Substituts

Végétarien : que penser des substituts de poisson ?

Publié le 17 avril 2014 - Mis à jour le 18 avril 2014
Curieuse de tout, piquée d'écriture. Ex-responsable édito de FemininBio, blogueuse empathique aimant raconter la vie des autres @parisbylight.
Des substituts de poisson débarquent sur le marché américain. Une alternative durable pour Culture Nutrition.
Des substituts de poisson débarquent sur le marché américain. Une alternative durable pour Culture Nutrition.
© ©Idafrosk

On connaissait les substituts de viande, voici les faux poissons panés lancés par la marque américaine Gardein. Bonne nouvelle pour les végé ou effet de mode et marketing ? Ce mois-ci, notre partenaire Culture Nutrition a porté notre attention sur ces substituts végétaux comme alimentation plus durable.

Depuis quelques années, les alternatives à une alimentation carnée se multiplient dans les rayons des magasins spécialisés et grandes surfaces. 

Si vous êtes végétarien, vous savez bien que les protéines animales n'amènent rien par rapport aux végétales, et que les premières ne sont pas mieux digérées que les premières. Comme l'indique le Dr Cazelles, spécialiste de l'alimentation végétale, le soja est l'aliment le plus riche en protéines, devant les oeufs, le poisson, les animaux à 2 pattes puis à 4 pattes. 

Ainsi, la plupart des substituts de viande sont formulés à base de soja, mais aussi de céréales, légumineuses et légumes. De quoi constituer une assiette très équilibrée. 

Et le poisson alors ? Il est vrai que la chair de la plupart des poissons est contaminée par les polluants deversés dans la mer. Comme l'indique le Dr Cazelles dans son interview pour FemininBio, on constate que les gros poissons carnivores sont intoxiqués aux métaux lourds, et les petits poissons végétariens (sardines, anchois, harengs) sont en meilleure santé. 

Dès lors, il semble intéressant pour les marques de proposer des alternatives plus durables et plus saines. 

Des substituts de poissons panés, par Gardein. Lire sur Culture Nutrition

Nouveau venu sur le marché des substituts aux aliments issus d'animaux, les substituts de poisson, lancés par la marque américaine Gardein. Si l'on trouve déjà en France des "substituts de la mer" sous forme de caviar ou faux fruits de mer, la marque propose ici des "fishless filet", filets de poissons panés pour remplacer le "fish & chips", également sans lait (mais avec gluten pour la panure). 

FemininBio : En quoi les substituts de viande / poisson sont-ils meilleurs pour la santé et l’environnement que les produits qu’ils sont censés remplacer ?

Ombeline de Pemille, Nutrikéo consulting : Comme leur nom l’indique, les substituts de viande ou de poisson sont destinés à remplacer la viande ou le poisson par une autre source de protéine, d’origine végétale en général. Ils sont meilleurs pour l’environnement et la santé car ils limitent :

  • L’empreinte carbone notamment des émissions de gaz à effets de serre
  • La déforestation
  • La pollution et le gaspillage de l’eau
  • L’épuisement des ressources de poisson dans la mer
  • La souffrance animale dans certains cas
  • La consommation excessive de certains lipides dans le cas des viandes grasses
  • La consommation excessive de protéines qui peut provoquer une surcharge rénale
  • La consommation (indirecte) de produits chimiques et d’antibiotiques

Où en est le marché français sur ce type de produit ?

La viande reste aujourd’hui le premier vecteur de protéines du régime alimentaire français, apportant 32 % des protéines (Enquête CREDOC/CCAF). Cependant, sa consommation annuelle en France n’a cessé de baisser ces 20 dernières années, passant de 106 kg/personne en 1990 à 96 kg/personne en 2007 (Agreste, 2009). Dans un tel contexte de réticence à la consommation de protéines animales, de nouveaux produits apparaissent, si bien que le marché des protéines venant d’une source innovante devrait atteindre 1,7 milliards d’euros d’ici 2020 (New Nutrition Business Mag).

Les produits hyperprotéinés représentaient 19 % des lancements internationaux en 2012 (Mintel). Les substituts de viande d’origine végétale, dont la production a augmenté de 14 % entre 2000 et 2013 (HES Genève), sont les grandes stars du moment et de nombreuses initiatives voient le jour.

Pensez-vous que le consommateur français soit prêt à adopter ce genre de produit ? 

L’émergence de la tendance aux substituts de viande (et même de poisson maintenant) s’explique par la modification des attentes des consommateurs en matière d’alimentation.

Prix de la viande, soucis de protection de l’environnement, préoccupation de santé (liée aux apports excessifs en protéines), éthique (bien-être animal), recherche de nouveaux goûts… sont autant de facteurs d’incitation au flexitarisme.

Cette tendance alimentaire émergente concerne les consommateurs qui choisissent de manger de la viande moins souvent et préfèrent consommer des aliments plus durables le reste des repas. L’apport en protéines se fait ainsi via des produits d’origine végétale.

Alors que la population mondiale -comme la demande en viande- ne cessent d’augmenter, ces alternatives aux protéines animales sont un pas de plus vers une alimentation plus durable. Les substituts de viande devraient donc se démocratiser… Il ne reste qu’à convaincre les consommateurs français, empreints d’une forte culture culinaire, que ces alternatives végétales à la viande/au poisson peuvent être elles aussi des produits de gastronomie savoureux !

Le site internet : Culture Nutrition, l'actualité des professionnels de la nutrition

Photo : Food art via Buzzly

Retrouvez les recettes végétaliennes et gourmandes de Mlle Pigut et tous les bons plans pour passer simplement en mode "végé" dans notre magazine Hors Série végé dispo en PDF ou sur iPad. 

>> J'achète la version PDF du Hors-Série Vegan & Gourmand

 

 

>> J'achète le Hors-Série végétarien sur iPad

 

Articles du dossier Végétarien, végétalien, vegan
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte