob Hopkins dans "Eat Local" (livre dont la version a été adaptée en France par Lionel Astruc et Cécile Cros, Manger local) expliquent que le rayon de provenance des aliments peut être élargi selon le temps de conservation des produits. C'est une des conclusions à laquelle je suis arrivée aussi. Enfin, je pense aussi qu'il ne faut pas trop se priver pour bien vivre un tel choix de vie : une banane, un ananas ou des citrons vous font envie ? Faites vous plaisir, tant que c'est en conscience du lien qui relie votre achat à son mode de production et que vous choisissez l'option la plus responsable (commerce équitable, labels sur les producteurs, etc.) 
Es-tu devenue locavore suite à l'écriture de ce livre
Avant ! En réalité j'étais déjà assez sensible au sujet, et j'ai fait l'expérience pendant 6 mois de manière stricte avant de rédiger. Depuis, bien sûr, je le suis restée tant que possible, on ne peut pas faire marche arrière, il y a toujours un effet cliquet quand on comprend certains enjeux et qu'on goûte à certaines choses ! 
Peux tu nous parler de ton actu, de tes projets ? 
Je travaille sur un nouveau livre à paraître en mars, un guide encore, mais sur les modes de vie collaboratifs à l'heure de l'économie du partage.
Anne-Sophie Novel est journaliste indépendante, fondatrice d'Ecolo-Info, un portail collaboratif d'informations sur l'écologie et le développement durable et auteur du "Guide du locavore", éd. Eyrolles (avril 2010) et Vive la CoRévolution ! Pour une société collaborative chez Alternatives (mai 2012). Elle est aussi blogueuse sur LeMonde.fr
Retrouvez ce témoignage dans votre magazine iPad FemininBio - février 2013.
Rencontre avec Anne-Sophie Novel : "Le locavorisme ne doit pas devenir protectionnisme"
Anne-Sophie Novel, journaliste et auteur du "Guide du Locavore", éd. Eyrolles.
Curieuse de tout piquée d'écriture. Responsable édito @femininbio, blogueuse empathique aimant raconter la vie des autres @parisbylight.
Thème
Envie de réagir ?
Je prends la parole
Réactions à l'article
Par Erick le 1 février 2013 à 15h31
Bravo

Bravo encore pour ce billet, mettant en avant deux filles formidables - devant et derrière le micro - et de bien belles idées.

Répondre
Par lunazen le 3 février 2013 à 18h38
Un sujet bien intéressant que

Un sujet bien intéressant que le locavorisme. A adapter selon sa région et ses choix alimentaires. Dans l'alimentation végéta_ienne, on utilise beaucoup les épices, le soja sous différentes formes, les différentes variétés de farines/céréales/légumineuses/huiles végétales, etc. Il faut cependant reconnaître que l'on peut être locavore en totalité (les légumes), en partie (les fruits, ...). A intégrer ! Etre locavore : un peu, beaucoup, passionnément, à la folie !

Répondre
Par e-Coaching Santé Naturelle le 5 février 2013 à 09h32
"Je dévore locavore"

https://www.facebook.com/pages/Je-dévore-locavore/179065474839

Répondre
Je réagis à l'article
Déjà membre? Je me connecte